Caro et cie

Kaïn, show et langue française

On a remis ça… Et oui… Ma chum Rachel et sa fille Daphnée, Sara et moi, accompagnées de Charles et Pat, à condition qu’ils soient très gentils, sommes allées assister à un show du groupe Kaïn… Un groupe que j’adore et dont le refrain d’une chanson, Le bal du vieillard, se trouve dans l’entête de mon blog depuis plus d’un an, sans que j’aie envie de le remplacer. Si vous écoutez bien et faites le tour de leur discographie vous verrez qu’ils ne sont pas du tout torturés, drogués ou en mal de sensations fortes… Au contraire Steve Veilleux (le chanteur qui compose les paroles de la majorité des chansons) chante l’amour, le bonheur, la belle vie tout simplement. On se reconnait, comme dans les magnifiques paroles de la maison est en grande par exemple…

J’adore la musique Québécoise et ça remonte à mon adolescence. J’étais le genre à écouter du Paul Piché, du Robert Charlebois, du Beau dommage et du Harmonium. J’allais à la brasserie avec ma chum Isa et on chantait à tue-tête le vieux dans le bas du fleuve, le blues de la métropole, journée d’Amérique, pour un instant etc... Je crois qu’il n’y a pas une parole de Québécois que je ne connais pas et dont je ne contrôle pas la moindre intonation. Samedi, lorsque j’ai vu mes enfants chanter en coeur et danser avec enthousiasme, ça m’a rendue confiante quant à leurs sentiments d’appartenance à la Nation Québécoise. Nous, irréductibles francophones, en Amérique du Nord.

Je suis fière de mes racines Québécoises, de notre unicité, de nos accents. J’essaie d’imaginer quel genre de gens étaient mes ancêtres pour tout quitter et risquer leurs vies lors de la traversée de l’atlantique pour venir vivre sur le nouveau continent. C’était, à ne pas en douter, des aventuriers et ils ont eu bien du courage, de venir s’installer ici. Je me reconnais un peu, en eux….

Alors, rien ne m’écoeure plus que d’entendre des Québécois avec des noms comme Bob Gratton, et j’exagère à peine, parler avec un accent français. Bien parler, utiliser des mots de qualités, au bon moment dans le contexte approprié est une chose mais parler avec un accent qui ne nous appartient pas en est une autre…. Viendrait-il à l’idée de nos voisins des États-Unis de parler avec un accent British??? Jamais! J’en suis sûre. Ils ont peut-être selon certains, plusieurs défauts, mais ils possèdent une immense fierté de leur nation! Ce qui donne probablement une impression d’arrogance (je parle de la population pas du président)…

Par exemple, les Acadiens des îles de la Madeleine, de la Gaspésie, de la côte Nord, du Nouveau-Brunswick et de la Nouvelle-Écosse ont tous des accents que je trouve sublîmes… Et sérieusement, je crois que les Acadiens en sont fiers, très fiers. Bien plus que nous les Québécois…

Alors voilà… Que vais-je écrire à la Saint-Jean Baptiste? Ou après ma visite à Québec pour aller célébrer, au moins un peu, les fêtes du 400e? Mon blog n’a pas de but social. Je ne fais qu’écrire des banalités quotidiennes, des petites anecdotes sans messages importants pour essayer le plus possible de cultiver la légèreté et le bonheur. J’ai besoin de les entretenir dans ma vie afin que mes peurs et mes craintes ne prennent pas le dessus! Et Kaïn, pour revenir à mes moutons, me rend légère alors j’en écoute à répétition!

Ne me prenez pas trop au sérieux et revenez me lire même si vous êtes de ceux qui prennent un accent français en société.. Je vous laisse sur un vidéo amateur de Kaïn qui, je l’espère vous divertira et vous donnera envie d’écouter de la musique Québécoise.

juin 3, 2008 Posted by | j'aime, j'avoue | 6 commentaires

Vapeurs de Myosotis…

Le dernier printemps avant que grand-maman meurt, elle m’a entraînée à ses côtés pour faire le tour du terrain, au chalet. Là où j’ai tant aimé passer de grandes parties de mes étés, enfant et adolescente. Quelque part entre Trois-Rivière et Québec, sur la rive Sud du fleuve Saint-Laurent.

Elle m’incita à prendre quelques petites pousses de myosotis, de muguets et de lilas. Probablement pour que j’amène pour toujours, une partie de moi, fortement enracinée à cet endroit. Symbole conscient ou inconscient? Je n’en sais rien mais il a tout son sens à chaque printemps, lorsque fleurissent mes myosotis..
À mon retour, je me dépêchais, moi qui ne jardine pas beaucoup, à replanter mes trésors afin qu’ils survivent. Qu’ils survivent… À mes grands-parents aujourd’hui disparus… À mon ennui de l’imposant et magnifique fleuve, de sa plage interminable et de ses couchers de soleil extraordinaires… À une époque révolue de ma vie remplie d’amour, d’amis et de vent, envolée à jamais, emportée par la marée du temps…
On laisse un peu de soi partout où l’on passe… Là-bas, j’ai laissé la petite fille qui se sentait tant aimée par ses grands-parents.. Celle qui grimpait dans un saule pour lire un bouquin.. Celle qui avec ses amis, se payait un fou rire au large, incapable de nager pour revenir au bord… Et enfin, celle qui adorait chanter autour d’un feu sur la grève, avec eux…
Mais j’ai toujours en moi celle qui aime les grands espaces, le fleuve et la mer… Celle qui forte de ses souvenirs avance confiante dans la vie en voulant donner ce qu’elle a reçu à ses enfants… Celle qui se sent aimée et qui aime encore….

mai 29, 2008 Posted by | j'aime, je me souviens | 6 commentaires

Actions bénévoles et remerciements…

Oui, je suis à la maison depuis une bonne quinzaine d’années. J’ai choisi de m’occuper de mes enfants, de leur apprendre à parler, à dessiner, à patiner, à attacher leurs lacets, à réciter leur alphabet et à chanter plein de chansons. Dans le respect de leurs vies d’enfants. Sara vivait dans un monde imaginaire peuplé de bébés lynxs roux, Phil mieux que quiconque pouvait faire un dessin en trois dimensions ou une motoneige en légos, Charles savait lire avant la maternelle et Alex pédalait à deux roues à 3 ans et adorait danser sur du ACDC!

Puis, lorsqu’ils sont entrés à l’école, j’ai choisi d’être là pour ne pas être obligée de les y mener malgré un vilain rhume, une fièvre ou une gastro-entérite, pour superviser les devoirs et les leçons et surtout, pour être présente à leur retour. Ils ne connaissent pas les CPE et les services de garde scolaires. Pas question de m’éloigner d’eux et de perdre la liberté qu’ils demeurent MA priorité. J’ai choisi de demeurer connectée quoi!

Mais je ne suis pas une femme d’intérieur. J’ai besoin d’action, de faire fonctionner mes neurones, de voir des gens, de me sentir utile socialement. J’ai donc toujours été impliquée dans des organismes communautaires ou à l’école. Je fus longtemps impliquée dans l’allaitement et pas juste un peu. Puis, les enfants grandirent et c’est à l’école que je décidai de donner mon temps: levées de fond, bibliothèque, ateliers en classe, sorties, conseil d’établissement!

Je choisis mes actions bénévoles en fonction de mes enfants. Par exemple, je ne continuerai pas à donner de mon temps à l’école primaire lorsque ma fille sera au secondaire. Je le fais pour être en lien avec elle, ensuite ce sera autre chose. Après mes études, du vrai travail cette fois-ci….

Hier j’ai eu le plus grand remerciement de ma carrière de bénévole: je fus couronner la bénévole de l’année de l’école de Sara. Ils ont profité de mon absence à une séance du CE pour m’élire. Les enfants de 1ère année m’avait annoncé cela en déroulant une banderole où était inscrite: Mme Caro, bénévole de l’année 2008… L’émotion m’avait laissé sans voix, ils étaient si fiers de me faire la surprise.

Alors hier, j’ai assisté au gala de l’action bénévole. Un vrai gala…. Je me suis mise belle: ma jupe fabriquée avec les vieilles cravates de Pat, un magnifique haut noir décolleté devant et derrière et puisque le temps était frais, des bottes à talons hauts. Accompagnée de la directrice, nous avons eu droit à un goûter, du vin, des spectacles de jeunes de la commission scolaire et des cadeaux (commandités, ne vous en faites pas…)!

