Caro et cie

C’est baignable sur les côtes de Terre-Neuve?

Le 5 août 2009

On se lève vers 8h, heure de Terre-Neuve.  Calcul rapide: 6h30 heure du Québec!  L’endroit où nous avons couché est splendide et quoiqu’il se trouve sur le bord de Transcanadienne, nous n’avons entendu aucun bruit.    Il y a  une autoroute près, mais il faut dire qu’il y a peu de gens ici et que les voitures sont rares…  On prend notre temps.  Je marche avec les chiens jusqu’au petit lac au pied des tablemountains.  Le ciel est bleu au-dessus de nous et la brume  n’atteint pas la baie où nous sommes.  Je la vois se frapper sur les montagnes, puis s’évaporer.  On décolle enfin vers 11h.

Au petit matin...

Au petit matin...

 

promenade au lac

promenade au lac

Nous nous dirigeons vers Stephenville, car nous voulons allé sur la péninsule de Port au Port, là où subsiste quelques traces des Français qui s’étaient installés à Terre-Neuve dans le temps des colonies. À ce sujet, l’histoire de Terre-Neuve est compliquée, mais je vais tenter de vous l’expliquer brièvement. Il est prouvé que l’île avait été découverte et fréquentée depuis longtemps par les Européens (Vikking, Basques, Français).   L’abondance de la mer dans le détroit de Belle-Isle amenait tout ce beau monde qui n’avait qu’à se servir.   Puis vint le temps des colonisations  par les Européens qui se battirent pour  le contrôle de Terre-Neuve et de l’Amérique du Nord. Les Anglais et les Français s’installèrent à divers endroits au nom de leurs monarques. Puis, la France céda l’île à l’Angleterre avec le traité d’Utrecht en 1713.  Les Français continuèrent cependant à s’intéresser à l’île et c’est à St-John qu’eut lieu la dernière bataille de la guerre des Sept Ans.  Terre-Neuve passa définitivement aux mains des Anglais, mais les Français conservèrent des droits de pêche au large des côtes de Terre-Neuve sur le côté ouest jusqu’en 1904: côte française (french shore).  À partir de ce moment ils n’eurent pas le droit de bâtir des installations  permanentes.   Terre-Neuve demeura une colonie de l’Angleterre pendant un bon bout de temps et ne voulut pas faire partie de la Confédération Canadienne de 1867. Ils se considèrent plutôt, à ce qu’il parait, comme un peuple à part entière (une république).  Finalement, en 1949 Terre-Neuve devint la dernière province à se joindre au Canada…  Donc, la péninsule de Port au Port fait partie  de ce qu’on dénommait la côte française et les communautés les plus francophones s’y situent près de Cap St-Georges. 

Nous  faisons  une randonnée extraordinaire de cinq kilomètres,  à l’entrée de la péninsule,  sur le bord des falaises et nous nous baignons dans la baie de Port au Port. Ensuite, la route longe la côte,  mais  n’offre que peu de vues impressionnantes.  Si ce n’est au bout de la péninsule juste après Cape St-Georges où nous nous retrouvons au sommet d’une tableland qui nous offre une vue saisissante sur la mer. Puis nous descendons et voyons grandir l’île rouge près de Mailand.  La route longe par la suite la mer et nous décidons de prendre un chemin de graviers pour nous rendre au bout de long point.  Il s’y trouve un quai de pêcheurs et des petites installations saisonnières. À voir la quantité de cages à homards, il semble que ce soit cette pêche qui se pratique ici. Ce ne doit pas être la saison, car il n’y a personne. Nous stationnons Winnie III sur un promontoire pour y passer la nuit.   Nous voyons la mer des deux côtés.  Nous sommes tellement avancés dans la baie que nous avons l’impression d’être en bateau lorsque nous admirons  les monts Lewis de l’autre côté.  Le sommet le plus élevé de Terre-Neuve, the Cabox qui atteint les 815 mètres,  en fait partie.  Nous le contemplons au niveau de la mer, d’où cette impression de majestuosité incroyable…

Tiens, mon chien rapporteur, Bobby,  m’a rapporté une carcasse de loutre. Rebeurk…

sentier: gravels

sentier: gravels

baignade à Terre-Neuve... la première...

baignade à Terre-Neuve... la première...

Il fait trop chaud: à l'eau Caro...

Il fait trop chaud: à l'eau Caro...

