Caro et cie

Les réelles motivations de la destination et l’envie de nomader…

Parfois, les motivations inhérentes au choix d’une destination ou d’une région pour un voyage ne sont pas le fruit de tergiversations profondes et réfléchies… En effet, en ce qui concerne cette escapade, mon but était évidemment d’effectuer de belles randonnées, mais aussi, je dois l’avouer, de dormir au frais, abrillé avec plusieurs couvertures pour me tenir au chaud. Ouais! J’en rêvais puisqu’avant mon voyage dans l’ouest des États-Unis, les nuits étaient assez chaudes dans la région de Montréal, que pendant mon voyage, les nuits, à part celles au Grand Canyon et à Mesa Verde, étaient extrêmement suffocantes,  et que depuis notre retour, la tendance se maintient. J’avais vraiment besoin de fraicheur nocturne… Comme vous pouvez le constater, je ne suis pas une femme d’une profondeur intéressante. En effet, je suis davantage intéressée par des motivations d’ordre très simple et pratique…

Nous sommes parties sur la Rive-Nord du fleuve pour une virée qui nous a menées de la plus que quatre fois centenaire ville de Québec, à la spectaculaire baie des Rochers, aux rives du majestueux fjord du Saguenay, au très touristique, mais magnifique village de Tadoussac, à l’accueillant village des Escoumins puis enfin, à l’unique Cap de Bon Désir…

Des campings?  Pas du tout cette fois-ci… Nous avons dormi sur le bord du fleuve chaque soir, et ce, pour notre plus grand bonheur. Par conséquent, nous respirions l’air du large en profitant d’une tranquillité bienfaisante et en portant notre regard sur l’immensité du fleuve…

Puisque j’aime nomader, pour des raisons qui ne sont pas d’ordre économique, je tairai maintenant les endroits où je dors par souci de les garder secrets et de ne pas provoquer l’ire des gens qui ont des terrains de camping et qui font voter les lois nous obligeant à les fréquenter (ce qui ne nous intéresse pas vraiment, évidemment). En effet, ce que les gens ne comprennent pas, c’est que nous (incluant les autres nomades que je rencontre) ne sommes pas des campeurs, nous n’aimons pas nous installer, nous ne faisons que passer, car bien souvent, les motivations se cachant derrière le voyage sont relatives à la randonnée pédestre, au kayak, à la plongée, à l’observation des oiseaux, etc…. Nous sommes des amoureux de la nature qui préfèrent la tranquillité et la beauté. Pas du tout la même clientèle. Il y a une manière de faire et un code éthique à respecter, de là ma décision de ne plus m’étendre sur le sujet… Toutefois, je continuerai de ne laisser aucune trace de mon passage, d’aller manger dans les restaurants à proximité et de visiter les poissonneries pour favoriser l’économie locale des régions visitées… D’ailleurs, sachez que c’est un nomade qui nous a recommandé chaleureusement la chaudrée de palourdes de la poissonnerie de Tadoussac. Pour ce qui est des campings, ils devraient penser à une formule pour accueillir les voyageurs qui ne veulent que passer la nuit, autant au niveau de l’offre des terrains que du prix à payer: stationnement à prix modique sur le bord de la mer; possibilité de se brancher à l’électricité; de se remplir d’eau ou de vider les réservoirs, et ce, moyennant un certain montant flexible…

Bref, nous avons fait un magnifique voyage, arpenté de magnifiques sentiers, dormi sur des sites fabuleux, dégusté de délicieux fruits de mer et une excellente chaudrée de palourdes, observé de nombreuses baleines, respiré abondamment l’air marin du Saint-Laurent et emmagasiné une bonne dose d’air pur… C’est sous forme de reportage photographique que je vous présenterai le voyage que j’ai fait avec Michèle la semaine dernière…

août 8, 2011 - Posted by | Été2011, Caro et Michèle, Rive-Nord du fleuve Saint-Laurent

2 commentaires »

  1. Décidément, on aime les mêmes endroits.

    Ah! non! moi qui voulais savoir où vous couchiez! Je comprends par contre. Plus je vieillis, moins ça me tente ce sentiment d’insécurité, cette petite peur de me faire déranger à trois heures du matin: toc, toc, toc, « eh oh! vous n’avez pas le droit de coucher ici » ou encore d’entendre des jeunes venir faire « crisser » leurs pneus sur le quai, comme déjà arrivé à Baie Saint-Paul et à Caraquet.

    Cette année, je me suis rendue jusqu’au bout, à Natashquan,

    Commentaire par ClaudeL | août 9, 2011 | Réponse

  2. Oui, je sais! 😉

    Je pense que lorsqu’on choisit bien les endroits et qu’on est discret, les risques de se voir évincer sont minimes… Je n’ai jamais vraiment eu de mauvaises expériences…

    Je me suis rendue avec Pat et les enfants à Natashquan en 2006, je crois… J’ai adoré ce voyage… Je suis revenue amoureuse folle de la Côte-Nord… Vous avez des photos sur votre blogue?

    Commentaire par Caro et Cie | août 10, 2011 | Réponse


Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :