Caro et cie

Il est toujours utile d’avoir des loupes à la plage… Ou dans le tiroir d’ustensiles du Winnie!

gravire-001

Pat posant fièrement avec l’oeuvre réalisée par son fils Charles pour sa maman Caro…

 

floride-2008-1351

Sara en plein travail!

Je crois que je vous l’aie déjà dit: « Mes enfants, ils sont trippants »….  Ils sont bien de leur temps: amateurs d’ordinateurs, de iPod et de vêtements griffés.  Cependant, je peux vous assurer qu’ils sont capables de vivre d’une façon complètement différente de celle à laquelle ils sont habitués…

Ils peuvent se priver de télé, se connecter sporadiquement (et illégalement) à l’ordi sans le réclamer outre mesure et porter les mêmes vêtements quelques jours de suite.    Ils peuvent jouer aux cartes et  au freesebe, lire à satiété et se trouver diverses occupations pour pallier au temps disponible lorsque la télé et l’ordi ne font pas partie de leur vie. Ils ne sont esclaves de rien.

Cet hiver en Floride, ils ont décidé de graver du bois avec des loupes…   Pour commencer, il fallait trouver des morceaux de bois parfaits ou des noix de coco idéales pour ce genre de travail. Ensuite c’est  de soleil, ce dont il ne manquait pas,  qu’ils avaient de besoin pour réaliser patiemment leurs oeuvres  d’art…

À la plage du déjeuner, près du nid de l’aigle pêcheur, ils ont gravé leurs noms sur une immense souche servant de banc aux promeneurs fatigués.  Ils sont rigolos mes  Sara, Philippe et Charles from Québec…

J’avoue qu’ils se sont aussi évertués à allumer des feux sur la plage mais  ils n’ont réussi qu’à faire des trous dans les brindilles…

janvier 17, 2009 Posted by | Florida 08 | 3 commentaires

Le plus beau moment de la journée…

Puis, vient l’heure où les vacanciers désertent la plage.  Le silence,  que ne trouble que le doux clapotis de l’eau,  succède aux discussions animées et aux cris de joie de ceux qui s’ébattaient dans l’eau et s’amusaient alors que le soleil  brillait dans le ciel.   Les châteaux et les sculptures de sable sont abandonnés, les dauphins passent devant  et parfois, se mettent à tourner en rond pour se nourrir,    le soleil, quant à lui,  descend tranquillement au-dessus de la mer et  pare le ciel de magnifiques couleurs…

C’est un moment de grâce, un moment de bonheur.  Les enfants jouent aux échecs ou replongent dans  leurs bouquins, alors que Pat et moi dégustons un verre de vin ou deux, les yeux fixés sur l’horizon en savourant chaque seconde.  Rien ne presse, tout attend, il n’y a que ce moment  bien ancré dans le présent…

janvier 10, 2009 Posted by | Florida 08 | 11 commentaires

À la rescousse du cormoran…

Sur le quai de Bay Pier, les enfants avaient remarqué un pauvre cormoran au cou tordu par un fil de pêche.   Il pouvait à peine voler et il était évident qu’il ne pouvait plus plonger pour se nourrir.   À  notre retour d’Edmont Key, nous nous sommes installés sur une table à pique-nique sur le bord de la plage à l’ombre des arbres et les enfants sont allés se promener sur le quai  afin de repérer le pauvre volatile.

Le lendemain, ils n’avaient qu’une idée en tête, le dépêtrer de son fil…  Bizarrement,  à notre arrivée, il était sur la plage.  Les enfants partirent avec un ciseau pour tenter de couper (incognito) le fil.  Mais ils hésitaient, tournaient autour et n’y arrivaient pas.  Nous,  les adultes,  étions  assis  non loin de là et nous observions les tentatives de sauvetage avec attention. 

Les efforts des enfants restèrent vains alors Pat et J-F décidèrent de prendre les choses en main.  Nous nous sommes donc tous retrouvés sur la plage, autour d’un pauvre oiseau que Pat se préparait subtilement à attraper.  Un homme lui dit: » heille, qu’est-ce que tu fais là? »   Il le rassura en lui expliquant rapidement  la situation…  

Alors Pat s’élança, attrapa le cormoran et J-F coupa le fil avec le ciseau.  Libéré, il étira le cou et se dirigea tranquillement vers la mer pour nager,  pas stressé du tout d’être entré en contact avec l’humain.  Tous,  autour de nous, applaudissaient à tout rompre, même l’homme  qui devait être soulagé que notre but n’était pas de manger du cormoran pour le souper!

floride-2008-068

florida-08-099florida-08-102

janvier 10, 2009 Posted by | Florida 08 | 2 commentaires

Aventures sur une île déserte… (version corrigée)

florida-08-0812florida-08-089

florida-08-0951

florida-08-060

Par un beau matin ensoleillé, nous sommes allés déjeuner au bay pier. Un quai situé sur une superbe plage, où se trouvent pêcheurs, oiseaux et un petit bateau d’excursion.  Nous nous y promenions quand une affiche vantant la balade en bateau et l’exploration d’Egmont Key, une petite  île au large, attira notre attention.  Nous pouvions vivre cette belle aventure pour la modique somme de 15$ par personne , nous  baigner, explorer les fonds marins avec nos tubas et peut-être même apercevoir des tortues et des serpents. Une aubaine!

Le départ avait lieu 15 minutes plus tard.  Nous n’avions pas suffisamment de temps pour rapailler nos serviettes, nos tubas, nos maillots et un petit gueuleton.  De plus, nos amis seraient surement intéressés par cette activité et ils nous attendaient à une autre plage située tout juste à côté du Fort De Soto,  à l’entrée de la baie de Tampa et construit lors de la guerre hispano-américaine au début du 20e siècle.

Le lendemain, nous étions donc tous au quai, le coeur joyeux  et prêt à vivre de nouvelles aventures.  Une chaleur tropicale caressait notre peau et seul un léger souffle de vent troublait parfois la surface de l’océan.   La petite île apparût devant nous et c’est un phare et un petit quai de bois que nous vîmes en premier. Puis nous l’avons contourné pour admirer son magnifique littoral de sable blanc où de nombreux bateaux amarrés étaient venus passer la journée.  Un autre fort abandonné, cousin de celui cité précédemment,  paraissait tout droit sorti d’un décor d’Indiana Jones.  D’ailleurs, après avoir faire un peu de snorkeling sous le quai, les enfants et le fils de nos amis ont laissé leurs imaginations vagabonder et ce sont bien amusés à y jouer les aventuriers.

Ensuite, Sara et moi n’avons pu résister  à l’appel des superbes vagues qui venaient mourir sur la magnifique plage de sable blanc.  Nous y sommes restées, à nous laisser bercer, longtemps….  Jusqu’à ce que Pat nous rappelle que nous devions reprendre le bateau sous peu.

Nous n’avons pas vu de serpents.  Comme vous le savez, ils se tiennent loin de moi!  Mais des tortues, nous en avons énormément.  Certaines si énormes, qu’elles devaient bien être centenaires….

janvier 9, 2009 Posted by | Florida 08 | Laisser un commentaire

L’adolescent qui sait parler aux anolis…

floride-2008-045

Charles sait parler aux anolis.   Il  les charme, les attrape sans aucune opposition et doit lui même les redéposer pour qu’ils s’éloignent.   Ils changent de couleurs, s’adaptant à sa peau.  Phil et Sara aimeraient bien en faire autant mais eux, ils ne connaissent pas ce langage….

janvier 8, 2009 Posted by | Florida 08 | 3 commentaires

Plaisirs de vacances…

floride-2008-005

Si l’activité préférée des vacances en Floride cette année fut le lancer du frisbee et que nous réussissons maintenant parfaitement des lancers de toutes sortes, un des plaisirs manifeste fut la lecture.  Nous avons lu.  Et lu encore.  Des milliers de pages, plus de dix milles si je fais le compte total de tous les membres de la famille. 

 Phil s’est lancé dans ”la citadelle des ombres” de Robin Hobb et il a lu les deux premiers tomes regroupant six  livres de poche.  Sara a lu “le roman de Sara” de Anik Poitras  ainsi que le tome 1 de la série de l’heure de Stéphanie Meyers “Fascination“.  Charles a lu le deuxième tome de la même série “tentation“, relu “le roman de Sara” et entamer le tome 2 de “Tunnel“.   Pour ma part, j’ai savouré “Océan Mer” de Alessandro Baricco, le tome 1 de Millénium “les hommes qui n’aimaient pas les femmes” et ”fascination“…

Je suis heureuse de voir l’intérêt de mes enfants pour la lecture. En tant que mère, c’est une de mes victoires.  Je n’ai jamais lésiné sur l’achat de livres, les visites à la bibliothèque et la lecture à haute voix de romans.   Je suis étonnée de voir que Sara a des goûts très différents de ses frères: elle adore les journaux intimes et les romans écrits au JE contrairement à eux qui trippent fantaisy et suspense…  Elle aime entrer dans la peau du personnage, féminin de préférence.  Ainsi,  elle attend toujours impatiemment le dernier “Aurélie Laflamme“, le 3e tome du “blog de Namastée“! 

Ah, ces plaisirs de vacances….

janvier 8, 2009 Posted by | Florida 08 | 4 commentaires

Le sport de l’heure…

floride-2008-001

Depuis le temps qu’elle en rêvait, Sara a  pu étrenner le cadeau de noël de Mamie dans le stationnement en attendant les pneus neufs…

janvier 8, 2009 Posted by | Florida 08 | 2 commentaires

Un p’tit conseil comme ça…

Conseil de mon ami J-F qui a un vieux campeur lui aussi:  Ne jamais, jamais, jamais dire à Pat que j’entends un bruit… 

Tu sais Caro, on l’entend le bruit nous aussi.  Je capote tellement quand j’entends des bruits bizarres que je me dis, faut pas que A m’en parle. Faut pas…  C’est encore pire!!!!

janvier 8, 2009 Posted by | Florida 08, Uncategorized | Laisser un commentaire

Un sacrifice qui en vaut la peine…

Comme chaque année, nous sommes partis dans des conditions hivernales extrêmes. Que voulez-vous, quand ce n’est pas du verglas, c’est une tempête de neige!  Il n’y a rien à faire, c’est comme ça…   La tempête en provenance de l’Ontario était annoncée, mais Pat devait se rendre chez le notaire en matinée,  nous ne pouvions donc pas devancer notre départ et il n’était pas question de le remettre au lendemain.

Nous traversons toujours aux Milles îles puisque nous convergeons vers la Floride par la us81 qui est beaucoup moins achalandée que  la us95 et qui ne passe dans aucune grosse ville.  La neige tombait, le vent soufflait, le ventilateur de la chaufferette faisait un bruit du tonnerre et Pat ne cessait de tempêter après, ayant peur qu’il ne nous laisse tomber.  Une vitre embuée par un temps si peu clément ne nous aurait aidés en rien.  En plus, je ne sais pas si vous vous rappelez, mais le mercure était à son plus bas ce soir-là : -20 degrés Celsius!  Il faisait tellement froid que la fenêtre coulissante de Pat ne voulait pas s’ouvrir lorsque nous sommes passés aux douanes.  La totale!

Puis, quelque temps après avoir  passé les lignes. Plus de vent.  Plus de neige.  Une belle allée déneigée et que le ventilateur faisant encore du bruit par moment.  Nous en avons conclu qu’il n’aime pas le froid le coco!  Nous avons roulé jusqu’à trois heures du mat, bien décidé à nous sauver au plus vite des aléas hivernaux.  Je répétais à Pat que nous aurions dû prendre la 95, qu’elle n’était surement pas sur la trajectoire de la tempête.  Pat maugréait que je n’en savais rien. Puis je me la fermais!

Le lendemain matin nous sommes repartis tôt et Pat me sermonna sur mon manque de confiance en lui après que nous ayons parlé à nos amis qui avaient emprunté l’autre route, eux.  Ils avaient dû arrêter bien avant nous, la neige occupant la chaussée dans les Adirondacks…

Puis ce fut le début de la paranoïa des bruits étranges de notre Winnie.  Tiens, n’est-ce pas un grincement qu’on entend là?  Est-ce normal qu’il valse ainsi?  Quel est ce petit tic-tic qu’on entend de temps en temps?  Quand on commence, on s’arrête plus… Et aussitôt que j’ouvre la bouche pour passer un commentaire où interroger Pat, ça augmente son niveau de stress d’autant!   Les enfants lisaient tranquillement et Phil nous rappelait sagement que la route était un sacrifice pour pouvoir jouir de deux belles semaines de vacances alors que les deux parents  se bagarraient verbalement à l’ avant.  Le monde à l’envers!

Mais nos inquiétudes sont presque toujours fondées.  On s’est promis de s’en souvenir la prochaine fois et d’arrêter de jouer aux autruches et de nous mettre la tête dans le sable pour faire semblant qu’il n’y a rien.   Car, nous avons eu une crevaison.  Heureusement, Pat s’est décidé à arrêter avant que le tout éclate sur l’autoroute que nous soyions obligés de changer la roue en plus du pneu. Le plus drôle c’est qu’un pneu était tout déformé et que c’est l’autre à côté qui a éclaté alors que nous roulions vers le stationnement…

Tant qu’à faire, Pat en fit changer 4…  Nous avons dû attendre jusqu’au lendemain dans la cour d’un centre commercial de Jacksonville (au moins, on était en Floride et il faisait chaud) et les enfants ont magasiné, on fait de l’unicycle et joué au soccer. 

Il ne  restait que 4 heures pour arriver à Fort de Soto, où nous sommes arrivés sans anicroche.  Le sacrifice en valait la peine croyez-moi!!!

janvier 8, 2009 Posted by | Florida 08, Uncategorized | Laisser un commentaire