Caro et cie

Les belles rencontres…

Quand on fait ce genre de voyage, il arrive souvent qu’on fasse des rencontres des plus intéressantes. Cette fois-ci, pas d’exceptions à la règle. Voici donc un résumé de nos rencontres étonnantes et surtout pas banales…

Couple-uni–qui parcoure-le-québec-et-le-monde-entier-en-kayak-afin-de voir-des-baleines: Ce sont eux qui nous ont donné la référence pour la chaudrée de palourdes et les informations pour la seconde nuit. Ils sont venus se garer derrière nous à la fin de la soirée. Une attention appréciée. On les a trouvés très inspirants de vivre leurs rêves de baleines et surtout d’être encore en symbiose après trente ans (leur fille a 27 ans, alors ce doit être à peu près cela).

Les-deux-hippies-modernes-qui-nous-ont-amenés-à-cap-les-boules-et-qui-nous-ont-grandement-impressionnés-comme-quoi-l’apparence-et-le-clinquant-ne-sont-pas-représentatifs-de-la-qualité-d’une-personne:  C’est elle qui nous a impressionnées le plus. Le genre de personne inoubliable de par ses accomplissements… Elle ouvre des boulangeries (au Mexique, à Montréal, etc.) et elle les vend (elle fait cela depuis des années, avec ses quatre filles lorsqu’elles étaient petites). Au Mexique, elle la donne à la famille qui l’a aidée à l’ouvrir, et ailleurs, elle la vend pas cher afin d’aider quelqu’un à vivre son rêve. Son but, c’est de pouvoir aller ailleurs recommencer. De bonne humeur, la bonté dans les yeux, elle était de passage à Tadoussac en attendant que ses affaires se règlent pour aller ouvrir… une boulangerie au Nicaragua…

Les-deux-gars-très-enjoués-qui-voulaient-monter-leur-tente-tout-près-de-winnie-pour-la-nuit : C’est drôle, mais quand je leur ai dit que j’avais du poivre de cayenne et de ne pas hésiter à m’interpeler pour que j’intervienne si quelqu’un leur cherchait noise, ils sont partis et ne sont pas revenus…

Le-gars-dont-nous-n’avons-pas-vu-la-femme-et-qui-est-venu-nous-demander-si-on-dormait-là-et-qui-est-allé-encourager-l’économie-locale-en-allant-prendre-une-bière-au-village-et-qui-est-venu-se-coller-sur-nous-pour-la-nuit-comme-un-bébé-béluga-à-côté-de-sa-mère : Sympa,  le poivre de cayenne ne l’a pas fait fuir… Il s’est plutôt  s’installé sous notre protection…

La-femme-qui-nous-a-dit-que-nous-avions-un-bon-bout-à-marcher-alors-que-nous-étions-sur-la-promenade-du-village-et-que-nous-retournions-au-winnie-après-une-randonnée-à-la-presque-noirceur : Elle nous a vraiment prises par surprise. À tel point que nous sommes restées bouche bée devant son commentaire, muettes comme des carpes. Par la suite, nous avons fabulé sur les raisons qui ont fait en sorte qu’elle nous aborde… en imaginant les habitants du village, assis sur leur galerie, avec leur longue vue, regardant l’endroit où nous étions stationnées et discutant à notre propos… Tu sais, les deux filles qui sont stationnées à tel endroit, elles vont peut-être y passer la nuit? Impossible, qu’elle s’en aille, elles ont bu du vin blanc. N’empêche que c’est évident que nous étions l’attraction du coin!

La-femme-qui-est-venue-discuter-avec-nous-pendant-que-nous-prenions-notre-café-parce-que-son-mari-dormait-parce-qu’ils-s’étaient-fait-réveiller-par-des-clients-qui-prenaient-le traversier-dans-un-bed-and-breakfast : Je pense que le temps lui a paru moins long et en plus, elle nous a prises en photo devant la croix… avec une partie de la croix! Et il faut l’avouer, c’était bien agréable d’être à l’abri du vent, assises sur le socle de la croix.

août 12, 2011 Posted by | Été2011, Caro et Michèle, Rive-Nord du fleuve Saint-Laurent | Laisser un commentaire