Long point

Long point

Winnie III sur son promontoire...

Winnie III sur son promontoire...

Le bout du monde...

Le bout du monde...

Quelle vue... En vrai, c'était tellement beau...

Quelle vue... En vrai, c'était tellement beau...

Publicités

août 21, 2009 Posted by | je voyage, Nouvelle-Écosse, Terre-Neuve | 3 commentaires

Pression…

Nous sommes résilients comme avez pu le constater, mais nous avions vraiment hâte de traverser à Terre-Neuve.  Sur facebook, j’ai senti que certaines copines qui apprécient mes récits de voyage ont autant hâte,  que moi je l’avais à l’époque d’y être enfin, de lire  les récits de Terre-Neuve… Le vrai voyage…  La vraie découverte…  On ne se le cachera pas, la Nouvelle-Écosse et l’île du  Cape Breton, c’est du déjà vu et du déjà écrit… Quoique je n’avais jamais vu de vieux spectateurs assister à un spectacle dans leurs voitures et  klaxonner en guise d’applaudissements!

Mais malheureusement, je ne suis pas traversée aussi rapidement que prévu à Terre-Neuve…  Vous devrez attendre au moins le prochain message… 😉

août 20, 2009 Posted by | je voyage, Nouvelle-Écosse, Terre-Neuve | Laisser un commentaire

Un spectacle et des spectateurs inusités…

Le 3 août 2009

Ce matin, il pleut des cordes.   On prend notre temps puisque la distance entre Louisbourg et North Sydney n’est pas très grande.  Nous avons l’intention d’aller voir le phare de Louisbourg puis d’emprunter la « marconi trail »*, un chemin qui longe la cote.  Je prends ma douche, me branche sur internet pour mettre quelques photos.  Les carnets attendront le retour…  La pluie cesse avant notre départ et encore une fois, le ciel tend à s’éclaircir.  La route est jolie.  Plusieurs sections offrent des vues imprenables sur la mer, les baies se succèdent les unes aux autres ainsi que les minuscules  villages.  C’est une vieille route où pousse du gazon par endroits.  On se croirait dans un monde abandonné par moment…   Nous arrêtons sur une plage de galets et, croyez-le ou non, nous voyons un autre aigle à tête blanche, qui était posé sur la plage, s’envoler à notre arrivée.

Le phare de Louisbourg

Le phare de Louisbourg

Même en ce matin nuageux, la mer est belle...

Même en ce matin nuageux, la mer est belle...

 

À North Sydney, nous faisons quelques achats puis nous nous rendons au quai touristique adjacent à celui des traversiers. Nous sommes au bord de la plage. Nous marchons, soupons, parlons, le temps s’étire.  Nous avons vraiment hâte de commencer notre vrai voyage…  En soirée, je suis  témoin d’un événement inusité, encore plus que la partie de baseball amicale qui avait eu lieu sous nos yeux quelques heures auparavant: 

Plusieurs voitures arrivent et se stationnent vers une espèce de petite maison sans devanture qui est en fait une scène, à l’intérieur, des personnes âgées.  Un spectacle de musique country commence sur la scène et je n’y pense plus.   Nous sommes un peu dans notre bulle et je suis très surprise lorsque toutes les voitures se mettent à klaxonner en même temps.  Qu’est-ce qui se passe?  Portant attention, on se rend compte que personne n’assiste vraiment au spectacle.  Les spectateurs sont tous dans leurs voitures et en guise d’applaudissement, ils klaxonnent.  C’est comme un ciné-parc musical, mais en direct!   Je vais me promener pour « zieuter » et je me rends compte  que les musiciens sont des septuagénaires, si ce n’est… des octogénaires!!!|  J’ai fait un calcul rapide lorsqu’ils ont quitté les lieux et je peux vous dire qu’il devait y avoir au moins 300 voitures…  Incroyable, mais vrai!

Au quai touristique...

Au quai touristique...

Tiens, est-ce mon traversier qui passe au loin?

Tiens, est-ce mon traversier qui passe au loin?

 

Pat s’endort après avoir réglé son cellulaire. Nous devons être au traversier à 12h30am.  Je n’ai pas confiance.  Je suis stressée et je veux tellement traverser sur l’île de Terre-Neuve.  Je cogne des clous.  Je décide de régler mon cellulaire après plusieurs essais de sonneries, puis je m’endors  une heure…

août 20, 2009 Posted by | je voyage, Nouvelle-Écosse, Terre-Neuve | 2 commentaires

Caroline, plus au nord, profite encore des plaisirs de la « beach »!!

Le 2 août 2009

Réveil très matinal au son des jappements de Bobby… Le soleil n’est pas même levé, il doit être à peu près 3 h AM  et il ne faut pas oublier qu’il est une heure plus tard qu’ au Québec.   Nous finissons heureusement par nous rendormir jusqu’au « vrai » matin.  Un beau matin ensoleillé que laissait présager le coucher de la veille!  L’endroit où nous avons garé Winnie III pour la nuit,  à Neil harbour,  est tranquille et superbe.  Nous prenons tout notre temps en buvant plusieurs cafés et en déjeunant sur le bord de l’eau.

Bel endroit pour passer la nuit...

Bel endroit pour passer la nuit...

Le soleil illumine tout

Le soleil illumine tout

Nos plans sont de  farnienter une bonne partie de la journée avant de prendre ensuite la direction de Louisbourg ou d’une autre destination  choisie sur la carte.   On a du temps, on décide de poursuivre la Cabot Trail et d’aller à la plage nord d’Ingonish. Je suis contente d’entretenir mon teint du sud aujourd’hui puisque Terre-Neuve a la réputation d’être venteuse, brumeuse, peu ensoleillée et même pluvieuse.  Je profite donc de ce bonus! Cette plage est située dans une grande baie peu profonde.  La mer y est bonne, à peine plus froide qu’à Assateague, je m’y suis submergée sans aucun frisson, aucune hésitation.   La plage se remplit tranquillement. J’écris, Pat dort alors que Bobby salit impunément sa serviette en se creusant un trou derrière ma chaise et que Bill dort d’un oeil en surveillant Bobby de l’autre…  Puis je fais une longue promenade de quelques kilomètres sur la plage avec Bobby.  Je n’ai jamais autant communiqué en anglais.  Les gens m’arrêtent constamment pour me demander de quelle race est mon chien…

Bobby maigrichon après la baignade...

Bobby maigrichon après la baignade...

Vers trois heures, nous quittons pour Louisbourg et pour nous y rendre, nous faisons l’incroyable ascension de la smokey mountain: portion de route incroyable avec vue imprenable…  Sans aucun stress méchanique, nous nous permettons de nous imprégner du paysage qui se dévoile devant nos yeux.  Nous apprécions tellement Winnie III!  À Louisbourg, nous allons dans le parc de VR situé sur le bord du quai,  en plein centre du village.  Au loin, on aperçoit la forteresse que nous ne visiterons pas cette fois-ci.  Au menu: vidange des réservoirs, remplissage d’eau, internet et souper au resto.

Ah, un branchement internet...

Ah, un branchement internet...

La brume entoure encore une fois la forteresse de Louisbourg... La verrais-je sous le soleil un jour?

La brume entoure encore une fois la forteresse de Louisbourg... La verrais-je sous le soleil un jour?

Il faut se rendre à North Sydney demain, nous prenons le traversier à 2h30 dans la nuit…

août 19, 2009 Posted by | je voyage, Nouvelle-Écosse, Terre-Neuve | Laisser un commentaire

Quelques photos de la Cabot trail, section ouest…

La Cabot trail

La Cabot trail

 

quelques courbes

quelques courbes

 

Et puis vint... le soleil!!

Et puis vint... le soleil!!

août 19, 2009 Posted by | je voyage, Nouvelle-Écosse, Terre-Neuve | Un commentaire

Retrouvons le fil conducteur…

Le 31 juillet 2009

Les derniers détails du voyage, à part quelques photos, concernaient le délai de trois jours pour prendre le traversier de North Sydney à  Port-aux-Basques.   Nous étions déçus certes, mais que pouvions-nous changer à la situation?   Nous étions sur l’île du Cape Breton après tout, nous étions loin de faire pitié, plusieurs opportunités s’offraient à nous. Il n’y avait qu’à décider où nous voulions aller. C’est vers Chéticamp que nous nous sommes dirigés avec l’idée de prendre un bon repas au restaurant et de dormir sur l’île de Chéticamp.  Nous y  avons mangé sur une petite terrasse du quai, puis nous nous sommes installés sur la bande de sable reliant l’île à ce sympathique village acadien.  Une belle vue, de la tranquillité, la mer juste devant moi. Que demander de plus? Un feu de grève? Mais la pluie s’est mise à tomber et nous avons dormi tout simplement.

1er août 2009

Nous avons dormi 11 heures. C’est du luxe, rien de moins…   Je suis ensuite allée me promener longuement avec les chiens sur la grève, presque seule si ce n’est de ce couple qui ramassait des détritus sur le rivage. Eux aussi  étaient installés en nomade sur la bande de sable.  Ferons-nous la même chose lorsque nous aurons du temps?  Le ciel voulait s’éclaircir, mais les nuages se cognaient sur les montagnes des hautes terres de l’île du Cape Breton, s’y accumulant et cachant leurs magnifiques sommets.   En marchant, je lançais distraitement des bouts de bois aux chiens qui avaient beaucoup d’énergie à dépenser. Quelle surprise j’ai eue lorsque je me suis rendu compte que celui,  que je lançais à Bobby depuis un bon moment,  était en fait une patte de canard ou de mouette… Beurk!

 

Les nuages se cognant sur les montagnes des hautes terres de l'île du Cape Breton

Les nuages se cognant sur les montagnes des hautes terres de l'île du Cape Breton

 

Le campement pour la nuit, avec vue sur la mer et sur les montagnes...

Le campement pour la nuit, avec vue sur la mer et sur les montagnes...

 

promenade sur la grève

promenade sur la grève

 

Puis nous avons pris le chemin de terre qui se rend au phare de l’île: le light road.  En 2006 nous avions fait une randonnée jusqu’au phare à partir du camping,  en traversant l’intérieur de l’île.  Cette fois-ci,  nous avons décidé d’aller directement au phare avec l’idée,  je ne vous le cache pas, de tester Winnie III et de longer par la suite les falaises en marchant.   Plusieurs pygargues à têtes blanches planaient près de nous à flanc de falaises. Pat a pris de nombreuses photos et nous avons mangé de délicieux bleuets sucrés juste à point.

 

Un chemin de terre, rien de moins

Un chemin de terre, rien de moins

 

wow!!!!

wow!!!!

impressionnant non?

impressionnant non?

 

le soleil comme à perce les nuages

le soleil comme à perce les nuages

En après-midi,  nous avons décidé d’emprunter la Cabot Trail et nous sommes passés dans la magnifique région de Pleasant Bay, là où sont prises la plupart des photos la représentant.  En 2005, nous étions allés au point le plus au nord: Meat Cove. Cette fois-ci, nous ne nous rendons qu’ à Sugarloaf,  au parc John Cabot situé sur le bord d’une baie magnifique bordée de falaises d’un côté et d’un long, très long barachois de l’autre. Une bande de sable délimite la rivière, le barachois et la mer….  Nous y avons marché et soupé.  Pat s’est baigné.  Puis nous avons repris la route à la brunante afin de  trouver un endroit propice où dormir. 

 

John Cabot parc

John Cabot parc

La mer

La mer

 

Nous avons emprunté des portions de routes longeant la mer, dont une absolument magnifique, à couper le souffle… Surtout que la  brunante donnait des teintes rosées incroyables aux falaises et un bleu profond, presque violet,  à la mer.  Nous nous sommes arrêtés pour dormir à Neil Harbour en arrière de l’édifice de la légion royale canadienne. Le ressac des vagues a bercé agréablement notre sommeil toute la nuit…

La brunante

La brunante

sans commentaire

sans commentaire

 

Winnie III est à la hauteur de nos espérances. On a plus que testé ses capacités aujourd’hui: chemin de terre, puissance dans les côtes de la Cabot trail, virages serrés, demi-tour très facile dans un cul-de-sac, côte extrême dans la « scenic loop » menant à Neil Harbour.  Pat ne regrette pas d’avoir choisi le winnie avec le moteur ford V10 triton…

 

Winnie III

Winnie III

août 19, 2009 Posted by | je voyage, Nouvelle-Écosse, Terre-Neuve | 9 commentaires

Je prends le traversier sous peu… En attendant, quelques magnifiques photos! À bientôt!

nouvelle-écosse 021

nouvelle-écosse 080

Louisbourg, Marconi road, North Sydney 010

Louisbourg, Marconi road, North Sydney 020

août 4, 2009 Posted by | je voyage, Nouvelle-Écosse, Terre-Neuve | 2 commentaires