Caro et cie

Angéline De Montbrun…

 » Longtemps, je me suis arrêtée à regarder la mer toute fine, haute et parfaitement calme. C’est beau comme le repos d’un coeur passionné. Pour bouleverser la mer, il faut la tempête, mais pour troubler le coeur, jusqu’au fond, que faut-il!… Hélas, un rien, un ombre. Parfois , tout agit sur nous, jusqu’à la fumée qui tremble dans l’air, jusqu’à la feuille que le vent emporte. D’où vient cela? N’en est-il pas du sentiment comme de ces fluides puisssant et dangereux qui circulent partout, et dont la nature reste un si profond mystère. »

Laure Conan, première écrivaine à s’imposer dans la littérature Québécoise. (Angéline de Montbrun)

Ce passage me touche, me rappelle à moi-même, transporte les émotions intérieures que je ressens parfois si fortement avec la mer et la nature que j’aime tant….

Je suis sans mots.. Elle les a écrits pour moi!!!

Publicités

septembre 16, 2008 Posted by | je lis et je pense... | 6 commentaires