Des réflexions et des baleines…

J’avais annoncé un reportage photographique. Et bien, je me rends compte que j’ai beaucoup trop de choses à dire, sans rapport avec les photos, pour m’en tenir à quelques commentaires notés sous celles-ci. Ma tendance à digresser et à mettre l’importance sur d’autres aspects relevant davantage du vécu fait en sorte que je finis par écrire un billet presque chaque fois. Pour moi, c’est important de dire que je voulais être abrillée la nuit, que mes ruminations mentales peuvent disparaitre, que je suis heureuse de ne pas cuisiner et que je compulse sur des chansons jusqu’à me taper sur les nerfs moi-même… J’ai passé quelques détails sous silence, comme le fait que je ne me peigne pas souvent le matin en voyage (Michèle l’a remarqué, elle) et que nous avons fait plusieurs rencontres intéressantes (cela, j’y reviendrai). Mais, pour le moment,  j’en suis à notre dernière aventure : l’observation des baleines au cap de Bon Désir…

Donc, en ce nuageux dernier matin de notre escapade entre grandes filles, nous sommes allées déjeuner au restaurant, et ce, pour contribuer à l’économie du village où nous avons squatté un bord de fleuve pour dormir (y’a pas que les campings qui veulent l’argent des touristes)…   Pour manger du bacon aussi!   Le plan de la matinée, c’était de nous rendre au Cap de Bon Désir et d’y rester jusqu’à ce qu’on voit des baleines; d’aller zieuter le camping « Paradis marin » pour vérifier de nos propres yeux la rumeur parvenue jusqu’à nos oreilles (le « paradis marin », c’est devenu une grosse entreprise, ce n’est plus comme avant).   Par le cap, nous nous sommes rendues au camping en escaladant les rochers, en observant attentivement le fleuve (il ne fallait pas manquer une baleine), pour constater que bien qu’il ait subi quelques changements au niveau de l’organisation des terrains, qu’il soit maintenant nécessaire de réserver, il y existe encore la même atmosphère calme et détendue. Je n’hésiterais pas à y retourner bien que je préfère des coins plus déserts…  Des baleines, on a en vues. Beaucoup! Des rorquals, des baleines à bosses, une baleine bleue, des bélugas…

Nous n’avons pas de photo de baleine. C’est laid une photo d’une baleine dans le fleuve. Voire décevant. Mais à vrai dire, de la rive, émergeant devant nous, c’est époustouflant…

Cap de bon Désir, Les Bergeronnes

août 12, 2011 Posted by | Été2011, Caro et Michèle, Rive-Nord du fleuve Saint-Laurent | Laisser un commentaire

Des dunes à Tadoussac, de Tadoussac aux Escoumins…

Au petit matin, je me suis réveillée bien abrillée sous deux couvertures, l’une doublée en laine de mouton et l’autre en laine polaire et en flanelle. Quel bonheur! De plus, l’absence de stress et de responsabilités, les randonnées et le fleuve commençaient à influencer positivement mes exaspérantes ruminations mentales. J’avais un sourire niais dans le visage. Je m’en apercevais parfois, me surprenant en flagrant délit du moment présent…

La brume s’est levée. Le fleuve s’est retiré. Nous sommes descendues en bas des dunes pour nous promener un peu. Un peu, beaucoup, énormément… En effet, nos pas tranquilles nous ont menées jusqu’à la baie du village de Tadoussac. Une expérience qui ne peut se vivre qu’à marée basse et qui nous aura pris presque quatre heures. Heureusement que nous avions nos appareils photo… Ensuite, nous sommes retournées au village de Tadoussac et avons fait les randonnées qui s’y trouvent : le sentier de pointe de l’Anse à l’eau et le sentier Pointe-de-l’Islet. Nous n’avons vu ni bélugas ni rorquals, toutefois, il est toujours intéressant d’admirer la rencontre du Fjord et du fleuve et d’en apprendre sur les peuples qui ont vécu à cet endroit depuis des millénaires (ce qui me passionne toujours autant)…

Éreintées, nous nous sommes rendues sur la Pointe-à-la-Croix au village des Escoumins, mais non sans être passées à la poissonnerie acheter de la chaudrée de palourdes, du saumon fumé et des pattes de crabes que nous avons dégustées bien après avoir bu une bonne bouteille de vino assises sur les rochers…

Au pied des dunes...

La Baie des dunes de Tadoussac...

En route vers Tadoussac par la plage...

LA photo comme dans le guide de la Côte-Nord...

Monter les dunes, un exercice difficile!! (oui, oui....)

Le Fjord de la Pointe-de-l'islet...

Michèle

Dire que météo média annonçait 100% de probabilité de pluie la veille...

Un festin sans cuisson...;-) En congé... pour vrai...

août 12, 2011 Posted by | Été2011, Caro et Michèle, Rive-Nord du fleuve Saint-Laurent | 2 commentaires