Caro et cie

Le vécu du corps…

J’ai une nouvelle cicatrice. Comme si je n’en avais pas assez…   En effet, juste avant de partir à Disney avec Sara, je marchais vers mon local de classe avec une boite de chemises dans lesquelles se trouvaient les recueils de textes et les journaux de bord de mes élèves. En arrivant dans l’aile, alors que les élèves se tassaient poliment sur mon passage, telle des sujets devant leur Reine, je fonçai dans le charriot d’un collègue en lui disant bonjour. Je me cognai et m’éraflai sérieusement la main…   Je rentrai dans la classe et m’enroulai une serviette antiseptique autour de la main afin d’éviter une éventuelle infection de la plaie. Mes élèves à ce moment-là étaient tous malades, c’était le festival des nez morveux, et je n’avais aucune envie que leur virus entre en contact avec ma blessure…    Après le cours, je devais partir pour un examen à l’université. N’ayant pas le temps de désinfecter ma grosse éraflure, je m’enroulai une autre serviette désinfectante. En arrivant à Disney le surlendemain, je ne sais pas si c’est dû à la mise sous pression dans l’avion, mais ma main était rouge et enflée. De la plaie s’écoulait un liquide jaunâtre. Bon!!!   Je la pris en main et le tout s’est résorbé assez rapidement. Sauf que j’ai eu un bleu. Ouais… Et une bosse douloureuse sous cette  plaie longue de deux centimètres. Présentement, c’est une belle ligne blanche. Une autre…

Je suis pleine de petites cicatrices. J’en ai plusieurs sur les mains, car à l’âge de 5 ans, en jouant avec mes amis, mes mains ont traversé la porte vitrée de notre immeuble alors que je la poussais, en courant, pour aller dehors.   Une autre fois, un petit garçon du même groupe d’amis m’a donné un coup de pelle sur la tête parce que je lui avais enlevé sa bouteille de coke en lui disant que ce n’était pas bon pour un enfant. À un autre moment, vers l’âge de douze ans, j’ai foncé dans un arbre avec la motoneige que JE conduisais et j’arbore, suite à cette aventure, une longue cicatrice sur le menton. Cicatrice qui m’a valu un bouquet de muguets d’un monsieur qui me disait que les plus belles femmes, comme Lindsay Wagner, avaient des petites cicatrices comme la mienne sur le visage.    J’ai aussi une belle cicatrice, large et longue, à la jonction du pied et de la jambe. C’est MAX qui, attaché avec une corde jaune, comme celles avec lesquelles on fait des cordes à linge en camping (ou dans la salle à diner), s’était élancé vers un écureuil en blessant sa maitresse au passage. Un chien attaché c’est dangereux. Tenez-vous-le pour dit en voici la preuve. Mais le bon souvenir, c’est que grand-maman s’était occupée de moi en étendant généreusement sur ma plaie son remède miracle: de l’ozonol.

Elle adorait l’ozonol et je me suis laissé soigner comme une toute petite fille. Lorsque je regarde cette cicatrice, je peux me rappeler ma grand-mère. Parfois, quand je me souviens que j’ai une cicatrice dans le visage, je me rappelle que nous avions une sortie à la cabane à sucre tout juste après mon accident. Les garçons n’osaient pas venir me chercher pour danser un « slow ». Ils étaient tous gênés avec moi. J’étais devenue une paria, rien de moins.   Finalement, il y en a un qui est venu me chercher et j’ai toujours trouvé que c’était un mausus de bon gars. Ce jour-là, il a gagné énormément de points! 😉  Quant à celui qui m’a donné un coup de pelle, je ne lui plus jamais parlé, mais je me rappelle très bien que mon père m’avait acheté le livre du petit chaperon rouge à l’hôpital pour passer le temps. Livre que j’ai toujours vu chez mes parents…

Mon corps a du vécu et chaque cicatrice a sa petite histoire. Je ne pourrais changer aucune partie de mon corps. J’y suis attachée autant qu’à mes petites cicatrices.   C’est à moi. J’ai beau vieillir, la gravité a beau faire son oeuvre, je ne passerai jamais au bistouri. Mes plis autour de la bouche représentent mes rires et mes sourires…  Mes seins?  Le bonheur d’avoir vu mes enfants grandir grâce au lait que je produisais et que je leur donnais…  Mes pieds? Tous les kilomètres que j’ai marché… Le petit surplus de poids?  Le bon vin et le fromage que je savoure régulièrement…

Bonne fin de semaine!

Publicités

juin 21, 2009 Posted by | Uncategorized | 4 commentaires