Caro et cie

Partir sur les rives du fleuve Saint-Laurent…

À la fin de mon dernier message, j’ai écrit que je partais « no where voir le monde ».    J’avoue que c’était un peu exagéré, car je savais que je me dirigeais, avec ma compagne de voyage Michèle, vers la 20 ou la 40 en direction EST pour me rendre quelque part sur le bord du fleuve St-Laurent… Quelque part où le vent du large amène des odeurs d’embruns salés et de varechs, où des milliers d’étoiles parsèment le ciel noir et obscur et où le silence existe réellement. Mon corps, mon âme et mon esprit tendaient impatiemment vers ce cours d’eau que j’aime tant, qui m’a vu grandir et qui me permet de recharger mes batteries que je mets régulièrement à plat en me stressant pour des futilités et des banalités. En fait, ça marche chaque fois que je voyage, mais le fleuve, puisque je le connais, il m’assure une détente supplémentaire. Alors ce besoin de fleuve St-Laurent, c’est une commande intense qui ne peut qu’être satisfaite lorsque l’appel se fait sentir… Il suffit, comme je l’ai dit précédemment, de prendre la 20 ou la 40 en direction Est afin de partir à l’aventure sans peur ni réservations.

Michèle et moi n’organisons pas grand-chose lorsque nous partons nomader toutes les deux ensemble. On ne fait pas de liste de bouffe à emporter ni de plans trop élaborés. Je passe la prendre dans le stationnement d’un Tim Horton sur la 20 et on part, tout simplement, entre grandes filles (comme le dit si bien Michèle) : pas de maris, pas d’enfants, pas de chiens… Nous sommes seules toutes les deux avec notre intensité, notre honnêteté, et ce, sans risquer de déplaire à l’autre ou encore, d’activer de la jalousie…

Étant toutes deux des randonneuses invétérées, infatigables et décidées, aucun sentier ne nous résiste, enfin sauf si l’escalier se trouve dans un ravin, qu’il lui manque trois marches et que d’énormes clous rouillés pointent dangereusement vers le haut dans notre direction.   Contemplatives et épicuriennes, nous aimons bien nous installées dans des endroits magnifiques avec vue sur la mer pour relaxer, boire un peu de vino et manger frugalement…

Pour la 20, j’ai vendu la mèche dans les lignes précédentes, mais pour le reste, quelle direction avons-nous prise? Celle de la côte nord ou celle de la Gaspésie?

 

Caro et Michèle... Deux joyeuses randonneuses qui aiment bien arrêter de compulser sur leurs pensées...

Vue imprenable lors d'une randonnée éreintante de 13 kilomètres...

août 4, 2011 - Posted by | Été2011, Caro et Michèle

Un commentaire »

  1. Tellement dommage que je n’aie pu faire partie du voyage… 😦 Mais je suis contente que vous ayez eu du fun…

    Commentaire par Valéry Annie | août 4, 2011 | Réponse


Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :