Caro et cie

Ode à septembre…

J’adore cette époque de l’année. Je voudrais qu’elle s’éternise un peu avant que tout devienne gris, triste, endormi.

Mais pour le moment, le vert prédomine toujours, le soleil encore plein de vigueur nous fait penser aux belles journées d’été et le lac illumine toujours les alentours de cette lumière unique qui est la sienne (il n’a toujours pas mis son costume déprimant d’automne).

Bon, il y a bien des tonnes d’araignées qui tissent leur toile entre la maison et ma table de patio, sur les rebords des fenêtres ou sur les boites à fleurs, cependant, ici c’est la capitale des maringouins, elles sont donc reines dans leur univers et je leur voue un culte de reconnaissance pour tous ceux qu’elles attrapent dans leurs filets et dévorent.

Le soir, on se glisse dans le spa, à l’abri des regards de notre cour entourée d’arbres en admirant le ciel étoilé qui, en septembre, semble plus clair déjà…

L’air est frais, mais se réchauffe l’après-midi. Je dors, abrillée sous ma couette, la fenêtre entrouverte. Il fait si frais que Bill se glisse sous les couvertures en me coinçant entre lui et Pat, Bobby, quant à lui, avec sa grosse fourrure de caniche pas rasé, se blottit contre moi au pied du lit.

J’aime septembre…

septembre 19, 2011 Posted by | je pense, je raconte..., Septembre | 6 commentaires

J’ai le goût…

de partir en voyage… D’avoir le temps de prendre le temps, d’admirer, de sentir, de me reposer, d’être dépaysée et de vivre, comme je l’aime tant,  dans le souffle de l’océan… Bientôt la Floride comme chaque année!  Et bientôt,  aussi, cette frénésie de choisir l’endroit visité à l’été : de concevoir l’itinéraire selon nos goûts, nos attentes et bien sur les possibilités s’offrant pour le nomadisme! 😉

Les enfants veulent visiter la Floride en nomade cette année. Bien que sans point d’arrêt fixe, nous restions, les deux dernières années, toujours dans la région de St-Petersburg… Ils veulent des vagues, de l’action, de l’exploration… Et c’est ce qu’ils auront…

En attendant, je laisse deux photos du jour (terme emprûnté à facebook) qui sauront, je l’espère, vous téléportez ailleurs l’espace de quelques secondes!

novembre 19, 2009 Posted by | je pense | 9 commentaires

La jungle familiale… Que le plus fort gagne!

Mes enfants sont durs les uns avec les autres. Mes trois derniers en fait. Mais surtout, surtout mes deux garçons qui ont moins de 2 ans de différence. Sara ne s’en laisse pas imposer mais les attaques à son égard abondent moins. Sa position de bébé de la famille, unique enfant de sexe féminin, fait en sorte que les garçons ne se mettent pas, ou peu, en compétion avec elle. Alex, quand à lui, donne son avis très calmement. Ses commentaires ont cependant beaucoup d’impacts sur les autres. Faut dire que c’est un ainé avec un grand A…

Charles et Philippe se surveillent sans cesse. Ils épient les moindres paroles, gestes, conneries, erreurs de l’autre pour pouvoir se les reprocher et se donner des armes, ensuite, pour se ridiculiser. Le tout, avec un maximum d’insultes et une bonne dose d’intolérance. Évidemment, que personne d’autre qu’eux ne reproduisent le même scénario avec leur fratrie. Alors là, non!!! Aussitôt, ils défenderont corps et âmes celui qu’ils se plaisent tant à dénigrer à d’autres moments.

Ils apprennent ainsi à faire face à l’adversité. Ils s’exercent pour être forts si de tels événements se produisent à l’extérieur de la famille. Leur estime de soi est assez forte, pour que des commentaires négatifs à leur endroit, ne les détruisent pas. Ils apprennent aussi à faire face en cas d’erreurs. Car je vous l’avoue les comptes qu’ils règlent entre eux ne sont pas que chimères et inventions sorties de nulle part. Il faut dire qu’ ils se remettent à l’ordre, plus encore que je ne le fais moi-même envers eux, en tant que mère.

Ils peuvent aussi défendre leurs points s’ils croient avoir raison. Discuter pour arriver à des compromis. S’unir aussi contre l’adversité. Faire front commun comme membre d’une famille unie où tous ont droit à la parole, à leurs avis, à leurs unicités et enfin à l’erreur…

Lors d’un match de basket ball de Sara, vendredi dernier, une petite fille de l’autre équipe a eu un reproche d’un coéquipier. Ça l’a tout simplement démolie. On m’a expliqué que c’est une fille unique qui n’a pas de frères ou de soeurs pour l’aider à faire face, justement, aux commentaires des autres. Soit pour les chasser du revers de la main si elle les croit non justifiés ou les accepter et se retrousser les manches si elle le croit utile.

