Caro et cie

Affronter les prévisions météorologiques

le 16 juillet 09 002

le 16 juillet 09 012

le 16 juillet 09 009

le 16 juillet 09 008

le 16 juillet 09 019

Hier, encore une fois, les prévisions météorologiques laissaient présager une journée nuageuse, avec probabilité de pluie et/ou d’orage.   Un temps qui décourage même les plus entreprenants à sortir le nez de la maison et à prévoir des activités, surtout que le scénario se répète régulièrement par les temps qui courent…

Avec ma belle-soeur, on avait prévu un souper à la plage hier, remis à aujourd’hui en cas de pluie. Hier matin, assise à l’extérieur, le visage tourné vers le soleil,  j’acceptai de l’y rejoindre en fin d’après-midi malgré les sombres pronostiques météorologiques.   Le temps était si beau que nous nous sommes dit qu’il serait dommage de ne pas en profiter. Au pire, on ramène la bouffe à la maison et on mange dans la véranda… Il est où le problème?

Les enfants me demandèrent d’aller marcher faire un sentier en particulier dans la forêt que nous n’avions pas fréquentée depuis des lustres.  J’acceptai avec joie.   Cependant, l’humidité ambiante régnant à cause des pluies abondantes de l’été  fit en sorte que nous nous sommes débattus contre une horde de maringouins têtus qui ne nous laissait guère de répit.   Nous avons quand même apprécié cette forêt aux immenses arbres, des chênes et des érables,  et au sentier vallonneux. Nous l’avons marché sportivement et c’est tout juste si nous arrêtions pour prendre une photo tellement les insectes étaient insistants dans leur désir de nous soutirer un peu de notre sang!

Puis, nous sommes revenus nous préparer et sommes allés rejoindre ma belle-soeur et ma nièce à la plage.  Alors que nous étions à peine installées, un immense  nuage noir s’est amené au dessus du lac et nous entendions des grondements lointains.   Le ciel étant bleu au-dessus de nos têtes, ma belle-soeur affirmait que nous n’aurions pas de pluie, que l’orage passerait de l’autre côté du lac.

Et ce  fut magnifique  jusqu’à notre départ, les enfants se sont même baignés dans les rayons du soleil juste avant la brunante…  Une bien belle soirée! 😉

Publicités

juillet 18, 2009 Posted by | j'aime, j'en profite, je profite de la vie, je vais à la plage | 3 commentaires

Les mers du sud et les mers du nord…

Quel bon prétexte que de vouloir faire plaisir à Sara et de me rendre à la plage pour lire, bien assise dans une chaise basse, les pieds dans le sable ou dans l’eau, tout dépendamment de la chaleur ambiante…  J’adore être au bord de l’eau, mais surtout des cours d’eau assez larges et imposants pour laisser le temps au vent d’être plein de rayons de soleil lorsqu’il passe sur ma peau et aux odeurs de bien s’imprégner de tout ce qui les constitue.  Le lac a son odeur, le fleuve quand il n’est pas encore salé a aussi le sien et une autre encore lorsqu’il devient estuaire, puis golfe.  Plus il s’élargit et plus j’ai l’impression de respirer profondément.   Les mers chaudes ont leurs particularités et les froides aussi.  Un petit secret… Je préfère l’odeur et les grèves des mers froides. Par contre, je ne dirai jamais non aux mers du Sud, si claires, accueillantes et reposantes. Alors qu’on marche et réfléchit sur les premières, on lit et on se prélasse sur les deuxièmes.  Quel bonheur de s’y retrouver surtout lorsque l’hiver est bien installé chez nous et que je passe mon temps à prendre des bains chauds pour me réchauffer alors que mes os s’entrechoquent et que je grelotte inlassablement.

Parfois mes pensées vagabondent… Je me dis que si le monde tel que je le connais devait changer, ce qui me manquerait le plus serait sans contredit un bon bain chaud et la mer…Certes, je me contenterais de mon cours d’eau à moi, ce qui est mieux que rien, soit dit en passant, parce qu’il se rend au fleuve, puis à la mer.. J’aurais toujours la possibilité de me faire un radeau et de partir à l’aventure! 😉

juillet 16, 2009 Posted by | j'en profite, je vais à la plage | Laisser un commentaire

Le bonheur d’une mère émancipée…

J’adore ma nouvelle vie…  Étudier pour moi  c’est un bonheur et enseigner une source de gratification et de motivation incomparable!  J’y ai pensé longtemps avant de faire ce virement à 180 degrés, quoique ce ne soit pas mon premier.  En effet, j’ai décidé à l’âge de 24 ans, un baccalauréat en gestion dans les poches, de rester à la maison pour m’occuper de mes enfants.  En fait, je n’ai pas décidé.  Je suis restée tout simplement et j’ai fait plusieurs enfants! 😉  Jamais, je ne serais allée sur le marché du travail sauf en cas de forces majeures.  Mes enfants étaient mon projet principal, je voulais être présente pour eux et ne pas avoir à les faire garder.  Ils sont tous entrés à l’école et j’ai pu grâce au bénévolat, à la broderie et à la courtepointe occuper mes temps libres pendant quelques années.

