Caro et cie

Mes origines…

 

Lorsque  je suis déménagée dans mon village, on me demandait mon numéro de taxe chaque fois que j’allais au marché ou au dépanneur. Au fil du temps, on finit cependant par se désintéresser de mes traits anguleux et de mon teint plutôt foncé…

Lors d’un voyage au Nouveau-Mexique, un agent d’immigration nous a fait subir un interrogatoire très stressant, lors d’un détournement routier visant à contrôler l’immigration illégale dans l’axe  d’El Paso et Albuquerque dans la vallée du Rio Grande…  « De quelle nationalité est votre femme? » répétait l’agent inlassablement… Et Pat, placide de répondre : « Canadian »…  Tout à coup, l’agent se tourna vers moi et cria : » C’est à elle que je parle… De quelle nationalité es-tu ? » « Canadian » murmurai-je … Heureusement, entretemps, il avait regardé mon passeport et nous  pûmes continuer notre route…

Même cinéma un jour au poste frontalier de Détroit…

Que dire de ma disparition dans les collines de pierres remplies de pétroglyphes à « tree rivers petroglyples » au pied de la sierra blanca (montagne sacrée) au Nouveau-Mexique…  Pat affirme que je suis partie pendant des heures,  et moi, je n’ai pas du tout cette impression… Cependant, l’heure à laquelle je suis réapparue le prouve hors de tout doute…

Et cet été… Que penser de ce sentiment de béatitude ressenti alors que j’étais assise dans les vestiges archéologiques d’une habitation paléo-esquimaude?  De ces pleurs à la lecture de « la saga des Béothucks » ?

Et cette impression d’être Américaine, et ce, dans le sens large bien entendu…  de faire partie de cet espace, de cette nature.  Et que dire de cette envie de nomader, de faire un avec le paysage?  Visiter l’Europe? Certes, mais ce n’est pas une priorité.  L’appel n’y est pas!

J’ai su. Hier… J’ai eu un accès direct aux mémoires familiales, et ce, par hasard.   Une de mes tantes m’a confirmé que mon arrière-grand-mère avait probablement du sang indien… ce que je soupçonnais depuis longtemps!  Des rumeurs, des traits physiques, des quand dira-t-on…  Mais pour moi, une réponse…

Ce que j’aimerais que ma grand-mère soit encore vivante pour creuser la question!!!!!

Publicités

mars 7, 2010 - Posted by | Je suis

3 commentaires »

  1. Si on tient compte du fait qu’il n’y a eu que 700 filles du Roi au moment de la colonisation, on peut conclure qu’il est presque impossible de ne pas avoir de descendance amérindienne. Ce n’est pas facile à retracer dans nos arbres, car elles étaient baptisées et renommées, et ça, c’est sans compter les très nombreuses naissances illégitimes. Si tu peux mettre la main sur ton arbre jusqu’à l’arrivée des premiers colons, tu pourras deviner où elles se cachent si elles ne font pas partie de la liste des filles…

    http://www.migrations.fr/700fillesroy.htm

    Commentaire par Michèle | mars 7, 2010 | Réponse

  2. Spéciale ton histoire Caro! Tu le ressens au fond de toi d’où sont tes origines.

    Commentaire par Matty | mars 8, 2010 | Réponse

  3. Oui, essaie de grimper le plus haut possible dans ton arbre.

    Commentaire par Mijo | mars 18, 2010 | Réponse


Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :