Caro et cie

Carleton (16-17 juillet)

Et bien, le temps que nous avions pour notre petit périple tire à sa fin. Nous avons bien tiré profit de nos itinérances un peu chaotiques, je l’admets. De plus, de limiter nos déplacements par rapport au temps que nous avions et de suivre notre livre sur les plages et les grèves se révélèrent d’excellentes idées.

Nous avons autant aimé notre périple que lorsque nous avions visité Forillon et ses environs. Par contre, c’est totalement différent comme paysage et expérience.

bye bye

juin 4, 2007 Posted by | Gaspésie 2006 | Laisser un commentaire

Port Daniel (15 juillet)

Aujourd’ hui, Pat et moi fêtons notre 11e anniversaire de mariage. La journée a bien commencé puisque nous avons eu la chance de voir le soleil se lever sur la mer, à Percé. Je me suis réveillée juste à temps,  alors que le soleil rougissait à peine les nuages. Au bout de quelques minutes, nous l’ avons vu rond, rouge, étincelant… Notre premier lever de soleil et en prime, sur l’océan!!

Nous sommes partis vers 10h et avons fait une première escale à Cap d’espoir avec  « l’espoir » de trouver des trésors de pierres telles des agathes. Mais ne sachant pas au juste ce qu’est une agathe, toute découverte nous paraissait extraordinaire!!

Notre deuxième escale fut à l’anse Mc Innes à Port Daniel et nous avons fait un festin digne des plus grands rois: Pattes de Crabes, Salade aux pommes-fromage- noix (faite amoureusement par Pat). Nous avons farnienté un peu et exploré le rivage de cette magnifique baie.

Trouvailles intéressantes: pierres fossilisées.

juin 4, 2007 Posted by | Gaspésie 2006 | Laisser un commentaire

Percé (13-14 juillet)

Je sais, je sais… Je suis du genre hyper émotive. J’ai suis tellement émue que j’ai la larme à l’oeil. Devant moi, dans la mer, au nord du rocher Percé,  qui se dresse tel un mur, Pat et les enfants font du snorkeling. Quel bonheur je ressens à les regarder découvrir les fonds marins.
Moi, je trouve l’eau trop froide, je laisse ça aux autres la baignade à Percé. Je bois un verre de vin et je savoure ce moment unique.
Je suis pleine d’amour…
J’aime mes enfants, mon chum, ma vie, la Gaspésie et …
J’aime le bon vin…
_____________
Nous venions à Percé à reculons,  avec l’intention de n’y demeurer qu’une seule journée. Nous gardions le souvenir d’une ville très touristique et sans autres attraits que le fameux rocher. Les enfants en étant à leur première visite en Gaspésie, le détour s’imposait,  puisque le Rocher est quand même un incontournable. J’ai trouvé un livre magnifique pour me guider dans nos itinérances dans le coin, les plages et les grèves de la Gaspésie,  dans lequel il y a une photo du rocher prise au nord.  Un endroit magnifique où  nous voulions flâner.  Quelle ne fut notre surprise de constater qu’un des campings étaient sur la même rue que la descente pour se rendre à cette plage..(!!!)
La décision fut unanime: nous choisîmes ce camping et le petit détour d’une nuit à Percé s’est transformé en deux nuits…
______________
Sara s’est fait un chum à Bonaventure, Vincent. Ce qu’il a un bel accent cet enfant. Je n’ai jamais vu ma fille s’intéresser à un garçon, je trouve ça drôle. Ils ont rendez-vous dans quelques jours à Carleton!

juin 4, 2007 Posted by | Gaspésie 2006 | Laisser un commentaire

Descente de la rivière Bonaventure, le 12 juillet

Sous Sara: 30 pieds d’eau
Un p’tit repos bien mérité
Aujourd’hui, ce fut l’aventure:  la descente en kayak d’une des rivières les plus limpides au monde.  D’ailleurs en langue Micmaque, la rivière Bonaventure se nomme Ouagamet, ce qui signifie eau limpide. Elle prend sa source au Lac Bonaventure dans le massif des Appalaches et descend jusqu’à la baie des Chaleurs. De nombreux amateurs de pêche aux saumons y viennent de partout dans le monde et d’autres, comme nous,  viennent y pagayer. Cime aventure se spécialise en descente de rivière avec des embarcations de toutes sortes: canots, kayaks, rafts… Ils offrent aussi de l’équitation, des randonnées pédestres, des sites de camping, des tipis et bien d’autres choses encore. Je vous ai laissé le lien…
J’étais très nerveuse surtout quand mes enfants ont insisté pour avoir chacun leur embarcation et qu’on nous dise que c’était effectivement possible… Crime, un enfant n’est-il pas encore un bébé à 9 ans, 11 ans, 13 ans? J’étais pleine d’adrénaline et je trouvais que ce n’était pas une bonne idée du tout. Des enfants dans des rapides… Bon, je sais que c’était de la petite bière, nullement digne des amateurs de sports extrêmes,  mais je me sentais sur la corde raide.. Comme une louve qui sent sa portée en danger!
Cependant, je me suis calmée assez vite. J’étais très occupée à tenter de ramer en même temps que Pat et à essayer de lui dire ce qu’il y avait devant nous:
-Pat attention à gauche, dis-je à la dernière minute
– Quoi?
– à gauche..
Et Pat de donner un coup de rame à gauche, directement sur la roche…
-Noooon… il y a une roche à gauche, fis-je en sentant la fameuse roche frotter mon postérieur en dessous du Kayak.
– Chérie, tu dois me dire sur quel côté aller, pas où est l’obstacle Okkkkk? dit-il d’un ton autoritaire de mâle dominant.
– Ok… répondis-je d’une toute petite voix.
Mais ce fut peine perdue. Je ne disais jamais la bonne affaire. Vous savez moi, bâbord ou tribord, c’est pas mon fort!! Alors, Pat et moi testions notre couple,  tandis que nos enfants s’amusaient comme des petits fous, loin devant nous, chacun dans leur kayak!
Une belle journée… Allez y faire un tour pour voir….

 

mai 31, 2007 Posted by | Gaspésie 2006 | Laisser un commentaire

Bonaventure, 11 juillet

Ce soir, souper de rois… Un véritable festin de Crabes que Pat et moi avons été chercher à pied à la poissonnerie ( 6 km). Ce délice fut malheureusement interrompu par l’arrivée d’un violent orage. Le vent déchainé a soulevé notre auvent qui, je crois, est brisé. L’orage relâche par moment,  mais pas assez pour que nous allions vérifier!
Cet après-midi, les enfants ont fabriqué des cerfs-volants,  mais il n’y avait pas un souffle de vent pour les faire voler. Le temps était si lourd, pas étonnant que l’orage ait éclaté. Sauf qu’il l’a fait juste au moment où Pat allait chercher les gars qui faisaient enfin voler leurs réalisations. L’auvent se mit à se soulever et j’essayais avec peine de le retenir par un des bras porteurs. Le voisin est accouru pour m’aider et même à deux, ce fut difficile de le refermer!
Patrick et les enfants se sont baignés, vu la température surprenante de l’eau. Nous sommes étonnés puisque nous ne sommes qu’à la mi-juillet.
Le camping est situé à la plage de beau bassin. Elle porte ce nom en souvenir du village de l’Acadie (Nouvelle-Écosse) d’où venaient plusieurs des ancêtres de Bonaventure. Selon la tradition orale, les premiers réfugiés acadiens arrivèrent directement sur cette plage. À marée basse, on aperçoit une batture en forme de croissant de lune.
Bonaventure est un charmant village où les couleurs acadiennes sont toujours vivantes. Les habitants ont l’accent chantant et sont très hospitaliers. Des spectacles animent les soirées, un musée relate l’histoire des Acadiens, une marina abrite de beaux voiliers… Un endroit qui touche le coeur!!!
_______________________________________
J’ai un nouveau collier:
Certains penseront: Wow!! Une création d’un artiste de renom.
D’autre divagueront: tiens, un cercle extraterrestre en métal de météorite.
D’autres encore: Que fait-elle avec un bering de char dans le cou?????
Eh oui… Charles a trouvé ça par terre et a eu l’inspiration d’en faire un bijou. Je trouve ça très beau!!!

mai 17, 2007 Posted by | Gaspésie 2006 | Laisser un commentaire

Le lac des Américains, parc national de la Gaspésie: 10 juillet

Nous avions prévu un court séjour dans le parc de la Gaspésie. Nous voulions aller passer quelques jours à Bonaventure dans la baie des Chaleurs. Comme nous n’étions qu’à 2 heures de notre destination, nous décidâmes de faire une petite randonnée au lac des Américains.
Ce site est d’une beauté extraordinaire. Le lac des Américains est situé au centre d’un cirque glaciaire. Cela signifie qu’un glacier a fondu là sans se déplacer et comme vous pouvez l’apercevoir au fond sur la photo, encore aujourd’hui, il y a un rocher glacier.
L’endroit était calme, empreint d’une aura nous emportant à la limite d’une autre dimension…
À découvir absolument…

mai 17, 2007 Posted by | Gaspésie 2006 | Laisser un commentaire

Le Mont Jacques Cartier, Parc national de la Gaspésie: 9 juillet

Le mont Jacques Cartier, fait partie des Chics-Chocs, ultimes prolongement des Appalaches, situés au coeur de la péninsule gaspésienne entre le Saint-Laurent et la baie des Chaleurs. Ce territoire comprend 25 des 40 plus hauts sommets du Québec. Le mont Jacques-Cartier, le plus haut sommet de la région atteint une altitude de 1268 mètres. En gravir les pentes et atteindre le sommet nous amènent à vivre le Grand Nord par la découverte de la flore arctique alpine et l’observation de Caribous.
Se munir d’eau, de barres énergisantes, de sandwichs au beurre d’arachides et au thon, de noix était essentiel pour effectuer notre expédition de 8,2 kilomètres et d’une durée de 4-5 heures.
Sara et Philippe (9 et 13 ans) commencèrent l’ascension à toute allure. Résultat concluant de leurs entrainements sportifs respectifs: soccer élite pour Sara et course de BMX pour Philippe.
Au 2/3 de l’ascension, nous arrivâmes en sol dénudé. Le sentier qui au départ ondulait entre les conifères n’était plus qu’un long couloir serpentant au loin devant nous. Les arbres ne pouvaient plus survivre à une telle altitude, nous étions maintenant dans la toundra, mot qui signifie terre sans arbres en Russe. Le vent soufflait entre 50 et 70 kilomètres/heure cette journée-là et la température avait diminué de quelques degrés.
Charles (11 ans),  intéressé par ce qui l’entoure et volubile,  montait avec Pat et moi,  tandis que nos deux comparses avaient disparu devant nous. Mais où?? Nous ne le savions pas!
Le vent me rendait nerveuse, j’avais l’impression de pouvoir m’envoler à tout instant et mon instinct maternel était mis à rude épreuve.
-Avez-vous vu un adolescent habillé en rouge et une petite fille en bleu avec une casquette du Juventus (équipe de soccer de l’Italie)??
– Ouais. me répondit enfin quelqu’un.
Je courrais dans la toundra, la gorge sèche et le coeur battant. L’adrénaline me poussant à avancer aux limites de mes capacités. Je les aperçus près de la tour d’observation, frais et dispos, nullement éreintés par leur ascension en accéléré!! Ils observaient un caribou, qui broutait tranquillement quelques lichens près d’eux.
Nous apprîmes que la population de caribous augmente dans le parc de la Gaspésie et les naturalistes considèrent que c’est un bon signe quant à la survie de l’espèce au sud du Fleuve Saint-Laurent. Cependant, pour ce faire, ils éloignent les prédateurs tels les ours et les coyotes ce qui a pour conséquences de créer des surpopulations chez d’autres espèces d’animaux.
Je ne pense pas qu’il soit bon de jouer ainsi avec la nature. Par ailleurs, toute chose ayant un côté positif, j’ai pu me promener en paix sans craindre une éventuelle rencontre avec un ours!
La descente se fit au même rythme que l’ascension: Sara et Phil en avant, Pat pas tellement loin derrière et enfin Charles et moi jasant de tout et de rien.
Fin d’après-midi tranquille. Les enfants se sont baignés dans l’eau glaciale d’un ruisseau, ils le font, partout d’ailleurs qu’importe la température de l’eau. J’étais physiquement épuisée, mais j’éprouvais le sentiment d’une belle épreuve d’accomplie!

mai 17, 2007 Posted by | Gaspésie 2006 | 2 commentaires

Départ, 8 juillet

Le coeur léger, la tête pleine de montagnes et d’océan, nous prenons la route assez tôt le matin. Plusieurs heures de route nous attendent et notre but est de nous rendre au pied du mont Jacques Cartier, prêts à en gravir les pentes dès le lendemain.

Cet été, nous ne disposons que d’une dizaine de jours de vacances, mais nous comptons bien en profiter au maximum!

La route, à partir de Rivière-du-Loup, est de toute beauté. Le fleuve, omniprésent, miroite à notre gauche nous laissant profiter, gratuitement, d’un spectacle magnifique.

Nous sommes arrivés au camping du mont Jacques Cartier vers 20 h, après une heure de route de gravelles. Il y a des petites mouches noires et nous sommes bien heureux de nous allumer une petite attisée pour les chasser.

Le Mont Jacques Cartier nous attire, car c’est le deuxième plus haut sommet au Québec, l’autre, dans le Grand Nord, n’étant pas accessible par voie terrestre. Le mont Albert, est parait-il de toute beauté, mais ce sera pour une autre fois. Les hauteurs nous attirent. « Sky is the limit!!! »

mai 16, 2007 Posted by | Gaspésie 2006 | Laisser un commentaire