Puis je me suis mise à tourner en rond comme un lion en cage.  Après 16 ans, la maison m’étouffait et j’avais envie de m’épanouir en tant que personne.  Le processus s’est échelonné  sur quelques années et j’ai hésité longtemps mes goûts allant vers une profession nécessitant une autre formation universitaire.  J’ai niaisé assez longtemps  pour que  l’âge de la garderie soit passé pour ma plus jeune et pour que j’aie assez de liberté pour  m’impliquer à fond sans nuire à mes enfants…

J’entre parfois la dernière le soir et il arrive que le souper soit prêt.  Les enfants ont pris une bonne dose de maturité et de débrouillardise et avec Pat, une bonne partie des tâches de la maison.   Sara est heureuse d’avoir du temps seule à la  maison, elle fait ses devoirs, lit, relaxe.  Ce poste de fin d’année est un cadeau.  Je peux tester mes aptitudes pour l’enseignement et voir si c’est vraiment ma place.  Je sentais bien que oui, mais j’ai eu le compliment. Je l’ai pris, une larme à l’oeil… 

Je suis heureuse de partir travailler le matin.  La tâche ne me pèse pas… Au contraire, j’ai l’impression de respirer!  On est heureux quand on fait ce qu’on veut dans la vie et je  suis l’une de celle qui  suit sa voie en accord avec ses convictions et ses valeurs.  C’est pour ça que tout se passe pour le mieux, que se présentent à moi des opportunités alléchantes et que je suis en paix avec moi-même!

_________________________

Bobby Watson est vraiment trognon. Il est déjà propre et me fait des joies lorsque j’arrive à la maison, à l’instar de Bill.  Il est tellement doux, qu’on se fait plaisir à soi-même en le flattant.  Il est calme, mais très enjoué quand c’est le temps de jouer.  Heureusement qu’il y a la chienne des voisins qui, tout comme lui, est infatigable, car Bill l’aime de loin. Très loin…  Ce chien est toujours aussi  mésadapté et pense que tout sur la terre est un potentiel danger pour lui.  Le jeune chiot doit donc s’en  tenir éloigné.    Parfois, il est si sale que je dois le laver.  Il se laisse faire, assis dans le fond du bain, sans même essayer d’en sortir!  En plus, il couche avec nous.  On est vraiment des parents gâteaux.  Non, mais… Sara fait à peine ses nuits qu’on se retrouve avec deux chiens à nos pieds!

Max nous manque.  J’essaie de ne pas trop aller porter mon bol de restants organiques dans mon tas de compost, car je fais une petite crise de mélancolie chaque fois. Il est enterré non loin de là…

_______________________

Les enfants ont hâte de terminer l’année scolaire.  Sara encore plus.  Elle en a marre de l’école primaire et des petits règlements qu’elle juge inutiles et non adaptés pour quelqu’un de logique comme elle.. 😉

juin 4, 2009 Posted by | Bobby Watson..., j'aime, J'aime Max, j'en profite | 4 commentaires

Un bel après-midi paisible….

J’en ai plein la tête… La rentrée scolaire des enfants, la mienne à l’université, l’inscription pour le soccer, un tournoi ce weekend, quelques courses encore, la toiture de tôle de la maison qui vient à peine d’être terminée, les examens d’admissions pour Miss Toune qui s’en va au secondaire l’an prochain, Pat qui s’est cassé la clavicule (il a copié sur son fils) et la maison qui ne reste jamais en ordre très très longtemps!

Et le beau temps qui semble maintenant installé et qui me donne envie d’en profiter. L’été n’est pas fini, et j’en suis à faire des projets pour le grand weekend de l’action de grâce. La mer? Le nord?

Je suis stressée un brin par mon retour à l’université. J’ai passé outre la fin de semaine à Tremblant pour créer des liens tout comme la réunion de mercredi dernier (activités du genre initiations)… Je n’ai plus 20 ans et même en ce temps là, mon but n’était pas de tripper et d’ingurgiter de grandes quantités de bières!… Je n’ai même pas assisté à la remise des diplômes, le mien, je l’ai reçu par la poste… S’il est une constante dans ma vie, c’est bien cette soif de savoir, cette avidité de tout connaître. Je suis fébrile à cette idée vous ne pouvez pas savoir comment!

Je profite de cette belle journée, assise sur ma terrasse avant avec vue sur la mer, quoique partiellement cachée à ce temps-ci de l’année par le feuillage des arbres, mon nouveau portable devant moi, un verre de vin à portée de main…

août 31, 2008 Posted by | j'en profite | 6 commentaires