Caro et cie

Carpe Diem

Finalement, cette fin de semaine passée à la maison fut des plus agréables et relaxante…   De toute manière n’est-ce pas l’un de mes plus grands défis que d’apprendre à ne rien faire, et ce, bien entendu, à la maison?   Ailleurs, ça va. Je lâche prise. Je marche. Je m’assieds. Je rêvasse. Mais ici, c’est plus difficile… Allez savoir pourquoi, j’ai toujours l’impression d’être sur la corde raide, d’être en attente de quelque chose, d’avoir le bouton allumé sur le mode intensité, d’avoir une tâche quelconque à accomplir. Quand je suis ici, que je ne fais rien, j’ai un sentiment de fébrilité qui m’envahit jusqu’à me sentir légèrement étourdie, et ce, forcément à cause des éléments énumérés précédemment… Ça se soigne?

Quelle bonne idée que d’avoir insisté, par conséquent chialé un peu après tous les membres de la maisonnée,  pour faire le ménage samedi matin (ce qui élimine mon stress dû à l’état de la maison)!  De cette manière, j’ai pu lire à satiété, avachie sur le sofa ou encore assise confortablement dans le spa; écouter quelques films,  en vérité essayer de les écouter, puisque j’ai énormément de difficulté à rester éveillée; continuer la préparation de l’ultime stage de ma formation de profe de français.

Je suis heureuse, également, d’avoir participé au souper dominical chez mes parents (on a eu droit à du gâteau à la crème brulée pour la fête de ma sœur), d’avoir pu m’obstiner un peu avec mon père (j’aime ça), d’avoir amené mes deux neveux acheter des revues éducatives pour les inciter à lire (à pied de surcroit), de voir mes quatre enfants écouter un film ensemble en ce nuageux lundi après-midi de la fête du Travail…

Carpe Diem

Publicités

septembre 5, 2011 Posted by | je profite de la vie, je stresse un peu..., Je suis fébrile, je vis en famille | 5 commentaires

Enthousiasme!!!!!

Depuis le début des vacances, je dors très tard le matin…  Parfois même jusqu’à 11 h, ce qui ne m’était pas arrivé depuis que j’ai des enfants.  Nous vivons, je l’avoue,  sur un mode complètement décalé.  Il n’est pas rare que je marche avec Sara et les chiens entre 22 h et 23 h. À ce moment-là, les rues sont calmes et le quai est abandonné par les touristes et les commères du village.  Il n’y a que le pauvre chien au coin  de la rue qui jappe à notre passage et qui gruge les barreaux de la galerie sur laquelle il est toujours confiné.  Il n’a pas l’air méchant. Il voudrait seulement venir se promener avec nous, j’en suis certaine!  Les gars et Pat, quant à eux, écoutent des films qui se terminent souvent passé minuit. 

Au matin, la maison reste silencieuse jusqu’à 11 h.  Je suis la seule qui me lève parfois avant et qui profite du silence de la maisonnée.  J’en profite pour écrire et lire.  D’ailleurs, vous avez surement remarqué que je suis beaucoup plus assidue que lors de la dernière année! 😉  On déjeune à l’heure du diner et on dine presque à l’heure du souper. Hier, nous sommes allés souper chez belle-maman et je n’ai pas fait honneur à ses tortellinis à la sauce rosée qui étaient pourtant délicieux puisque j’avais mangé du chili vers 15 h.

Ce matin, je me suis réveillée en même temps que Pat, c’est à dire à 7 h. Je suis fébrile… Car c’est cette après-midi que nous allons chercher Winnie, troisième du nom!  Les derniers jours ont ravivé mon enthousiasme pour le départ, que je trouvais très hypothétique il y a encore une semaine, avec la pièce perdue quelque  en Amérique du Nord et le peu de confiance maintenant accordée à  winnie II.  J’ai lavé chaque objet sorti du winnie, les ai classés…  J’ai fait des piles des vêtements, une avec maillot, robes légères et sandales pour les States et l’autre avec tuques,  mitaines, vestes, bottes de marche et coupe-vent pour Terre-Neuve!  La table de billard est envahie de couvertures, de nourriture, d’outils, de jeux….  Restera à ranger tout ça ce soir!

Demain, changement de programme.  Nous avons décidé de suivre le soleil et nous irons passer quelques jours plus au Sud, chez nos voisins anglophones…  Nous reviendrons mercredi prochain, laverons les vêtements, ferons les bagages pour les enfants qui iront au camp de mes parents, puis repartirons jeudi matin pour Terre-Neuve…

J’ai hâte!!!!!

juillet 23, 2009 Posted by | j'ai hâte, Je suis fébrile, je voyage, Terre-Neuve, United States | 3 commentaires

Fébrilité, voyage et pleine lune…

Je me sens très fébrile.  Une espèce d’agitation  intérieure, un tremblement à peine perceptible qui peine à se calmer,  même la nuit.  En fait, surtout la nuit!  Certes, ma vie a changé; je suis mûre pour la route, l’air de la mer, à laquelle je ne suis,  heureusement,  pas allergique, m’appelle; j’ai besoin de mettre l’ordi de côté et le quotidien,  etc.  Mais est-ce assez pour que je me sente ainsi?

J’ai découvert hier soir, assise sur le quai, pourquoi je ressentais toute cette agitation…  J’étais assise dos au coucher de soleil vers la partie la plus large du lac, quand tout à coup, je vis devant moi un magnifique spectacle, de ceux qui nous font regretter d’être partie sans l’appareil photo…  Une magnifique lune se levait, au-dessus d’un ciel mauve et  rosé…  Une pleine lune toute ronde et dodue! En un instant j’ai compris, j’aurais dû vérifier le calendrier lunaire…

Voilà la cause ma fébrilité.   Dans une autre vie, j’ai dû être une sorcière. À moins que j’en sois une qui s’ignore?  Mon esprit et mon corps veulent danser sous la pleine lune et moi, je  lui ordonne de dormir! 😉 À moins que je sois comme les animaux qui voient leurs niveaux d’activités augmenter à ce moment-là?   N’empêche que depuis des années, quand je fais de l’insomnie et que je me sens fébrile, je n’ai qu’à regarder dehors et il y a fort à parier que je verrai une  lune ronde ou presque! 

J’ai hâte de partir quand même!

juillet 7, 2009 Posted by | Je suis fébrile, pleine lune | 4 commentaires