Caro et cie

Paradis sur les rives du Lac Mead

Le 28 juin 2011

Comme si toute cette route que nous avions parcourue n’était pas assez, nous avons décidé de prendre une petite route secondaire pour nous rendre dans le Lake Meak recreational park area pour aller dormir sur le bord d’une plage bordant le lac Mead que Pat avait trouvée sur la carte du Nevada… Il faisait noir, nous ne voyions rien, absolument rien, pas même le découpage d’une montagne sur le ciel pourtant parsemé d’une multitude d’étoiles.

L’un après l’autre, les chemins pour se rendre dans d’autres parties du parc étaient fermés. Il n’y avait rien autour de nous, si ce n’est la noirceur profonde des lieux. Aussi, lorsque nous avons vu une entrée indiquant qu’il était interdit de camper pour plus de deux semaines, nous nous sommes dirigés de ce pas vers ce lieu, oasis de paix, après des heures et des heures à rouler kilomètre après kilomètre.

Nous n’étions pas au bout de nos peines, le chemin rocailleux et cabossé nous empêchait de parcourir la distance en un temps respectable. Autour de nous : le noir. Le noir absolu. La lumière du Winnie éclairait de petits arbustes verts, sans plus. Finalement, nous nous sommes arrêtés presque au bout de la route et nous sommes installés, perdus, isolés au Nevada sur une terre aride, sèche, que j’imaginais pleine de tarentules et de scorpions…

Même perdus au fin fond du désert, supposément sur le bord du lac Mead que nous ne voyons pas du tout, le vent en ce début de nuit est d’une chaleur étouffante et étonnante… Il ne fait pas froid la nuit dans le désert ? Preuve qu’il fait chaud, nous partons la génératrice et allumons la climatisation, chose que nous n’avons pas faite depuis que nous avons des winnies (2005).

Au p’tit matin (7 h ici, mais 10 h au Québec), nous ouvrons des yeux ahuris sur un spectacle magnifique : nous sommes cernés de montagnes arides et stationnés juste sur la rive du lac. N’écoutant que notre envie folle de plonger dans cette eau turquoise, nous partons sur la rive et nous baignons longuement, avec Bobby qui vainc de plus en plus sa peur de l’eau (le rapporteur en lui commence à faire surface).

La baignade, nous l’avons répétée quelques fois dans la journée, la dernière étant juste avant l’Hoover Dam, barrage qui est à la base de la création du Lac Mead, et où le fleuve Colorado recommence à suivre son cours normal pour former l’extraordinaire Grand Canyon (vous aurez mes impressions sur celui-ci bientôt). Toutefois, l’oasis du désert dans lequel nous nous sommes éveillés remporte la palme, car c’est tout à fait ce que nous recherchons lors de nos voyages…

Les enfants arrivent ce soir. Ils sont trippants. Quel courage de prendre l’avion sans nous et de faire un transfert à Toronto…

Très tôt, sur les rives du lac Mead...

 

Isolés, accablés par la chaleur, avides de baignades... hihihi!

 

Teint blanchâtre = début du voyage...

 

Liberté en VR...

Publicités

juin 28, 2011 - Posted by | Été2011, Californie, Sur la route

2 commentaires »

  1. ça résume parfaitement la magie du voyage en se couchant dans le noir et en ouvrant les yeux sur un merveilleux paysage.

    Commentaire par Mijo | août 2, 2011 | Réponse

  2. Toute une magie dans ce cas-ci! En effet, ce sont ces moments qui nous nourrissent et nous amènent à en vouloir encore et encore…. 😉

    Commentaire par Caro et Cie | août 3, 2011 | Réponse


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :