Caro et cie

Disney World, capitale de la démesure…

Lorsque nous sommes arrivés à notre hôtel sur le site de Disney World, je me suis sentie sur une autre planète.  Sara marmonnait qu’il y avait beaucoup de monde et qu’elle aimerait bien mieux  être sur une plage et moi, je pensais la même affaire.  Nous n’allions dans un parc thématique que le lendemain et pour cette journée, nous avions la piscine et le site de l’hôtel. 

Tout de suite, on s’est rendu compte de l’environnement de surconsommation qui nous entourait: paie les tasses thermos pour les refiles de boissons et de cafés gratuits, paie pour le diner, paie trois fois le prix que vaut une bouteille de vin en Floride, paie pour…  À part se baigner ou se terrer dans la chambre,  tout ce qu’il y avait à faire, c’était dépenser:  Boutiques, arcades, restaurant, etc.   Nous avons donc pris l’autobus et avons soupé à Disney Down Town.  Rien d’autre que des boutiques, et au planète Hollywood, le serveur a donné des repas d’adultes aux filles qui avaient commandé dans le menu pour enfants… 

J’ai appelé Pat et je lui ai dit que Disney, c’est tout ce qu’il déteste.  Des gens partout, des files d’attente pour manger, des files d’attente pour prendre l’autobus, des boutiques…  Le capitalisme à la puissance $$$$!

N0us sommes arrivés le 21 et la première partie des filles étaient le 23.  Nous avions donc l’intention de passer notre journée dans un parc le 22.  Nous avons choisi Animal Kingdom…  Et c’est là que j’ai compris ce qu’était, mis à part la surconsommation, Disney World.  Le truc, c’est que tout est plus vrai que vrai… On arrive à y croire même si on sait très bien que nous sommes dans des environnements artificiels.  C’est intense, c’est gros, c’est grand, c’est plus vrai que vrai…  Sara et moi avons été conquises. 

Vous savez, quand vous criez à fendre l’âme parce que vous êtes certaine qu’un tyrannosaure qui avance vers vous va vous manger, que vous vous croyez vraiment dans la savane africaine avec des braconniers à vos trousses,  qu’ aucun son  ne sort de votre bouche alors qu’un  yéti, dans l’Everest, casse les rails du train et que celui-ci repart par en arrière alors que vous venez de monter en position presque verticale un pan de la montagne, que vous sentez le pet d’un sanglier lorsque le nuage nauséabond arrive sur  vous dans un visionnement 3D, Disney prend une autre signification.

J’ai rappelé Pat ce soir-là et je lui ai affirmé qu’il devait au moins aller dans UN parc thématique dans sa vie qu’importe le reste….

à suivre…

 

florida 015

La devanture de l’hôtel « All Sport »

florida 010

   La subtilité des États-Uniens…

 

florida 043

L’arbre de la vie…

florida 072

Un vrai baobab

florida 071

florida 075

florida 053

Publicités

mai 27, 2009 Posted by | Disney World, Floride, je voyage, Sara joue au soccer.. | 7 commentaires