Caro et cie

Joyeux anniversaire Caro…

Le 15 août 2009

C’est cette après-midi, jour de mon 41e anniversaire de naissance, que nous prenons le traversier pour  revenir à la maison.   Nous avons du temps puisque le traversier part à 16h30 et que nous ne sommes qu’à deux heures de  Port-aux-Basques.   Nous nous levons relativement tôt, comme d’habitude d’ailleurs, et nous nous dirigeons vers la rivière.  Pat s’y lave et moi, j’ai bien l’intention de prendre une douche chaude afin d’être toute propre pour le retour.  Cependant, je regarde le bassin invitant de la rivière, la petite chute qui gronde tout près,  et je me dis que ça commencerait bien ma 42e année que de me laver dans un si magnifique endroit le jour de mes 41 ans.  Je me laisse donc tenter et je décide de m’y laver moi aussi.  Je prends mon savon biodégradable à la lavande et je m’enfonce délicieusement dans les eaux pures et limpides de la rivière.  Quelle sensation de bien-être je ressens, c’est indescriptible…  Je pousse même le bonheur jusqu’à y rester un moment pendant que Pat grimpe les rochers à côté de la chute.  Chérie, crie-t-il, il y a un saumon qui vient de remonter la chute… On se croirait dans un reportage de National Geographic!  L’île de Terre-Neuve correspond en tout point à ce que nous aimons: la nature, les endroits sauvages magnifiques où squatter la nuit, les moments forts… 

Pourquoi pas?

Pourquoi pas?


La petite chute que le saumon a remonté!

La petite chute que le saumon a remonté!

 

Plus tard, nous roulons vers Port-aux-Basques quand  le cellulaire sonne…  Je réponds…

– Caroline…

– Oui…

– Marine atlantique…

– hummmm…

– Votre traversier a du retard, vous ne partirez pas à 16 h 30, mais bien à 19 h 30… Vous n’êtes pas obligés d’arriver avant 18 h..

– Cool, dis-je avec un soupir de frustration…

C’est que la seule ombre au tableau durant ce voyage se trouve à  être l’horaire et l’organisation des traversiers… En deux occasions, deux retards…  Nous sommes samedi et Pat qui travaille lundi matin… Si on fait le calcul, nous partirons à 19 h 30 et ferons une traversée de 6 heures, ce qui nous amène à North Sydney à 1 h 30… En reculant l’heure, il sera minuit!  Nous devons ensuite nous taper 16 heures de route jusque chez nous et devrons dormir un peu, c’est assuré…   Dire qu’en plus, seul ce traversier était disponible pour le retour. Nous le trouvions juste, mais avec le retard, c’est encore plus stressant!  Nous allons donc fouiner dans Port-aux-Basques, mais n’arrêtons nulle part.  Nous pensons aller à Rose-Blanche, mais  l’envie n’y est pas.  Nous allons donc attendre dans le stationnement du traversier qui est situé sur le bord de la mer puis nous partons à l’heure convenue. 

Sur le bateau, nous soupons et allons ensuite  sur le pont.  Contre toute attente, l’air est bon, le vent chaud…  Nous nous couchons donc sur un banc et je regarde les étoiles avant de m’endormir en pensant que je suis vraiment chanceuse d’avoir une si belle journée pour mes 41 ans, avec cette baignade dans une magnifique rivière et cette soirée en mer sous le ciel étoilé du golfe du Saint-Laurent….

août 29, 2009 Posted by | je voyage, Terre-Neuve | 4 commentaires

8 kilomètres à Blow me down…

Le 14 août 2009

On se réveille tôt.  Comme j’adore le bord de mer du parc (Arches provincial park),  je n’hésite pas une seconde et je vais me promener avec les chiens pendant que Pat fait la vaisselle.  Au retour, je téléphone à Charles et à Sara, puis nous partons vers Corner Brook.  Pat décide d’arrêter à Cow Head, au nord du parc Gros-Morne, ce qui s’avère une excellente idée puisque l’endroit est magnifique et qu’il y a beaucoup, beaucoup de framboises… Des tonnes de framboises!

Cow head... Paradis de bord de mer et de framboises!

Cow Head... Paradis de bord de mer et de framboises!

Miam, miam...

Miam, miam...

 

Nous nous dirigeons ensuite vers la montagne Blow me down pour marcher un sentier que nous n’avions pas eu le temps de faire au début du voyage.  Encore une fois, c’est une bonne décision puisque le paysage est de toute beauté, quoique le sentier soit très sauvage.  En effet, il est envahi par des ruisseaux régulièrement et nous marchons directement dans les tourbières.  Peu de gens l’empruntent, c’est évident.  De vieux panneaux défraichis,  qui indiquent chaque kilomètre,  et des rubans roses dans les arbres nous rassurent quant à la direction prise.  De toute façon, on contourne l’immense montagne en longeant la rivière aux cuves limpides,  la végétation est  miniature et on voit la baie des iles au loin…   Pas vraiment de danger de se perdre!   Au bout de 4 kilomètres, nous décidons de revenir vers le Winnie puisqu’il est 17 heures.  Mais nous savons que le sentier monte en haut de la montagne, tranquillement…  Nous le ferons un jour…  Je pense que cette randonnée complète demande une bonne préparation cependant.  Pour le moment, le promontoire atteint nous donne une vue sur des tablelands d’un côté et sur la baie de l’autre…  En plus de la rivière qui serpente plus bas…  Disons que nous en avons plein la vue!

Bobby est très habile dans les tourbières alors que Bill, avec ses petites pattes, éprouve plus de difficulté.  Pat et moi faisions attention au début à l’endroit où nous mettions les pieds, mais nous avons abandonné rapidement.   Il n’y a qu’à voit l’état de nos vêtements pour le constater… 😉   Ce sont les seules photos de cette aventure puisque nous avions, malheureusement, laissé l’appareil dans le Winnie! 

Nous en sommes revenue très propres... :-D

Nous en sommes revenus très propres... 😀

Nous décidons ensuite de rebrousser chemin pour aller passer la soirée et dormir sur le bord d’une autre belle rivière.  Bien entendu Pat se baigne et je l’incite fortement à amener Bobby pour le laver un peu.  L’eau de tourbière, de la couleur du thé, a taché ses beaux poils blancs…

Une autre superbe journée!

août 29, 2009 Posted by | je voyage, Terre-Neuve | 4 commentaires