Caro et cie

Le parc du Bic, saucette et farniente…

Une saucette ravigorante!
Vue sur le fleuve…

La grève et le parc du Bic, juste derrière moi!


Le vieillard…

La nuit s’amène…

Nous sommes donc partis Dimanche matin pour le Bic, sans enfants, mais avec Bill et Max, nos deux chiens… J’ai bien tenté d’en refiler un à mes parents et à mes enfants qui s’en allaient dans les grands bois mais.. mon père a fait la sourde oreille… Ce qui équivaut, croyez moi, à une réponse claire! J’ai ensuite fait les yeux doux à Alex pour qu’il vienne s’installer chez nous pendant notre absence mais entre son travail et sa blonde, il m’a fait comprendre que c’était trop de voyagement.. Par la force des choses, on s’est retrouvé avec nos deux toutous! Pat a décidé que nous prenions chacun la responsabilité d’un chien et il s’est empressé de choisir notre vieux Max. Persuadé, de faire une bonne affaire et que j’aurais plus de troubles à contenir mon Bill chéri!!

Nous sommes arrivés à destination vers 15h. La plupart du temps je ne rechigne pas du tout à camper dans les parcs provinciaux. Cependant, puisqu’il est formellement interdit d’y amener nos chiens, on devait se trouver un endroit pour squatter, à proximité, et selon mon critère le plus rigoureux: le plus près possible du fleuve si ce n’est les deux roues d’en avant dedans (j’exagère là..)! Nous sommes allés chercher le guide du parc, l’horaire des activités et surtout, des sorties en kayak, puis nous avons exploré un peu et trouvé l’endroit parfait: juste à la limite du parc, sur le bord de l’eau…

Au Québec, les chiens sont interdits dans les parcs nationaux (SÉPAQ)… Pourtant, ils sont acceptés partout ailleurs (Nouvelle-Écosse, Nouveau-Brunswick, Ontario, États-Unis) et je n’ai pas remarqué la moindre différence. C’est aussi propre, les chiens sont en laisse et les gens respectueux.. Les Québécois seraient-ils donc intolérants ou alors plus malpropres que les autres? Bref, on s’en fout.. Et où que ce soit, nous nous faisons un devoir de ne laisser aucune trace. Que ce soit les excréments de nos chiens, nos déchets ou nos eaux usées…

Le soleil était au rendez-vous, le fleuve calme et limpide… Si invitant, que Pat n’a pu résister à une petite saucette glacée! Ensuite nous avons farnienté sur la grève, assis sur une grande couverture jusqu’à ce que la noirceur recouvre entièrement le ciel…. En savourant grandement ce moment paisible, les yeux ravis par tant de beauté et par le miroitement de ce fleuve que j’aime tant…

Publicités

août 5, 2008 Posted by | bas Saint-Laurent, gaspésie, je voyage, le bic | 4 commentaires