Mes enfants ont énormément de confiance en eux. Une confiance réelle. Ils sont conscients de leurs capacités et nous les encourageons à se dépasser autant à l’école que dans leurs activités parascolaires. Un commentaire injustifié de toute façon, fera passer celui qui l’émet pour un con alors qu’un constructif les motivera à s’améliorer….

Ils se sentent plus libres de s’extérioriser entre eux. Ne pensez pas que la bagarre est sans cesse prise dans la maison, que les murs sont troués et que les cris jaillissent à tout moment. Mais non… Ce n’est pas l’anarchie mais juste des relations saines entre frères et soeurs. Pour ma part, ce n’est pas pour eux que je m’inquiète… C’est plutôt pour les autres, ceux qui ne savent pas s’affirmer, négocier et avancer confiants dans la vie!

mai 24, 2008 Posted by | j'assume, je pense | 3 commentaires

Pérégrinations intérieures…

J’ai terminé les récits de mon voyage au Nouveau-Mexique. Ce voyage, qui sans que ce soit le but visé au départ, m’a fait beaucoup réfléchir sur différents aspects de ma vie, mes valeurs et mes désirs. Sans que je le veuille, des évidences se sont imposées à moi. Des constats. Des idées. En fait, c’est l’apanage des voyages que de voyager aussi intérieurement…

Le plus grand constat du voyage, outre ma propension à souffrir du mal des hauteurs, est que je recherche l’aventure, l’exploration et les découvertes. Je ne suis pas une campeuse, je suis une voyageuse. Je prend la route pour voir de nouveaux horizons et vivre de nouvelles aventures. J’étouffe dans la répétition. C’est pourquoi je cherche sans cesse le dépaysement et l’émerveillement. J’admire les beautés qui m’entourent avec des yeux nouveaux à chaque fois. Je détecte les moindres changements de nuances des contrées que je sillonne et j’hume avec bonheur les parfums inconnus (comme celles des pierres brûlées par le soleil dans les ruines Mayas ou des ananas à Hawai). J’ai besoin de voir grand, de respirer à pleins poumons!

Vous me direz que je n’ai rien vu. Que l’Europe m’est inconnue. Moi je vous répondrai que l’âme du voyageur n’est pas seulement dans les pays, les déserts, les campagnes, les forêts ou les villes qu’il visite, elle est plutôt dans le désir de découverte qui sommeille en lui, qu’importe ses aspirations. Certains vont loin, mais voient peu, encarcannés dans le luxe et les attractions, alors que d’autres vont jusqu’au bout de chaque route même si elle se trouve dans le village voisin… Loin de moi, l’idée de porter un jugement, comme certains blogueurs pensant faire partie d’une élite le font, mais plutôt de constater que j’ai trouvé MA voie…. L’important c’est d’aller au bout de ses rêves même si pour certains, c’est d’aller une fois par année à Old Orchard en juillet.

Je suis une habitante de mon continent: jeune, grand, immense, imposant ne demandant qu’à être exploré et admiré. Aller dans l’Ouest m’a fait réaliser que j’ai des racines profondément encrées dans mon pays, le Québec… Ce magnifique pays parsemé de lacs, veiné de rivières tumultueuses, traversé par le majestueux fleuve Saint-Laurent et recouvert de magnifiques forêts laurentiennes et boréales (qu’il faudrait d’ailleurs protéger activement). Parfois, le soir en relaxant dans mon spa, je peux même admirer de longs rubans lumineux dansant autour des étoiles: des aurores boréales.

Au Nouveau-Mexique, l’excitation du dépaysement du début a fait place à une réalité: la verdure et l’eau me manquaient. Si vous saviez l’excitation que j’aie ressenti lorsque j’ai aperçu le Rio Grande après plus d’une semaine dans des plateaux désertiques, où les canyons creusés par les cours d’eau étaient tous asséchés. Autant ce dépaysement m’a enchanté, charmé, autant il m’a fait apprécié mes réalités (nos réalités)…

Pour ce qui est de l’est de l’Amérique, nous avons maintenant vu tout les endroits que nous voulions voir. Il est certain que nous pouvons encore nous promener et batifoler à gauche et droite en profitant tout simplement de la vie… Cependant nos projets futurs concernent plus l’Ouest Canadien et des États-Unis, le Mexique, Terre-Neuve, l’Amérique Latine, la Grèce, l’Italie, le sud de la France et l’Espagne. Nous rêvons de contrées trop éloignées pour les atteindre en moins de 2 semaines (au plus 3) en motorisé.