Je ne fais pas de bénévolat pour obtenir de la reconnaissance. Mais d’en avoir un peu me fait énormément plaisir tout comme les déjeuners au resto, les bons cadeaux dans des librairies, les spectacles des enfants et les certificats… Ce weekend, j’accompagne l’équipe de soccer de Sara à un camp de perfectionnement. Ce que je suis chanceuse…

mai 23, 2008 Posted by | j'aime, je bénévole | 5 commentaires

Pour le plaisir… Et l’intensité… Voici Éric Lapointe et Dennis de Young

mai 18, 2008 Posted by | j'aime | 2 commentaires

Sara et Caro en délire…

Hier soir, j’assistai à un concert de ma Rock Star préférée. Une foule en délire, chantant, dansant et hurlant leur bonheur d’assister à un show d’une telle intensité. Un chanteur à la voix rauque, au coeur blessé, capable comme personne de faire vibrer une salle.

J’ai partagé ce bonheur avec Sara, qui grandit au rythme de mes passions. C’était sa première rencontre avec les frissons, la foule en délire, les bras dans les airs (je vous jure qu’il est aussi hot que Bon Jovi) et les rappels scandés avec force. Connaissant toutes les chansons, à force de compulser avec moi, elle était prête. Elle avait déjà assisté à un concert extérieur à Gatineau, il y a deux ou trois ans, mais ce n’est pas à comparer.

Quelle belle soirée….

mai 18, 2008 Posted by | j'aime | 5 commentaires

Tel père, tel fils…

Son histoire d’amour avec les véhicules à deux roues remontent à son adolescence, alors que son père lui avait acheté une mobylette. Ivre de liberté, fort de cette nouvelle indépendance, entouré d’une gang de chums qui prenait un peu la place de sa famille qui venait d’éclater, le monde s’ouvrait devant lui…

La mobylette fit place à la moto. Rêvant de parcourir l’Amérique, de traverser les déserts et les montagnes, sa passion vivait toujours. Amoureux, bientôt père, il décida (geste logique mais quand même héroïque) de la vendre pour mettre ce montant d’argent sur l’achat d’une maison. Choix judicieux il va s’en dire, mais derrière cette maturité, une promesse faite à lui même: laisser grandir un peu les enfants et s’en racheter une dans 10 ans…

Le temps passa.. 10 ans exactement.. Depuis, aussitôt que le temps le permet, que le printemps pointe le bout du nez et jusqu’à la première neige, il sort sa moto et ne se lasse pas. C’est un vrai. Pas de ceux qui suivent la mode.

Hier, vous auriez dû voir les yeux remplis de fierté de son fils. Des yeux dans lesquels on pouvait lire la fierté pure de cette nouvelle indépance, la naissance d’un sentiment de liberté. Méritées à tout points de vue, par des notes extraordinaires à l’école ainsi que par une attitude irréprochable. Si vous aviez vu, son air émerveillé lorsque son père lui a donné son premier véhicule à deux roues: un magnifique scooter PGO!!
En les regardant tout les deux partir se promener, le père à moto et le fils en scooter, le dicton tel père tel fils prenait tout son sens!!!

avril 24, 2008 Posted by | j'aime, je raconte... | 2 commentaires

Joyeux anniversaire Alex…

IL y a 20 ans, le 14 mars 1988, je devenais malgré mon jeune âge, une mère… L’innocence et la fougue de la jeunesse me permettaient d’aller de l’avant sans m’en faire outre mesure pour notre avenir, notre sécurité financière et, la poursuite de mes études.

Enceinte, je dansais devant le miroir, admirant ma petite bedaine, me jugeant belle comme une déesse. Des vergetures? Un surplus de poids? Des seins pendants? Rien de tout cela ne me passait par la tête. Je me contentais de vivre ce moment, cet événement avec insouciance, bonheur et légèreté…

J’accouchai sans que ça ressemble un tant soit peu à ce que j’avais appris dans les cours prénataux dont je me rappelle surtout, les regards des autres. Disons que je sortais du lot! Encore une fois, je n’étais pas tellement à la mode, disons que je ressortais du groupe. À cette époque les femmes avaient des enfants dans la trentaine avancée, une fois leurs carrières bien lancées.

