Caro et cie

Disney, ça ne se photographie pas, ça se vit!!!!

La dernière journée, l’équipe s’est scindée.   Sara souhaitait visiter Hollywood Studio (anciennement MGM) ainsi que quelques-unes des ses copines.   Nous leur avions expliqué qu’il était important de rester en équipe et de faire des compromis.  Comme je souhaite convaincre Pat de faire au moins un parc thématique lors de notre prochain séjour en Floride, j’ai dit à Sara que ce n’était que partie remise.     Cependant, celles qui tenaient à aller à Magic Kingdom ne voulaient absolument pas aller voir le match de la finale, ce qui était très important pour Sara et quelques-unes de ses coéquipières.

Ouinnn… Bien au diable les compromis… On va à la finale et ensuite à Hollywood Studio faire le rock’n’roller, l’ascenseur dans l’hôtel de Twillight zone, un voyage dans l’espace dans un vaisseau de Star Was  et bien d’autres choses encore.   8 filles sur 14, contentes d’être ensemble et profitant du moment présent.   L’entraineur était fier de ce noyau composé, en grande partie, du « Power team ». 

Une des filles m’a dit que je n’étais pas une mère comme les autres dans la file d’attente du Rock’n’roller, un manège dément qui file à toute allure sur des rails faisant des loops complètes provoquant des surcharges d’adrénaline, rien de moins.  Quoi?   Moi?  Oui… Tu es la seule qui vient dans tous les manèges…  C’est cool… tsé t’as pas peur de te dépeigner ou quelque chose comme ça!

Et bien ma grande, tu sauras que lorsqu’on se peigne à peine, on a pas peur de se dépeigner!   Non, mais…  C’est vrai, je ne suis pas une schtroumphette   coquette.    C’est moi là, celle qui tripe sur les feux de grève et leurs flammes bleues, sur le silence et la brise venant de la mer, sur les surprises qui m’attendent au détour des routes et sur le lâcher-prise de ne jamais savoir où je coucherai ni si j’aurai assez d’eau pour prendre ma douche et me faire une petite beauté!

N’empêche que je ne peux concevoir d’être allée à Disney World sans vivre ces émotions intenses et entrer de plein pied dans ce monde imaginaire.  Je suis retombée en enfance,  je criais autant que les filles, j’avais la trouille et l’estomac qui gargouillait dans la file d’attente, j’y croyais…

Disney, ça ne se photographie pas, ça se vit!!!!

Ce soir là, nous avions réservé dans un bon restaurant.  Tous autant que nous étions, nous envions envie d’un steak.   Tannés du poulet, plus capable.   À notre sortie, le parc était vide.  Nous avons pris, pendant près d’une heure, des photos des filles dans ces décors de films.  Elles ont eu beaucoup de plaisir, ont embarqué dans le jeu avec gaieté et désinvolture  et le résultat est extra!

Au retour, elles se sont baignées passé minuit.  Ensuite, elles ont gagné les chambres et ont continué à rire, à batifoler.   Dans la nôtre, ma colloc et moi étions découragées. Le réveil-matin était réglé à 6h30 et les filles avaient encore un fou rire très intense à 2h du matin…  On a pris le tout avec calme et le lendemain, nous nous sommes levées seules et leur avons ramené leurs petits-déjeuners au lit. L’autobus pour l’aéroport nous prenait à 8h05… 

Fatiguées, nous avons passé la journée entre les postes douaniers, de fouilles, d’attente…  Mais quelle belle expérience!

mai 30, 2009 Posted by | Disney World, Floride, je voyage, Sara joue au soccer.. | 7 commentaires