De plus, comme je l’ai abordé rapidement, je retourne sur les bancs de l’université ce qui diminuera dans les années à venir les périodes disponibles pour voyager. Donc, nous pensons sérieusement à vendre le Winnie (en fait il est à vendre) pour continuer nos explorations mais cette fois-ci, en avion! Nous changerons mon petit 4×4 pour un petit campeur, afin de conserver cette liberté de gypsie que nous adorons (pour retourner sur la côte nord par exemple). Puis, à la retraite, nous reprendrons la route. À ce moment, nous aurons le temps nécessaire pour aller aussi loin qu’on le désirera. Dans un avenir rapproché, je me vois bien partir pour 5 jours à San Francisco, aller deux semaines au Mexique avec les enfants (en ciblant notre destination, nous pourrons visiter les villes coloniales et les ruines incas et Mayas qui nous intéressent), explorer le grand nord (une expédition au Nunavit me tente énormément), etc…

Ce que j’en ai à vous raconter… Comme cet examen pour entrer à l’école privée que Sara vient de passer… Ou cette idée folle de retourner vivre dans la ville qui nous a vu grandir, mais dans sa partie historique, sur les rives d’une petite rivière, presque à l’embouchure d’une autre plus importante… Mes études pour enseigner le français au secondaire… Ma coupe de cheveux que je n’aime pas… Bill que je trouve de plus en plus associable et mésadapté… Phil qui a pris un coup de vieux depuis qu’il travaille et qu’il conduit son scooter… Charles qui ressemble tellement à Brad Pitt, mais en plus charmant (quoique Brad est peut-être charmant?)… Mes trilles blancs en avant qui sont en fleurs… Et………..

mai 13, 2008 Posted by | je pense, je raconte... | 12 commentaires

L’optimisme selon Caro…

L’optimisme pour moi jeudi matin, c’était d’espérer assister à la finale de soccer de l’équipe de Sara samedi à 9h30. Nous nous sommes levés tôt, très tôt. 5 heure du mat. Motivés, nous avons roulé des heures et des heures. Assez pour avoir fait la moitié du voyage de retour. Nous avons traversé la dernière partie du Nouveau-Mexique, le Colorado, le Nebraska, l’Iowa et quelques kilomètres en Illinois.

L’optimisme pour moi en ce dimanche après-midi, quelque part dans un bled perdu de l’Illinois (East Molene pour les curieux), c’est d’espérer être chez moi mercredi dans la journée. Et oui… réparation prévisible, mais plate quand même… La livraison des pièces se fait en 24 heures, exception faite des weekends.

L’optimisme pour moi, c’est d’espérer que la gang de fous qui se sont presqu’entretués autour du winnie la première nuit dans le stationnement du garage, ne se tueront pas pour vrai un jour. Que les scènes de violences des films restent dans les films et qu’on les regarde d’un oeil détaché, plutôt que de recevoir un rush d’adrénaline laissant une sensation de vide immense.

L’optimisme pour moi c’est de croire qu’on va toujours vers le meilleur qu’importe, si parfois les événements ne vont pas dans le sens ou l’ordre qu’on voudrait qu’ils aillent.

Je lis des blogs mais ne réponds que rarement… Je ne suis pas très active socialement sur la blogosphère. Je suis touchée Cricri, que tu m’aies tagué. Comme presque toutes celles et ceux où j’écris ont été taguées et bien, libres à ceux qui sont inspirés par le sujet de laisser couler leurs inspirations!

avril 7, 2008 Posted by | je pense | 11 commentaires

Ne suis-je pas née Princesse?

Ne suis-je pas née Princesse?? Où sont donc mes domestiques chargés de la lessive, de la préparation des repas, du récurage de la maison?

The show must go on, pendant que je cuis du poulet dans mon poêle à bois, que je fais sécher ma 15e brassée de vêtements en deux jours, que je passe la balayeuse pour alléger mes sinus qui réagissent fort mal à leur retour à la maison, je vous écris dans mes carnets petit à petit mes souvenirs…

Je sais que le rythme effréné reprendra sous peu… À preuve, la pratique de Soccer de Sara ce soir, le spinning des gars dans une semaine, le ski du samedi, les devoirs, les soupers entre amis… Ce que j’apprécie les vacances, quand tout s’arrête comme si on avait appuyé sur la touche pause de l’appareil de ma vie!

Le Cocon familial est rompu… Les amis, l’ordi, l’école, le travail… et le ménage!!!!

janvier 9, 2008 Posted by | je pense | 6 commentaires

Une nouvelle étape…

Pour la première fois depuis longtemps, je ne suis pas sortie dans les rues pour passer l’Halloween avec les enfants. Il y a 18 ans, j’initiai Alex aux joies de cette soirée. Je lui avais cousu de mignonnes petites oreilles en carton rouges et noires, de la même couleur que son chapeau et lui avais dessiné de belles moustaches et un joli nez noir. Pour ma part, je m’en étais faites des noires et roses que j’avais fixé, grâce aux bouts pliés, avec des bobépines dans mes cheveux. 18 ans que je m’affuble de petites oreilles de chatte (ok, c’est vrai, le modèle a évolué) et presque autant que Pat porte son chapeau de père Noël…

Les enfants voulaient aller avec leurs amis (es), fini le trip de passer avec papa et maman. Dans un village, les gangs se rencontrent, font un bout ensemble et tout le monde fini par se voir! Avec notre accoutrement habituel, Pat et moi avons donné sans trop d’entrain des bonbons à la maison. J’avoue que c’est beaucoup plus amusant de suivre les enfants, ce soir je n’ai pas ressenti autant la magie de la soirée. Ce que le temps passe vite!!!!!

novembre 1, 2007 Posted by | je pense | Laisser un commentaire

Septembre et ses petits mots d’amour…

Comme à chaque année, septembre amène son lot de réunions dans les écoles: réunions avec le professeur, assemblés générales et enfin pour moi qui suis une mère bénévole utile et indispensable: la mise en marche de la bibliothèque!!

Ayant quatre enfants extraordinaires, j’ai assisté dans ma carrière de mère à une multitude de réunions. Parfois, je l’avoue humblement, la motivation d’y assister n’est pas très forte mais je me fais un devoir de m’y rendre quand même. Voyez-vous, il y a toujours sur le bureau des enfants, un petit mot à l’intention de leurs parents et, ça me brise le coeur (à chaque fois) de voir des pupitres déserts. La lettre, qu’ils ont pris le temps d’écrire est là, seule, abandonnée. Et, le lendemain matin, ces enfants n’auront pas sur leurs pupitres, à leur tour, un mot gentil de leurs parents à lire avec enthousiasme…. C’est d’une tristesse!

Alors, même si Mme la prof, a eu Phil et Charles comme élèves et que je sais comment elle fonctionne, je m’y suis rendue gaiement pour lire le mot de ma fille. De plus, je m’assure d’avoir mon mot à dire si certains parents s’offusquent qu’elle donne des contrôles à chaque vendredi et qu’elle exige que les multiplications soient apprises au plus pressant.
J’ai pris mon temps pour écrire un mot qui plaira à Sara. J’ai fait des coeurs, souligné ses qualités et lui ai répété à quel point je l’aime… Encore une fois!!!!

septembre 27, 2007 Posted by | j'aime, je partage, je pense | 5 commentaires

Fuite ou équilibre?

Et bien voilà, après plus d’une semaine, je commence à revenir sur terre… Comme toujours, je suis envahie de nostalgie en même temps que de joie d’avoir vécu de si beaux moments et d’avoir vu des endroits tous plus magnifiques les uns que les autres. Je repartirais demain…

J’ai lu un article dans le chatelaine du mois de septembre 2007, sur un homme qui s’est suicidé après son retour d’un grand voyage autour du monde en famille. Son retour à la réalité n’a pas été facile et finalement, pour lui, le voyage n’était qu’une fuite. Enfin, c’est ce que sa femme a découvert en lisant son journal de voyage après sa mort. Elle a donc fait un documentaire (Le voyage d’une vie) en espérant aider d’autres hommes à vivre.

Nous en discutions Patrick et moi car récemment j’ai été en contact avec un couple qui a tout vendu pour partir un an en famille. Je trouvais le projet extraordinaire et emballant mais Pat m’avait dit: Es-tu certaine que ce n’est pas une fuite, car si c’est le cas, ils ne pourront jamais se remettre les pieds dans la réalité à leur retour.