Alex arriva rapidement, le docteur dû l’attraper au vol! Déjà, il montrait des aptitudes pour les sports extrêmes… L’accouchement moyen, tel que décrit dans les livres, oubliez ça pour moi! Contractions carabinées (2 heures en tout) sans repos entre chacunes et 2-3 poussées durant tout au plus 5 minutes. Je pleurai de joie en l’apercevant et j’eus un coup de foudre instantanné. Je tremblai de hâte de le tenir dans mes bras. Je n’étais que fébrilité, émotions et amour… J’allaitai avec confiance, sans aide et sans aucune peur de l’échec.

20 ans plus tard, je suis fière d’être la mère d’un si beau et gentil jeune homme. Il est tendre, affectueux, travaillant. Il est très attaché à la famille et se montre d’une droiture admirable. Je pense avoir bien jouer mon rôle de mère malgré ma jeunesse. J’avais le plus important: l’amour inconditionnel et l’envie profonde d’être une mère. Mes enfants sont ce que j’ai de plus importants, mes priorités et c’est ce jour que mon destin s’est scellé…

Bonne fête Alex…

mars 15, 2008 Posted by | j'aime, je fête | 4 commentaires

Y fait pas chaud, même si l’hiver est beau… J’aurais dont dû sacré mon camp jusqu’au Printemps!!!

Une petite photo prise de la salle à diner alors que Charles et Sara sont mis à contribution pour enlever la tonne de neige qui pèse sur la terrasse avant!!!
Au travail troupe…

Pensez-vous que nous pourrons partir dans 10 jours?
Opération pelle là aussi!!!

mars 10, 2008 Posted by | j'aime, j'en ai marre, un peu | 3 commentaires

Broderie rustique

À la demande de Rosie, voici la broderie rustique sur laquelle j’ai travaillé cette semaine…
Elle est conçue sur une toile de lin brute…
Que de pensées anxieuses ainsi envolées…
Pour ceux qui voguent confiant dans la vie, il est difficile d’imaginer que de concevoir de telles oeuvres amène le calme et la paix intérieure dans des moments parfois stressants…
Tout comme l’écriture, le dessin et la photographie…

mars 9, 2008 Posted by | j'aime, j'avoue, je fais | 5 commentaires

Guitar Héro

Je n’ai jamais aimé les arcades et les consoles de jeux… Aucun intérêt de ma part à tapoter sur une manette, à regarder et à fixer un écran où se déroule une aventure pendant que je suis assise. Je préfère la lecture qui me laisse imaginer tout un monde à ma manière, selon mes couleurs et mes désirs. Avec les enfants, j’ai joué (et je joue encore) à une multitude de jeux et nous avons beaucoup dessiné et bricolé. Pendant des années, nous n’avons pas eu de console dans la maison.

Cependant, lorsqu’ Alex était adolescent, nous avons acheté un Xbox. L’idée était d’avoir les ados à la maison plutôt qu’ailleurs. C’était un piège à mouches.. oups… Qu’ai-je dit là? Ça fonctionné. De plus, j’ai remarqué que les enfants n’abusaient pas, ça m’ a fait bien plaisir de constater qu’ils avaient appris à s’occuper par eux-mêmes.

Ce noël, le xbox étant dépassé, nous avons décidé d’acheter une console ps3. Les enfants sont contents et sont toujours très raisonnables. Cependant, nous avons les amis de Philou (les ados) qui squattent le sous-sol et le spa, plutôt que de trainer, je ne sais où. Quoiqu’il n’ait pas ce genre d’amis (qui trainent dans la rue), j’en conviens!

Sara pour sa fête a demandé guitar héro III. Et bien, tous ici, nous adorons ce jeux et nous dépassons même parfois presque les limites du raisonnable. Les enfants, debout, chantent et dansent tout en se prenant pour des stars du rock. Pour la 1ère fois, je descend avec eux pour jouer et je m’amuse comme une folle. Y’a que Pat qui n’ait aucun talent de guitariste amateur.. pouahahaha!!!!

Hit me with your best shot… tadam…

mars 4, 2008 Posted by | j'aime, je m'amuse | 2 commentaires