Caro et cie

La lecture comme thérapie…

Je n’ai pas beaucoup de loisirs par les temps qui courent…  Je réussis à voler quelques minutes de répit le matin en lisant des romans dans le train, quand je ne suis  pas  obligée de faire des lectures dirigées…  Il arrive que je prenne délibérément mon roman et que, avec un peu de culpabilité, je m’y plonge et m’y oublie…  Je suis avide de lire, en fait, avec les quatre enfants,  il y a bien des choses que je n’ai pas eu le temps de faire, mais j’ai lu… En allaitant, dans le bain, du coin de l’oeil au parc, sur la galerie pendant leurs siestes et au petit coin (et oui…)…  Je suis une lectrice insatiable et je saisis chaque moment qui m’est offert pour me remplir de mots et de sens. 

 J’aime lire.  Souvent.  Partout.  De vive voix. Je ne passe jamais devant une librairie sans y fouiner et me gaver de résumés.  Pour moi, il n’y a pas de bonne ou de mauvaise littérature.  Je lis,  et de tout.  Je dirais que c’est surtout mon état intérieur qui détermine le genre de lecture que je fais: pas de roman noir quand je me sens  triste, des romans plus intenses quand je me sens bien, de la  relecture pour retrouver un certain état d’esprit.   Je viens de rerelire « le parfum de Patrick Sunskind » et  je savoure tout ce qu’écrit Jacques Poulin… surtout « les grandes marées« , son meilleur à mon avis…

J’ai autant besoin d’écrire que de lire.   Parfois j’écris plus que je lis, d’autres fois je lis plus que j’écris, mais j’ai besoin des deux…  Présentement, vous vous en doutez,  j’ai de nombreux travaux à rendre.  Mon temps d’écriture passe là.  Parfois, j’ouvre une fenêtre pour écrire un message sur mon blogue, mais avant que j’aie eu le temps d’y taper ne serait-ce qu’un seul mot, je suis absorbée par ma famille, le téléphone, Bobby qui jappe ou un souper à préparer… Puis, je retourne à mes travaux et à mes lectures.

Je trouve cette session intensive très difficile, heureusement que j’ai la lecture pour m’évader…  Je me fais rare, mais dans un mois, cette session sera terminée. 

À bientôt…

septembre 26, 2009 Posted by | je lis... | 6 commentaires

Une soupe à l’oignon… Quoi de mieux pour soigner des gros nez enrhubés???

septembre 20, 2009 Posted by | je fais | 6 commentaires

Suppléance dans une classe de première secondaire…

– MMe?

– Oui untel…

– Est-ce que votre mari est gros?

– Non, pourquoi?

– Parce que toutes les femmes minces ont un gros mari…

– Quoi??????

– Ouais…

– Tu me trouves mince?

– Oui..

Et tous les élèves d’opiner de la tête en me regardant de la tête aux pieds…

– Hein? Moi mince…  Regardez-moi… Vous me trouvez vraiment mince?

Et tous les élèves d’opiner de la tête en me regardant de la tête aux pieds…

Constat : je dois revoir mes schémas personnels en ce qui concerne la maigreur, la minceur et la grosseur…

septembre 19, 2009 Posted by | Je fais de la suppléance... | 3 commentaires

Le fou rire…

Je dors peu, je suis donc fatiguée…  J’ai des fous rires comme je n’en avais pas eu depuis longtemps, des petites crises de larmettes et quelques-unes où j’enrage.  Je grugerais un os et ça me calmerait surement un peu.  Mais diantre,  de quoi aurais-je l’air?  Alors, je ris pour  rien, je me pogne avec ceux que j’aime et j’échappe une petite larme de fatigue de temps en temps, ce qui me soulage momentanément…

Ce qui m’amène aujourd’hui à vous entretenir de fous rires… Comme celui que j’ai eu lors d’un exercice d’écriture. Nous devions nous placer en équipe spontanée de deux, la professeure nous donnait une image ou une citation, puis nous devions écrire pendant vingt minutes en nous en inspirant, pendant que notre coéquipier  décrivait, par écrit,   notre attitude lors de l’écriture. Je devais donc être inspirée par la phrase suivante :

« Le plus beau moment de l’amour, c’est quand on monte l’escalier » 

 par Georges Clémenceau

Au début, mes schémas de pensées, dans un contexte universitaire,  cherchaient le côté romantique de la citation afin de faire un texte très profond, mais n’apparaissaient dans mon esprit que des images sexuelles. Et ma coéquipière qui m’observait attentivement pendant que j’avais des visions indécentes…  Oh, la, la, la, il n’en fallait pas plus pour que je me mette à rire, mais à rire, mais à rire… Sans être capable de calmer ce flot de gaieté qui montait par grandes vagues et qui libérait en même temps une tonne de stress accumulé. Un vrai fou rire, comme je n’en ai pas eu souvent dans ma vie. Autour de moi, dans ce silence quasi monastique, le fou rire se répandit comme une trainée de poudre. L’un de se calmer et l’autre de rire à nouveau…   Vaincue par mon inspiration, mon texte a donc pris la voie qu’il devait prendre. Je ne suis pas  profonde pantoute, mais je m’assume… 😉

septembre 18, 2009 Posted by | je ris, je vais à l'université | 5 commentaires

Dans le jus…

Une session intensive, c’est intense…   Je me suis surprise à paniquer au lieu de savourer ma joie d’être, à nouveau, étudiante à l’université.  J’ai des cours intéressants, d’autres moins…  Des travaux significatifs, d’autres un ramassis de blabla…   Pire, je passe deux jours complets au sous-sol d’un pavillon!

Alors, voilà que déjà, j’entreprends  ma 5e semaine (on a de la difficulté à voir ça autrement) dans certains cours cette semaine et des travaux sont à rendre jeudi…

Je reviens de vacances et je suis déjà dans un rush de mi-session… 😉

Vous comprendrez que je n’ai pas beaucoup de temps pour l’écriture puisque la vie continue avec ses multiples réunions de septembre, les pratiques et les finales de soccer, la maison, qui est dans un état lamentable, à nettoyer, etc.  

À bientôt…

septembre 12, 2009 Posted by | Uncategorized | 5 commentaires

Choc culturel

Nomade lors de mes pérégrinations, je recherche  l’essence principale de l’endroit où je me trouve: les paysages, les gens, les p’tits villages et les lieux hors des circuits touristiques.  Je fréquente les parcs nationaux et provinciaux et j’y dors parfois, mais les personnes  qui s’y trouvent me ressemblent souvent: randonneurs, amateurs de paysages, photographes amateurs ou professionnels.   Et la plupart du temps,  ils voyagent eux aussi…

Je conçois, par contre,  le goût pour le camping au sens classique du terme,  dont le but est de s’installer dans  un endroit où il y a beaucoup d’emplacements collés et une vie communautaire organisée.  Les parents socialisent, les enfants sont libres et  il y a des activités pour tous les goûts…

La fin de semaine dernière, Sara était en tournoi à Granby. Afin de réunir toutes les filles dans un même endroit et de satisfaire les parents qui ont besoin d’une installation de luxe, mais qui n’en ont pas, nous sommes allés au camping Tropicana.  Eh oui, le fameux camping où le film « camping sauvage » de Guy.A. Lepage a été tourné…  Lumières de Noël, karts de golf, nains de jardins, tables ayant pour piliers des chevreuils, crèches de Noël sur un foyer extérieur, bonhomme de neige, marché aux puces et toutes sortes de trucs, dont vous ne pouvez même pas imaginer l’existence,  s’y trouvent… 

Au début, l’étonnement et la surprise sont de mise.  C’est tout un choc culturel qui nous attend… mais nous avons eu une superbe fin de semaine.  Nous avons préparé  un rallye et les gens du camping nous ont aidés.  Certains avaient des réponses à donner aux filles, d’autres avaient accepté qu’on se serve de l’une de leurs décorations comme indice…  Nous étions tous réunis et les filles pouvaient dormir alors que nous, les parents, buvions du vin autour du feu.

J’ai aimé le camping Tropicana et dans son genre, il bat tous les records… 😉

septembre 9, 2009 Posted by | je fais du camping, soccer | 3 commentaires

Cette envie d’être téléportée…

C'est exactement là que je voudrais me téléporter...  Maintenant...

C'est exactement là que je voudrais me téléporter... Maintenant...

 

J’ai vécu du stress à mon retour de Terre-Neuve, je n’ai aucun contrôle sur la maison et Bobby, dans sa phase adolescent, est insupportable.  Je  me suis laissée happer par cet ennemi insidueux et  je suis fatiguée, tristounette et sensible…  Si je pouvais aller m’asseoir et regarder la mer  quelques minutes à cet endroit, là où vécurent plusieurs peuples amérindiens à des époques différentes,   je serais calmée, ressourcée, ancrée…

Mais je suis ici… La session universitaire est bel et bien commencée. À défaut de me téléporter, je fouine dans les librairies avec mon amie C.  et je savoure mon boeuf à la citronnelle au restaurant vietnamien tout près de l’université.

