Caro et cie

La terre est ronde, King Kong n’existe pas et l’Empire state building s’appelle en réalité l’Impatience state building…

Le 2 avril (la suite)

En descendant sur le quai de Battery Park au sud de Manhattan, un énorme taureau de bronze avait l’air de vouloir charger sur nous alors que nous passions à ses côtés le long d’un sentier… J’ai su par la suite qu’il faut lui toucher les testicules pour être riche et prospère… Quoi?  Non,  mais je ne m’imagine pas une seule seconde prendre l’appareil du taureau dans mes mains et faire un beau sourire pour la caméra comme si c’était tout à fait normal!  Je laisse cela aux Japonnais qui  n’hésite pas à faire  la file pour provoquer leur chance…

Nous voulions nous rendre à l’Empire State Building et puisque nous  espérions y voir le coucher du soleil, nous avons décidé de prendre le métro New Yorkais pour nous y arriver le plus rapidement possible.   Humm… Il fallut, au préalable, nous familiariser puisque le système ne fonctionne pas tout à fait comme à Montréal: nous en avons compris les rouages après être entrés  par une mauvaise bouche et avoir gaspillé un passage chacun.  Puis,  nous sommes enfin partis vers « Grand Central », une des plus grandes gares du monde.  Cet  édifice public construit en 1913 est  d’une grande beauté avec son hall principal baigné de lumière et son plafond bleu azur constellé d’étoiles scintillantes.

Ensuite,  nous avons pris, à pied, la direction de  l’Empire State Building.   Une surprise de taille nous attendait: presque trois heures d’attente pour accéder à l’observatoire du 86e étage. Des centaines de gens attendaient patiemment et se massaient le long de l’édifice sur des centaines de pieds… Que faire? Attendre ou payer un supplément pour y  accéder plus rapidement?

Payer plus cher,  voyons…    Quel bonheur quand nous avons  constaté que  nous passions directement, ou presque,  aux ascenseurs après avoir fait un tour virtuel de New York en vaisseau spatial (simulateur de vol)…   J’ai dû gérer l’anxiété de la copine de Charles qui avait vraiment peur de se trouver dehors à l’observatoire,  s’imaginant  qu’un coup de vent pourrait nous faire tomber en bas.  Cependant, elle était tellement contente d’être montée et d’avoir vaincu sa peur que pour elle, cette activité demeure l’une des plus intenses du séjour à New York.

Que dire à propos de l’Empire State Building?  Que ce  monument Arts déco est le plus célèbre et le plus haut gratte-ciel de New York avec ses 443 mètres? Que chaque année, près de trois millions de personnes montent à l’observatoire du 86e étage?  Que la vue y est imprenable  et que l’on voit même la courbure de la terre?  Que même avec les passes rapides, il faut une bonne dose de patience : faire la file aux ascenseurs, se faufiler pour sortir dehors,  s’insérer à travers les gens sur le bord pour avoir accès à  la vue, avancer à pas de tortues, se faire bousculer, etc.? À la suite de mes observations,  je vous annonce donc, chers amis,  que la terre est ronde, que King Kong n’existe pas et que ce gratte-ciel ne s’appelle pas l’Empire state building, mais bien l’IMPATIENCE state building.

Enfin, nous avons sorti nos cartes, une fois de plus,  pour nous rendre à la station du PATH train, situé au coin de l’América avenue  et de la 33e rue, qui se rend à Jersey City…   Bien que nous ayons visité deux des attractions les plus  célèbres de New York, nous avons  conservé un espèce de liberté dans notre façon de nous déplacer et de ne pas nous projeter trop en avant … 

Nous sommes arrivés au Winnie las,  fourbus et  avec une seule idée en tête,   nous étendre…  En effet, l’énergie de la ville, la proximité avec les gens et les dix kilomètres parcourus à pied avaient eu raison de nous!

avril 8, 2010 Posted by | New York 2010 | 7 commentaires