Caro et cie

Stressée, vraiment stressée..

Je suis stressée et je perds mes cheveux….

Je dors mal la nuit, mon coeur palpite et le hamster court et court dans ma tête….

Je panique, j’en ai trop à faire, je n’ai pas vraiment d’aide à la maison (à part Charles, celui qui a fait la description infernale)…

***

À vous, femmes instruites, qui prenez la décision de rester à la maison pour faire la maternelle à vos enfants, les amener jouer dehors, leur faire apprendre la musique, leur faire de délicieux repas et collations vraiment, mais vraiment équilibrés…

Retournez travailler pendant qu’il est encore temps.

Ne les laissez prendre de mauvaises habitudes…

Ne devenez surtout, surtout, surtout, pas trop responsable et impliquée…

***

Engueulez vos hommes… Faites leur prendre leurs responsabilités dès le départ… Ne laissez rien passer, sous prétextes que la vie est plus facile..

***

Vous le regretterez et devrez redoubler d’ardeur pour vous affranchir de vos responsabilités…

***

Je prédis, que dans quelques générations, les femmes mèneront le monde…

octobre 3, 2011 Posted by | j'assume, j'en ai marre | 7 commentaires

Folle ou surmenée?

Charles, mon fils parfait, avait énormément de difficulté à écrire, en devoir, une description.

«Prends un membre de la famille, caricature ses traits physiques et psychologiques et le tour sera joué, lui suggérai-je…  tiens, prends-moi, tu vas certainement être inspiré.»

***

Titre : Mère folle ou surmenée?

Je n’avais pas fait cinq pas depuis que j’eus traversé la porte d’entrée que cette femme aux cheveux gris, gras et sales m’assaillait déjà avec ses ordres à n’en plus finir, tel un démon sorti de l’enfer.  Sur son visage autrefois fin et délicat, on pouvait percevoir le manque intense et apparent de sommeil, dû au travail intense et compulsif que ses études en enseignement du français exigeaient d’elle. « Charles, lave la salle de bain. Toi, nettoie les vitres. Esclave, passe l’aspirateur. Moins que rien, vas ramasser la merde du chien. », s’amusait-elle à me dire avec un sourire malicieux finement peint sur ses lèvres rouge écarlate. Cette femme avait tout un caractère, le moindre petit problème déclenchait en elle une furie digne d’un cataclysme. Croyez-moi, mieux valait être à l’abri lorsque ce tyran était de mauvais poil. Bien qu’elle ne mesure qu’à peine 5 pieds 2 pouces, elle peut tout de même terrasser n’importe qu’elle armoire à glace mit sur son chemin lorsqu’elle est d’humeur maussade… De plus, elle vit dans un environnement répugnant, couvert de livres, de retailles de crayons et de tasses à café, duquel une odeur fétide et rance émane. Comme on dit, le milieu dans lequel nous vivons représente la personne que nous sommes réellement! Et puis finalement, viennent les fins de session et cette chose répugnante redevient enfin une merveilleuse mère attentionnée et pleine de vie.

Je t’aime maman!

septembre 30, 2011 Posted by | j'assume, je ris, je vante mes enfants | 9 commentaires

Les pommes ne tombent pas loin du pommier…

Au mariage de ma soeur pendant la cérémonie :

— Philippe… Ôte ta casquette…

— Non…

— Phil, on ne se présente pas à un mariage avec une casquette… C’est inconvenant! (même si elle est d’une blancheur immaculée et que tu l’as sans doute payer le gros prix)

— Je garde ma casquette !! (tu ne me feras pas changer d’idée, je te le garantis)

— Phil, dis-je suppliante (pitoyable et les yeux larmoyants comme ceux de Caliméro), mes oncles, mes tantes, mes cousines, la belle-famille de matante Loulou, tout le monde va parler de toi et dire que je t’ai mal élevé (c’est peut-être vrai, mais il ne faut surtout pas que cela paraisse)

— M’man… je suis entré avec ma casquette et je vais sortir avec…. (sujet clos)

Assumer sa casquette… n’est-ce pas comme assumer ses cheveux blancs ?

___________________________________________________

Charles qui aura son permis probatoire l’été prochain:

— M’man, Léa et moi on part en Gaspésie l’été prochain. Ce sera un «road trip»…  (un road trip?  Je vais cacher de ce pas «Sur la route» de Jack Kerouac)

— Comment ?

— Bien, en auto… je vais avoir mon vrai permis… (Voyons, es-tu devenue sénile, M’man) (moi, je pensais davantage qu’il voulait nous emprunter le winnie..)

— OK…   (Ciel… il va nomader avec sa tente sur la grève, se faire un feu de camp et rencontrer des gens. Danger!!!)

Avoir le gout de nomader, n’est-ce pas ce qu’il a appris avec nous en vivant cette expérience de nombreuses fois, en roulant d’une étape à l’autre, en vivant au jour le jour au gré du temps, en découvrant des endroits et des gens extraordinaires,  en surfant sur les vagues de la mer alors que nous venons de dormir dans un stationnement et enfin, en squattant des douches pour se laver aux deux ou trois jours ?

En cinquième secondaire, au Programme d’Études Internationales, il y a un grand projet à réaliser. Charles, lui, il veut faire des reportages sur les endroits qu’il visitera d’ici là: Toronto, Las Vegas (Nevada), Californie et l’Équateur…  (Tiens, que penser du lien avec le blogue de voyage de sa mère ?)

juin 2, 2011 Posted by | j'assume | Laisser un commentaire

… Et elle décida…

Comme c’était à prévoir, les choses étant compliquées depuis le départ,  la secrétaire du directeur m’a appelée et m’a demandé de commencer lundi (aujourd’hui)…

J’ai dit « NON »…

Je travaillerai au printemps… 😉

février 15, 2010 Posted by | ambitions, j'assume, j'en ai marre | 4 commentaires

Les biens pensants… Ils m’énervent!!

Ils m’énervent ces blogueurs biens pensants, crachant avec dédain sur la Saint-Jean Baptiste, tout en se proclamant souverainistes. Je ne les nommerai même pas. Je me suis toujours demandée comment certaines personnes pouvaient en venir à se penser supérieures aux autres? À prétendre détenir la vérité? À juger tout ceux qui ne pensent pas comme eux?

Pour ma part, je m’en garde bien. Et mon opinion est qu’avant d’avoir un pays, il faudrait être fiers d’être Québécois, se sentir solidaires les uns des autres, améliorer notre langue, partager une vision commune.

Oui, nous sommes une société à part. On a pas grand chose en commun avec le reste du Canada, ni avec la France d’ailleurs. Mais en même temps, on est le résultat de nos racines Françaises et de notre Nord Américanité… Champlain (ou Pierre Du Gua des Monts, le débat est lancé) a fondé Québec il y 400 ans. Nos ancêtres ont traversé l’atlantique pour changer de vie, tenter la grande aventure. Ils ont bâti des villes et une société dans un climat rude mais à la nature généreuse, furent abandonnés par les français et tombèrent ensuite sous la main des Anglais. Nous vivons aujourd’hui dans notre réalité, on a notre propre histoire et elle est unique!

Je ne fête pas toujours la Saint-Jean Baptiste car je profite souvent de la grande fin de semaine pour partir quelque part. Cependant, lorsque je suis chez moi, je participe toujours aux festivités de ma communauté. Personnellement, je trouve que c’est une occasion de se rassembler, de se rencontrer, de discuter (légèrement) et de s’amuser.

J’adore la musique Québécoise. Adolescente et jeune adulte, je fréquentais assidûment une brasserie où un chansonnier, nous faisait hurler les airs tant aimés. La Saint-Jean? Une occasion de plus pour les fredonner…

Je vis dans un petit village. Nous nous rassemblons tous près de l’église. En cette journée, les enfants sont à l’honneur et une multitude de jeux gratuits sont là pour les amuser. Les parents les surveillent du coin de l’oeil alors qu’ils courent partout, dans un décor digne d’un film. Tous discutent, se rencontrent, s’informent sur l’état de santé de l’un ou sur le nouveau bébé d’une autre. Puis, le tout se termine par de magnifiques feux d’artifices sur le lac, en fin de soirée.

Charles et sa copine ont fabriqué des capes sur lesquelles ils ont collé des fleurs de lys et les ont porté fièrement toute la journée. Sara a chaussé ses gougounes Québec et elle arpenté la place avec ses amis. Phil tenait tendrement sa douce par la main. Pat et Alex se sont promenés dans le village en vélo pendant 2 heures. Et moi, j’ai pris une bière avec deux amies, un lys tatoué dans le dos. Ha oui, j’ai aussi fait la file au bungee pour mes enfants (pendant qu’ils s’amusaient ailleurs) au grand dam de celui qui me suivait et dont c’était contre les principes. Je lui ai dit que j’en avais pas moi, des principes comme celui-là, que c’était beaucoup trop stressant! Dans le fond, c’est moi la nouille qui attendait au soleil.. Non??

Chère élite, riez du petit peuple qui s’amuse (sans prendre un coup) et se rassemble une fois par année pour célébrer, tout simplement.. Car de toute façon, c’est par le peuple que les choses vont changer!!

juin 25, 2008 Posted by | j'assume | 3 commentaires

La jungle familiale… Que le plus fort gagne!

Mes enfants sont durs les uns avec les autres. Mes trois derniers en fait. Mais surtout, surtout mes deux garçons qui ont moins de 2 ans de différence. Sara ne s’en laisse pas imposer mais les attaques à son égard abondent moins. Sa position de bébé de la famille, unique enfant de sexe féminin, fait en sorte que les garçons ne se mettent pas, ou peu, en compétion avec elle. Alex, quand à lui, donne son avis très calmement. Ses commentaires ont cependant beaucoup d’impacts sur les autres. Faut dire que c’est un ainé avec un grand A…

Charles et Philippe se surveillent sans cesse. Ils épient les moindres paroles, gestes, conneries, erreurs de l’autre pour pouvoir se les reprocher et se donner des armes, ensuite, pour se ridiculiser. Le tout, avec un maximum d’insultes et une bonne dose d’intolérance. Évidemment, que personne d’autre qu’eux ne reproduisent le même scénario avec leur fratrie. Alors là, non!!! Aussitôt, ils défenderont corps et âmes celui qu’ils se plaisent tant à dénigrer à d’autres moments.

Ils apprennent ainsi à faire face à l’adversité. Ils s’exercent pour être forts si de tels événements se produisent à l’extérieur de la famille. Leur estime de soi est assez forte, pour que des commentaires négatifs à leur endroit, ne les détruisent pas. Ils apprennent aussi à faire face en cas d’erreurs. Car je vous l’avoue les comptes qu’ils règlent entre eux ne sont pas que chimères et inventions sorties de nulle part. Il faut dire qu’ ils se remettent à l’ordre, plus encore que je ne le fais moi-même envers eux, en tant que mère.

Ils peuvent aussi défendre leurs points s’ils croient avoir raison. Discuter pour arriver à des compromis. S’unir aussi contre l’adversité. Faire front commun comme membre d’une famille unie où tous ont droit à la parole, à leurs avis, à leurs unicités et enfin à l’erreur…

Lors d’un match de basket ball de Sara, vendredi dernier, une petite fille de l’autre équipe a eu un reproche d’un coéquipier. Ça l’a tout simplement démolie. On m’a expliqué que c’est une fille unique qui n’a pas de frères ou de soeurs pour l’aider à faire face, justement, aux commentaires des autres. Soit pour les chasser du revers de la main si elle les croit non justifiés ou les accepter et se retrousser les manches si elle le croit utile.

Mes enfants ont énormément de confiance en eux. Une confiance réelle. Ils sont conscients de leurs capacités et nous les encourageons à se dépasser autant à l’école que dans leurs activités parascolaires. Un commentaire injustifié de toute façon, fera passer celui qui l’émet pour un con alors qu’un constructif les motivera à s’améliorer….

Ils se sentent plus libres de s’extérioriser entre eux. Ne pensez pas que la bagarre est sans cesse prise dans la maison, que les murs sont troués et que les cris jaillissent à tout moment. Mais non… Ce n’est pas l’anarchie mais juste des relations saines entre frères et soeurs. Pour ma part, ce n’est pas pour eux que je m’inquiète… C’est plutôt pour les autres, ceux qui ne savent pas s’affirmer, négocier et avancer confiants dans la vie!

mai 24, 2008 Posted by | j'assume, je pense | 3 commentaires

Y’en a marre…

Une autre journée de congé pour les enfants. Pas assez de la relâche de la semaine dernière, encore faut-il en rajouter à cause du mauvais temps. Ils n’ont pas envie de jouer dehors, ni de jouer à quoi que ce soit d’ailleurs. Tout ce qu’ils font, c’est de s’obstiner pour le (**&%bip$ »**bip&?%$) d’ordinateur. Le portable bien sur. Notre pauvre vieux dinosaure d’en haut ne leur suffit pas pour communiquer avec leurs amis sur MSN…

J’ai dû le cacher, dans l’armoire de la commode de Pat et les menacer de ne pas le sortir de là, à moins qu’ils fassent un horaire raisonnable qu’ils respecteraient. Vous comprendrez donc que je n’ai pas eu accès à MON portable de la journée…. Mais je m’en fou, car j’occupe très bien mon temps ces jours-ci en travaillant sur une superbe broderie rustique aux couleurs vives et joyeuses. Heureusement que je ne me mets pas à me m’obstiner avec eux, ce serait beau dans la maison.

Bill ose à peine aller faire son petit pipi dehors. Pauvre petit chien, il est tanné lui aussi de la neige. Il demande la porte, sent le froid et le grésil rentrer dans le vestibule, puis… hésitant, il retourne se coucher sur le sofa en attendant que ça passe!

Y’en a marre des tempêtes. Du soleil s.v.p, c’est pas trop demandé?

mars 6, 2008 Posted by | j'assume, je chiâle | 3 commentaires

Mea culpa… Bonne fête maman!

La tête folle que je suis, n’ayant souvent qu’une vague idée de la dâte exacte, fonctionnant plutôt en mode: *lundi au dimande*, a oublié la fête de sa mère…

Ouais.. complètement! J’ai même sursauté d’étonnement lorsqu’elle m’a fait remarqué que sa fête était passée.. Quoi? Je ne l’ai même pas vu venir. J’ai pensé, cependant, à celle de ma grand-mère, décédée, qui était née un 1er Mars! Le 1er mars à ce que je sache, c’est après le 21 février?

Je sais, je sais… Ça fait partie de mon charme. Caro, toujours le toupet dans le vent, entre deux entrainements sportifs des enfants, le bénévolat, la gestion de la famille et tout le tralala… Mais y’a des limites. Non?

J’aurais apprécié que mon père ou ma soeur me téléphone pour me faire part de mon oubli, au lieu de laisser ma mère poireauter dans sa déception… (Pas pour enlever ma responsabilité, loin de là..)

Mais bon, comme je suis de celles qui n’hésitent pas à recevoir, je vais voir si on peut se réunir pour la fêter!!!

Mauvaise fille va!!!

février 26, 2008 Posted by | j'assume | 4 commentaires

Banalisation des actes médicaux lors des naissances…

Je suis tannée de la banalisation des actes médicaux lors des accouchements. Surtout écoeurée d’entendre des artistes contribuer naïvement à normaliser le tout, comme si ce n’était rien, comme si c’était la norme.

J’eus l’idée de déjeuner dans le salon ce matin, comme mes enfants essaient de le faire si souvent. Après tout, j’ai autant le droit qu’eux de salir la maison. N’est-ce pas? En mangeant mes céréales, j’ouvris la télévision sur le canal d’une émission du matin. Josée Boudreault nous racontait son accouchement facile, sans douleur, encourageant même nos applaudissements sur ses prouesses… Je fus cependant abasourdie, quand elle raconta comment l’insertion de l’aiguille dans sa colonne vertébrale, pour sa péridurale, fut un moment de grande intimité avec son chum. Et, pas question d’accoucher sans!! Les risques d’être paralysée? boff, pas important, c’est calculé maintenant… Je fus soulagée, qu’elle glisse au moins quelques commentaires sur son allaitement, tout naturellement.

Je ne veux pas faire de procès sur les choix de chacune. Mais, il y a des risques connus et les plus grands ne concernent pas nécessairement la paralysie. En effet, un accouchement provoqué ou sous péridurale amène régulièrement d’autres actes médicaux qui peuvent avoir des conséquences sur la mère et sur l’enfant. Lorsqu’on provoque, les douleurs sont plus fortes, la péridurale sera utilisée encore plus et.. La péridurale? La mère ne sentant pas ses contractions poussera moins efficacement, l’utilisation de forceps, de ventouses sera nécessaire plus souvent et la césarienne, un risque de plus..

Des études démontrent que les hormones sécrétées par la mère et le bébé durant l’accouchement jouent un rôle non seulement au premier contact mais aussi après la naissance dans l’interaction mère-bébé. De plus, de récentes études commencent à mettre en lien l’autisme et l’ocytoxine de synthèse… La criminalité et les naissances difficiles (complications, rejets, séparation précoce)… L’Anorexie mentale, le suicide.. Mais curieusement, en dépit de leur publication dans des journaux scientifiques et médicaux, les conclusions de ces études restent peu connues de la communauté médicale et ne sont guère reprise par les médias…

On ne devrait pas perturber le premier contact naturel entre la mère et l’enfant qui est, la prémisse à l’attachement qu’ils auront ensuite l’un pour l’autre. Les naissances devraient s’effectuer dans des milieux sereins, permettant à la mère de jouir de l’effet apaisant sur ses douleurs de l’endorphine, qu’elle sécrétera naturellement. Ainsi, elle pourra vivre ses douleurs sans paniquer, sans être tentée de les occulter avec une péridurale. Elle produira, tout comme son bébé, l’ocytoxine, l’hormone de l’amour, ce qui aura un grand impact sur leur premier contact, permettant un lien d’attachement fort.

En donnant des hormones de synthèses, on empêche les vraies de faire leur travail. Par exemple l’ocytocine, l’hormone de l’amour, ne sera pas produite dans le corps de la femme, si elle a été provoqué avec la version synthétique…. Cela ne veut pas dire que les liens ne se créerons pas, mais ils peuvent être retardés et même sérieusement perturbés. De même, la péridurale et les actes médicaux pouvant en découler et influer le déroulement naturel de la naissance est à proscrire, sauf en cas d’accouchement long et pénible pour donner un répit à la mère. Ce devrait être une option à considérer dans ces cas là et non une généralité… Les risques de détachements de la mère, les risques de séparation précoce et ce qui en découle ne sont pas à négliger… N’oubliez pas…

Les femmes ont le droit de faire leurs choix, mais la banalisation… je ne suis pas capable!!!!! Je vous suggère un excellent livre sur le sujet: L’amour scientifié de Michel Odent.

février 22, 2008 Posted by | j'assume | 4 commentaires

Dirty dancing…

Jamais je ne lis un livre ou n’écoute un film deux fois. Je l’ai lu. Je l’ai vu. C’est fini. Je passe à autre chose. Je ne vois vraiment mais vraiment pas l’utilité et l’intérêt (à part pour des études) de perdre du temps sur du déjà vu. Il y a tant à découvrir…

Il y a cependant une exception. Une seule exception, à part les shows d’Éric Lapointe que je peux revoir à répétition sans me lasser, Dirty Dancing. J’ai dû le visionner et le revisionner au moins une vingtaine de fois…

Jeune adulte, encore au seuil de l’adolescence, quelle rêverie permettait cette belle histoire d’amour au départ impossible à cause des préjugés. La danse, la musique, les regards, la sensualité, un bonheur à réécouter…

Je connaissais plusieurs répliques et mon passage préféré, c’était quand Johnny revenait pour braver les préjuger, les différences sociales et disait aux parents de BB..

– On laisse pas BB dans un coin..

Et là, il la prenait par la main et l’amenait faire LEUR danse, devant tous laissant transparaître tout leur amour et leurs désirs. Haaaaahhh…. j’ai dû reculer sur cette partie des dizaines et des dizaines de fois…

février 15, 2008 Posted by | j'assume, j'avoue | 11 commentaires