Caro et cie

Publicités

octobre 31, 2009 Posted by | je chiâle | Laisser un commentaire

Défoulement…

Dans ce monde où le pouvoir, l’argent, l’apparence et l’individualisme règnent en rois et maitres, la politesse, la gentillesse, la courtoisie et le respect de règles non tacites en ont pris pour leur rhume…  Je suis complètement  ahurie lorsque je vois les gens essayer de rentrer dans le wagon de métro dès que les portes s’ouvrent,  sans aucun égard pour ceux qui veulent sortir.  À ce que je sache, le métro ne prend pas les usagés au vol?  Que se passe-t-il dans la tête de ces  abrutis?

Personnellement, il me semble c’est de la logique pure et simple que de laisser un espace libre devant la porte du wagon de métro pour laisser passer ceux qui sortent et d’entrer ensuite… Faut croire que je suis l’une des seules!   Je ne me gène pas pour dire à cette bande d’égoïstes déconnectés que ça irait bien mieux s’ils nous laissaient le temps de nous extirper de la cage à bétail…  Parce que c’est presque ça finalement!

___________________

Dans le même ordre d’idées, j’ai piqué une petite crise existentielle à l’épicerie cette semaine.  J’étais en « beau joual vert » de voir que les entreprises essaient,  encore de nos jours,  de se jouer des consommateurs par des moyens détournés.   Je me suis laissée tenter par des chips, car il y avait un super gros étalage central,  devant les produits laitiers,   avec toutes sortes de « chips » de marque « ruffles » dont les tostitos.  D’énormes pancartes annonçaient qu’à l’achat de deux sacs, nous avions droit à une trempette gratuite.  Comme nous mangions du chili, j’ achetai des chips au maïs et je me laissai tenter par des ruffles ondulés avec un pot de trempette à l’oignon.

Alors que la petite caissière passait mes articles à la caisse, je remarquai que le pot de trempette n’était pas gratuit. Je lui fis la remarque.  Elle envoya une femme avec un foulard dans le cou, qui devait être la gérante, voir… Plus de 5 minutes plus tard, elle revint en disant que j’avais raison, mais qu’il n’y avait aucun sac avec des coupons…  Elle lui suggéra de me le  laisser gratuit. Une autre caissière s’en mêla et décida de prendre le téléphone pour parler à quelqu’un à ce sujet.. (???)  La publicité est là oui on non?? Et ce qui me choque le plus, c’est j’aurais pu me faire avoir et payer ces deux  achats complètement inutiles d’une valeur de sept dollars…  Beurk!

Dix minutes… Dix minutes que j’attendais pour un pot de trempette!!!  Je leur dis d’annuler ces articles, que je n’encouragerais pas ruffles ni eux avec leur publicité mensongère et que lorsqu’une publicité est annoncée, on l’accorde aux clients…   Un étalage avec publicité… Un désir provoqué…  un produit chargé au bout du compte…

Inacceptable…  C’est de la manipulation, rien de moins… je n’achèterai plus de ruffles lorsque j’aurai une rage de salé  (de toute façon, les Lays sont meilleures) et je n’irai plus à cette épicerie…

octobre 22, 2009 Posted by | je chiâle | 7 commentaires

Escapade dans le parc du Mont Tremblant…

La grande fin de semaine de l’Action de grâce s’annonçait grise et froide.  L’envie de  bouger, de quitter la routine a vaincu nos dernières réticences et nous sommes partis pour le parc du mont Tremblant comme prévu en amenant nos tuques et nos mitaines.  Soleil miroitant sur les eaux bleues foncé du lac Monroe, randonnées en montagne, feux de camp et festin de rois furent les vedettes incontestées de notre séjour en forêt…   Seule Sara nous accompagnait, les boys étaient restés à la maison à cause de leur travail respectif. Nous partons parfois avec une seule enfant, alors qu’il n’y pas si longtemps, tous les regards convergeaient vers nous et nos quatre enfants…  Les temps changent!  Pat et moi rions, parfois on a l’air d’un couple ayant une grande famille, d’autres fois d’un couple n’ayant qu’un enfant unique ou enfin d’un couple n’ayant pas eu d’enfants et trippant sur leurs chiens…

Nous avons fait le sentier du centenaire qui monte au sommet des  immenses palissades et offre des points de vue extraordinaires sur le mont Tremblant,  le  pic  Johanson et la rivière du Diable qui serpente au fond de la vallée.   De la bouette, des racines, des rochers mouillés et glissants ont quelque peu ralenti notre rythme tout au long des 9 kilomètres en montagne et le seul gros nuage de la fin de semaine a provoqué une  tempête de neige subite et passagère…  Dans ce contexte, c’était magnifique et féérique, surtout quand on n’avait pas vu de blancs flocons depuis plusieurs mois et que nos corps dégageaient énormément de chaleur grâce à   l’effort soutenu donné  kilomètre après kilomètre. Au 9 kilomètres s’en ajoutaient trois sur le bord de la  route.  Sara les a trouvés interminables bien qu’elle ait gravi les pics à un rythme infernal…

Sara et moi avons aussi fait le sentier du lac Poisson jusqu’au cascades, ce qui représente  7 kilomètres environ.  Nous longions le lac par un sentier aux parois rocheuses, recouvert d’un tapis de mousse.  Nous étions seules, les autres randonneurs ayant bifurqué bien avant pour monter à la roche.  Nous nous sommes mises à imaginer une rencontre avec un ours.  Alors, nous chantions du Brian Adams et même si je tâtais régulièrement la bombonne de poivre de cayenne dans ma poche, je fantasmais à l’idée de posséder un canif…  Nous sommes revenues saines et sauves, sans avoir rencontré la moindre bébitte à quatre pattes. J’avoue que j’ai moins peur quand Pat est là, mais il était parti en vélo de montagne…

Les gros feux ont accompagné nos fins de journées et nos soirées, les bonnes bouffes, le vin, le porto et  les laits au chocolat chaud.  Nous avons fait griller nos steaks et nos saucisses directement sur le feu…     Et que dire du sommeil…  Pas moins d’une douzaine d’heures par nuit.  Nous avons fait un plein de calme, de silence et d’énergie en nous coupant des commodités de la vie moderne…

Je n’ai pas de photos… L’appareil était resté à la maison, alors j’ai pris des mémographies que je ne peux malheureusement pas  transférer sur mon ordinateur, à moins que ce ne soit par écrit…

Bonne semaine

octobre 15, 2009 Posted by | J'aime l'automne, parc du mont Tremblant | 7 commentaires

À l’intérieur de soi-même…

J’en reviens à la lecture…  Il n’y pas de moyen aussi efficace pour voyager à travers le monde et les époques, pour découvrir de nouveaux concepts, pour être témoin d’événements inusités et pour vivre une multitude de sentiments.  Il y a des intrigues dont on voit les rebondissements venir de loin et d’autres qui nous surprennent et nous laissent sans voix…

Hier, lors de l’une de mes séances de bouquinage,  j’ai succombé au roman « le liseur » de Bernhard Schlink.  Je l’avais maintes fois tenu dans mes mains, sans toutefois le choisir, mais sous les exhortations de courir le chercher d’une de mes profs, j’ai obtempéré.  D’ailleurs, je viens de terminer  » NICKOLSKI »  de  Nicolas Dickner et j’avais besoin d’un nouveau roman.

Je l’ouvris alors que le train n’était même pas encore parti…   Cette fois-ci, dès la première page, c’est  à l’intérieur de moi-même que je plongeai.  Les yeux pleins d’eau, je retins mes sanglots en relisant attentivement le passage : « […] La maladie débuta en automne et se termina au printemps. Plus l’année finissante devenait froide et sombre, plus j’étais faible.  C’est seulement avec l’année nouvelle que je remontais la pente. […] c’est là qu’un matin d’octobre, en rentrant du lycée, j’avais été pris de vomissements.  Cela faisait  plusieurs jours que je me sentais faible, plus faible que je ne l’avais jamais été encore de ma vie.  Chaque pas me coûtait. Quand je montais des escaliers, à la maison ou au lycée, mes jambes me portaient à peine.  Je n’arrivais pas non plus à manger. Même lorsque je me mettais à table en ayant faim, les aliments me dégoûtaient tout de suite.  Le matin, je me réveillais la bouche sèche avec l’impression que dans mon ventre les organes pesaient et n’étaient pas à leur place.  J’avais honte d’être aussi faible.  Cela ne m’était encore jamais arrivé non plus [….] » 

Le jeune héros de 15 ans décrit les premiers symptômes de la jaunisse qui l’a tenu au lit  plusieurs mois.  C’est exactement ce que j’ai vécu il y quelques années;  en passant par les symptômes, la saison de l’année et même les sentiments intérieurs…  Eh oui!  J’ai fait une hépatite aigüe,  chaque pas me demandait un effort surhumain, chaque bouchée avalée une volonté farouche et  chaque vomissement était une torture.  L’hépatite est apparue au début de l’automne et je me suis mise à remonter la pente alors qu’il y avait de la neige dehors…  Aujourd’hui, il n’en subsiste aucune trace, si ce n’est que je ne peux donner du sang…

Je remercie la vie que j’aime  tant en retour…  J’ai envie encore plus de mordre dedans et je suis heureuse d’être en santé…

Je retourne à mes travaux et je continuerai mon livre plus tard dans le train…

octobre 7, 2009 Posted by | je lis... | 7 commentaires

Bobby Watson le chien interchangeable… (celui qui a remplacé mon Max quelques semaines après sa mort)

Les enfants incitent Bobby à la baignade...

Les enfants incitent Bobby à la baignade...

 

Décidément, c'est un poupée-chien...

Décidément, c'est un poupée-chien...

 

Et que dire de cette photo où il a, carrément, l'air d'une grosse lavette?

Et que dire de cette photo où il a, carrément, l'air d'une grosse lavette?

 

Le gros toutou frais toiletté et rasé...

Le gros toutou frais toiletté et rasé... mais avec les pattes sales! 😉

 

Un caniche royal qui n'a pas le physique de l'emploi: toujours plein de chardon, amateur de carcasses qu'il trouve grâce à son flair, les pattes sales...

Un caniche royal qui n'a pas le physique de l'emploi: toujours plein de chardon, amateur de carcasses qu'il trouve grâce à son flair, les pattes sales...

octobre 6, 2009 Posted by | Uncategorized | 6 commentaires

Toujours aussi occupée…

Ouffff… Occupée?   Et bien c’est peu dire…

La session intensive bat son plein, la semaine dernière fut extrêmement prenante au niveau intellectuel.  Des travaux pratiques aux allures d’examens à haut degré de difficulté  ou de travaux de session qui auraient dû demander le triple d’heures et durant lesquels elles se sont écoulées à la vitesse grand V.  Je n’ai même pas eu le temps de penser à aller à la toilette. Les travaux et les planifications avancent, mais il me semble que le temps va manquer pour tout rendre à temps… Je me dis qu’à la fin octobre, tout ça sera derrière moi. 

Ma toune, hier,  lors de l’évaluation pour les sélections régionales de soccer en vue d’aller aux jeux du Québec l’été prochain,  a fait la pluie et le beau temps : techniquement et par son intensité. Elle m’impressionne tellement…  Elle s’est habillée avec son survêtement de sport-études qui est aux couleurs de la région au lieu de mettre celui de son Équipe. Le directeur technique les avait bien averties qu’elles étaient en compétition les unes avec les autres.  Sara ne sachant quoi faire a opté pour l’habit du sport-études en se disant qu’elle y allait pour elle. Cela a causé un genre d’émoi.  Elle a regretté deux minutes… Pour ma part, je dirais que c’était ce qu’il y avait à faire, car elle avait pris un jalon dans la tête des autres…  Du caractère, elle n’en manque pas…  Je parle d’élan, de courage, de ténacité, de volonté!

Bobby et Bill se sont fait toiletter… Ils sont trop trognons : Bill avec sa coupe schnauzer et Bobby avec sa coupe toutou. Nous avons longuement hésité pour Bobby, car nous ne voulons pas d’un caniche royal  rasé selon la mode de la race. Beurk, je déteste!   Mais avec ses allures de gros toutou, il est aussi beau, sinon plus.   Justement, j’avoue que je  n’ai jamais vu un aussi beau chien… Les enfants s’offusquent lorsque j’ose le dire, car ils ont l’impression que je trahis Max, notre vieux chien mort le printemps dernier.  Je trouve qu’ils sont fidèles et solidaires à  leur vieux compagnon, celui qui déjà lorsqu’ils étaient bébés les surveillait, les couvait intensément du regard et les suivait partout où ils allaient.

Nous prévoyons aller dans le nord  pour la grande fin de semaine. Bon, je devrai travailler plus qu’autre chose, mais changer d’air me fera, assurément, du bien.

Bonne semaine

octobre 5, 2009 Posted by | j'aime, je stresse un peu... | 2 commentaires