En y songeant, je me suis rappelée que les deux étaient en arrêt de travail, donc, potentiellement fragiles… Mais bon, il demeure qu’un tel projet, c’est de mordre intensément dans la vie à pleine dents…

Donc, en lisant l’article qui donnait énormément de crédit à l’opinion de Pat, je me suis demandée pour quelles raisons je veux toujours partir en voyage, explorer de nouveaux endroits, vivre au jour le jour et pourquoi j’ai toujours le nez dans les guides…

Fuis-je?

En discutant et en y réflichissant bien, j’ai conclu que non… Je suis très bien encrée dans ma vie, je suis impliquée dans mes occupations et mon bénévolat, je vois ma familles et mes amis (es), je suis de près mes enfants…Je pars en voyage pour m’amuser, me détendre, passer du temps en famille et oui.. décrocher un peu de tout notre agitation quotidienne! Mais j’aime ma vie et j’en apprécie chaque instant… Tout est toujours une question d’équilibre.. L’équilibre, voilà le secret!

_________________

Le weekend dernier, c’était le mariage de mon exubérante et sympathique cousine Catherine. Nous étions sensés nous y rendre en motorisé avec les enfants puisque le lendemain mes deux garçons partaient dans le fin fond des bois avec mes parents. Phil décida de ne pas y aller alors Pat, voyant l’opportunité décida que nous ferions garder les enfants et que nous nous rendrions en moto au mariage. Bon… motel, déjeuner au resto, sans enfant (Charles étant déjà avec mes parents)… J’avoue que c’était quand même assez alléchant… Et bien, j’ai détesté ça. J’aurais tout donné pour avoir mon motorisé et dormir dans mon lit, me faire un bon café le matin et être avec mes enfants… La seule affaire que j’ai trouvé vraiment Hot, c’est de revenir, la jupe entre les jambes, collée contre mon chum sur la moto, à la fin de la soirée. Ayant oublié mes jeans au motel, ce fut la seule alternative. Je me faisais penser à une Mexicaine sur un scooter, comme dans les films!

août 10, 2007 Posted by | je pense | Laisser un commentaire

Déjà??

C’est officiel, enfin je crois bien… Mon bébé (de 10 ans) fait enfin ses nuits!! Je crois que c’est un record digne de passer dans les anales. Mon bébé adoré, dort dans son lit toute la nuit… Il était temps? Ouais, elle a un chum et ses pieds sont presques aussi grands que les miens…

Un bon matin (il y a peu de temps), elle m’a dit:

– Maman, as-tu remarqué que je ne viens plus te rejoindre la nuit?

– haahhhhh, C’est vrai.. Tu ne te réveilles plus?

Je lui dis ça car je sais qu’elle a peur la nuit, qu’elle entend des bruits et se fait toutes sortes de scénarios. Nous avions déjà essayer de la convaincre d’essayer de se rendormir dans son lit auparavant et ça la rendait malheureuse.

– Oui, oui.. je me réveille encore, mais j’ai décidé d’essayer de me rendormir seule et ça marche…. me confie-t-elle avec conviction.

– Bravo, je suis fière de toi. Je le savais que tu y arriverais un jour.. oups, une nuit! lui répondis-je en me disant que finalement, tout est dans l’intention!

Je n’ai jamais ressenti d’urgence à la convaincre de dormir toute la nuit dans son lit. Je fais parti de ceux qui ne laissent pas pleurer les bébés, qui pensent que leur place est dans les bras de leurs parents, qui croient en l’allaitement et qui n’hésitent pas à prolonger le tout quelques années, qui ont sacrifiés une carrière pour ne pas avoir à les faire garder (sans aucuns remords ni complexes il va s’en dire) et enfin, pour qui faire les nuits ne représente pas une vantardise ni une compétition entre parents…

Je savais qu’elle serait un jour assez grande pour dormir seule dans son lit et je savais qu’elle le ferait quand elle serait prête. J’étais tellement tristounette le soir quand j’étais petite, je ne voulais pas que mes enfants se sentent comme ça. Les enfants ont besoin d’être rassurés, aimés et devraient être en tout temps la priorité de leurs parents.

C’est sur que les dernières années, elle ne venait plus vraiment dans notre lit, elle se faisait un petit camping par terre à côté de moi. Elle installait, elle-même, un matelas (quand ce n’était pas les coussins du sofa) et s’organisait un lit super confortable. Au petit matin, elle venait se coller, se blottir contre moi… De beaux moments de bonheur et de complicité, qui valent bien mes réveils nocturnes!!

juin 8, 2007 Posted by | j'assume, je pense | 2 commentaires