Caro et cie

Route, hors piste et coucher de soleil sur le fleuve…

Le 1er juillet 2010 (la suite)

Je cueille donc ma compagne vers 7h30 am et nous partons vers l’aventure.  Papotage et musique donnent le ton au début du périple.  Pour diner, nous arrêtons au stationnement de la location de kayaks dans le parc du Bic, car  il avance dans le Havre du Bic…  En ouvrant la porte, l’air marin envahit la cabine de Winnie III et nous enivre de joie.  Je suis de  ceux qui ressentent l’appel de la mer, alors pour moi, c’est une odeur attendue, désirée et  aimée,  qui provoque chaque fois  un trop-plein d’émotion.  Je respire à fond, sachant très bien qu’elle fera partie de moi, qu’elle imprègnera mes vêtements et l’habitacle de Winnie III jusqu’à la fin de mon voyage.  Bien qu’elle ne sera plus jamais aussi entêtante, je sais que parfois,  le vent la soulèvera à nouveau pour mon plus grand plaisir…

À Saint-Ulrich, nous prenons la direction de Saint-Léandre qui se trouve à environ vingt kilomètres.  Pour se rendre à la fameuse grotte des fées et accéder aux sentiers, une surprise de taille m’attend: six kilomètres de chemin forestier…  Quel est l’état de ce chemin?  Y’a-t-il des endroits pour revirer? Devrais-je arrêter devant un pont trop étroit pour le traverser? 

Je dois,  heureusement,  arrêter, car il y a des hommes au travail qui  tassent du chemin d’énormes arbres émondés.  Vous pouvez aisément imaginer le genre d’endroit où nous nous trouvons. Michèle leur demande si le chemin est praticable avec notre véhicule.  La réponse est affirmative, alors nous attendons tranquillement qu’ils l’aient libéré et nous partons vers la grotte des fées.

Je ris de me trouver sur ce chemin cahotant et j’imagine l’air surpris de Pat s’il me voyait en ce moment.  Winnie III a été choisi en partie pour cette raison: moteur, longueur…  Mais bon, je ne pensais pas le mettre, moi-même,  à l’épreuve à ce point là.  J’avance prudemment tout en constatant, hors de tout doute, que Pat et moi pourrons nous rendre aux monts Groulx.  Quelle belle découverte! Je suis impatiente de lui dire…

Le sentier pour se rendre à la chute et à la grotte des fées est court, mais splendide.   Il longe le canyon de la rivière Blanche qui se trouve tout en bas.  Ici,  la nature est sauvage, luxuriante et il n’y a pas foule.   L’endroit est entouré de légendes et je dois admettre qu’une atmosphère étrange s’en dégage.  Nous trouvons  que cela valait le détour…

Nous partons ensuite explorer les environs, à pied,  par les chemins forestiers.  Nos jambes ont besoin de se dégourdir et nous en empruntons un sur plusieurs kilomètres. Chemin faisant, nous rencontrons un lièvre, une couleuvre, des traces d’orignal, mais malheureusement, constatera Michèle, aucun jeune homme de trente ans…  Devant autant de faunes, ma peur d’une potentielle rencontre avec un ours refait surface. Toutefois,  je me rassure en tâtant de la main ma bombonne de poivre de cayenne ainsi que mon canif suisse qui se trouvent à des endroits stratégiques dans deux des nombreux compartiments de mon sac à dos.  J’élabore un plan de défense que je soumets à Michèle: elle prend la bombonne et je sors mon canif… Ensuite, on se défend!

La journée se termine derrière les galeries du vieux port à Matane qui acceptent les motorisés.   Nous descendons sur le bord du fleuve, faisons un feu de bois de grève, buvons du vino et soupons légèrement…  Le vent souffle l’odeur délicieuse du fleuve et le ressac des vagues est pour moi la plus belle musique au monde.  Nous regardons le soleil se coucher sur le fleuve, le  teintant,  ainsi que  le ciel et la grève,  de rose, de mauve, d’orangé et de jaune … Wow!!!!!!!!!!!!!

Publicités

juillet 8, 2010 - Posted by | Caro et Michèle, Gaspésie 2010, Je nomade, je voyage

2 commentaires »

  1. J’ai déjà hâte de lire la suite… et/ou de l’entendre de vive voix en fin de semaine. ;0)

    Commentaire par Matty | juillet 8, 2010 | Réponse

  2. Chez nous, on ne peut plus faire de feux de grève.
    ça doit être tellement sympa, les étoiles au-dessus de soi, le feux qui crépite, le bruit de l’eau et un verre à la main.

    Commentaire par Mijo | août 17, 2010 | Réponse


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :