Caro et cie

Le compostage selon Caro…

Je composte depuis des années… En fait la gestion des déchets, c’est une de mes priorités. Je me sentirais vraiment coupable d’envoyer au dépotoir ce qui peut être recyclé ou composté. C’est un moyen facile de réduire du tiers la quantité de résidus que l’on produit à la maison. Je sais, c’est compliqué. Il faut un composteur et une connaissance des techniques (compliquées) de compostage, me direz-vous.

Si on se fie aux lectures, dépliants et autres sources d’informations disponibles, composter est un art, une science dirais-je. En plus de devoir acheter un composteur, il faut mettre une quantité déterminée de résidus secs et de résidus humides. Tant de brun, de vert et de jaune. Mais pas de ci où de ça…

Et bien y’en a marre.. Pourquoi est-ce si compliqué de gérer un tas de résidus organiques? Pourquoi faudrait-il dépenser jusqu’à une 100aine de dollars pour un composteur? Pour provoquer des besoins, faire dépenser les consommateurs et faire vivre l’économie? Et puis, ça devient si mélangeant que les gens abandonnent en laissant leurs investissements pourrir dans le fond de la cours et leurs livres (sur le compostage) dans les bibliothèques…

Selon moi, pour composter… Il faut se trouver un coin dans le fond du jardin, y jeter les restants organiques (fruits, légumes), les marcs de café, les coquilles d’oeufs, le gazon, les mauvaises herbes et les feuilles mortes. Allez-y avec ce que vous avez sous la main et croyez-moi, ça se transformera à coup sur en terre si vous n’oubliez pas de brasser le tout, de temps en temps, avec une fourche. Si vous oubliez, vous pourriez avoir la surprise de voir pousser des patates ou des melons sur votre tas de composte… De plus, ça ne sent rien. Pas une odeur ne s’en dégagera à moins que vous y ajoutiez de la viande, du poisson, des produits laitiers. Quoi de plus simple?

juin 4, 2008 Posted by | je composte | 18 commentaires