C’est pas aussi efficace, mais je vais faire avec… 😉

septembre 4, 2009 Posted by | je vais à l'université, téléportation | 8 commentaires

De l’ambition… Mais quelle ambition?

Pour le surf c'est bien parti... ;-)  Elle est déjà une experte du body surf!

Pour le surf c'est bien parti... 😉 Elle est déjà une experte du body surf!

 

À Assateague, cet été,  Sara a passé des heures et des heures dans la mer…  Et quand je vous le dis, croyez-moi!  Alors quand elle affirme qu’elle veut faire du surf plus tard, je sais très bien que ce n’est pas hypothétique… Comme tout ce dont elle rêve d’ailleurs…

Mes fils,  quant à eux, sont à organiser leur prochain été à Banff en Alberta…  Ils veulent aller y travailler dans l’hôtellerie.  C’est leur employeur, un cuisinier, qui leur a mis cette idée en tête… 

Et dire que tout ça, c’est de notre faute.  Nous leur donnons le goût des voyages, de l’exploration, de la route… et comme tout amoureux de l’Amérique: l’envie de voir l’Ouest.  Ils savent comment squatter un endroit pour dormir, une douche ou  une connexion internet… 

Comment pourraient-ils ne pas avoir envie de prendre la route et d’aller travailler dans l’Ouest… 😉

septembre 2, 2009 Posted by | j'aime, je vis en famille | 8 commentaires

Volteface…

Au retour du voyage à Terre-Neuve, je ressentai un bien-être intérieur exceptionnel: la zénitude… comme il est à la mode de nommer cet état d’esprit de nos jours. Relaxe, heureuse, fière et remplie de beauté, rien ne pouvait atteindre et semer la pagaille dans cette sérénité dont j’étais pleine jusqu’à ras bord. Rien, sauf ma culpabilité envers ma fille… Encore une fois, elle a réitéré calmement son désir d’aller au sport-étude, ce qu’elle nous demande d’ailleurs depuis le début de son primaire. Sara est une élève et une sportive émérite. Lorsqu’est venu le temps de choisir une école et un programme pour le secondaire, elle a opté pour le sport-étude et le programme d’étude internationale. Pour les deux, elle devait passer le même examen d’entrée géré par la firme Bisson-Legris de Montréal. Pour l’un les résultats académiques seuls comptaient et à l’autre s’ajoutaient les tests d’habilitetés au soccer ainsi que le niveau dans lequel elle joue… Elle fut acceptée dans les deux, mais Pat et moi avons fait de la pression pour qu’elle aille au PÉI… Programme enrichi dans lequel Charles évolue depuis le début du secondaire et qui nous plait beaucoup.

À mon retour de vacances, j’ai eu une illumination: pourquoi est-ce que j’impose une voie à ma fille, alors que je prône de suivre celle qui nous plait… Si j’avais été en littérature au CÉGEP comme je pensais le faire au départ à 17 ans, j’enseignerais déjà le français. J’ai allongé mon chemin, point final à la ligne, par souci de m’ouvrir toutes les portes et j’en suis à faire un deuxième bac…

Sara veut jouer au soccer à de hauts niveaux, elle veut être professeure d’éducation physique, elle veut avoir de longues vacances, voyager et surfer à Hawaï (c’est quand même assez précis). Je pense que LE chemin qu’elle veut prendre est excellent compte tenu de ses buts et je crois sincèrement qu’elle a toutes les chances de les atteindre… Je lui fais confiance et il ne faut pas oublier qu’elle fait partie des onze filles de son âge à avoir été choisies et pour les compétences académiques et pour ses performances au soccer!

Tout s’est arrangé à temps, elle est partie au sport-étude ce matin…  Son enthousiasme face à cette volteface m’inonde de ses éclats, son sourire fait grandir le mien, sa hâte fait bondir mon coeur, sa fierté et sa joie font mon bonheur…  Je suis heureuse d’avoir pu rectifier le tir à temps! 😉

septembre 1, 2009 Posted by | je stresse..., Sara joue au soccer.. | 7 commentaires