Caro et cie

Disney, ça ne se photographie pas, ça se vit!!!!

La dernière journée, l’équipe s’est scindée.   Sara souhaitait visiter Hollywood Studio (anciennement MGM) ainsi que quelques-unes des ses copines.   Nous leur avions expliqué qu’il était important de rester en équipe et de faire des compromis.  Comme je souhaite convaincre Pat de faire au moins un parc thématique lors de notre prochain séjour en Floride, j’ai dit à Sara que ce n’était que partie remise.     Cependant, celles qui tenaient à aller à Magic Kingdom ne voulaient absolument pas aller voir le match de la finale, ce qui était très important pour Sara et quelques-unes de ses coéquipières.

Ouinnn… Bien au diable les compromis… On va à la finale et ensuite à Hollywood Studio faire le rock’n’roller, l’ascenseur dans l’hôtel de Twillight zone, un voyage dans l’espace dans un vaisseau de Star Was  et bien d’autres choses encore.   8 filles sur 14, contentes d’être ensemble et profitant du moment présent.   L’entraineur était fier de ce noyau composé, en grande partie, du « Power team ». 

Une des filles m’a dit que je n’étais pas une mère comme les autres dans la file d’attente du Rock’n’roller, un manège dément qui file à toute allure sur des rails faisant des loops complètes provoquant des surcharges d’adrénaline, rien de moins.  Quoi?   Moi?  Oui… Tu es la seule qui vient dans tous les manèges…  C’est cool… tsé t’as pas peur de te dépeigner ou quelque chose comme ça!

Et bien ma grande, tu sauras que lorsqu’on se peigne à peine, on a pas peur de se dépeigner!   Non, mais…  C’est vrai, je ne suis pas une schtroumphette   coquette.    C’est moi là, celle qui tripe sur les feux de grève et leurs flammes bleues, sur le silence et la brise venant de la mer, sur les surprises qui m’attendent au détour des routes et sur le lâcher-prise de ne jamais savoir où je coucherai ni si j’aurai assez d’eau pour prendre ma douche et me faire une petite beauté!

N’empêche que je ne peux concevoir d’être allée à Disney World sans vivre ces émotions intenses et entrer de plein pied dans ce monde imaginaire.  Je suis retombée en enfance,  je criais autant que les filles, j’avais la trouille et l’estomac qui gargouillait dans la file d’attente, j’y croyais…

Disney, ça ne se photographie pas, ça se vit!!!!

Ce soir là, nous avions réservé dans un bon restaurant.  Tous autant que nous étions, nous envions envie d’un steak.   Tannés du poulet, plus capable.   À notre sortie, le parc était vide.  Nous avons pris, pendant près d’une heure, des photos des filles dans ces décors de films.  Elles ont eu beaucoup de plaisir, ont embarqué dans le jeu avec gaieté et désinvolture  et le résultat est extra!

Au retour, elles se sont baignées passé minuit.  Ensuite, elles ont gagné les chambres et ont continué à rire, à batifoler.   Dans la nôtre, ma colloc et moi étions découragées. Le réveil-matin était réglé à 6h30 et les filles avaient encore un fou rire très intense à 2h du matin…  On a pris le tout avec calme et le lendemain, nous nous sommes levées seules et leur avons ramené leurs petits-déjeuners au lit. L’autobus pour l’aéroport nous prenait à 8h05… 

Fatiguées, nous avons passé la journée entre les postes douaniers, de fouilles, d’attente…  Mais quelle belle expérience!

Publicités

mai 30, 2009 Posted by | Disney World, Floride, je voyage, Sara joue au soccer.. | 7 commentaires

Parlons soccer…

Les deux journées suivantes furent sous le signe du soccer…  Les filles ont joué trois parties sous des températures chaudes et tropicales… Heureusement, il y avait une pause « eau » chaque quinze minutes.   Le site et les terrains sont extraordinaires, pas d’équivalent  au Québec.  Mais Disney, c’est Disney, comme tout y est plus vrai que nature, il ne fallait pas s’attendre à un gazon de piètre qualité…

Elles ont gagné facilement leur premier match.  Le deuxième?   C’était contre les championnes de l’an dernier.  Après la deuxième demie, celles-ci ont eu peur de perdre et la partie est devenue une partie de football.  Des coups illégaux ont été portés, l’arbitre s’en est mêlée et a plus qu’influencé l’issue du match. Trois pères étaient près du juge de ligne, une jeune fille d’à peine 15 ans, et influençaient ses décisions.  Nos petites guerrières ont tenu le fort, malgré les mauvaises décisions, malgré les coups portés.  Sara écoeurée a même fait un geste illégal que je n’aurais pas accepté habituellement, mais que j’ai,  cette fois-ci, acclamé puisque la « guns » de l’autre équipe s’est calmée par la suite…   Nos filles jouent physiques, plus que la plupart des équipes  de leur âge au Québec, mais elles ne donnent jamais de coups illégaux ou presque!

Le lendemain, nous avons gagné admirablement et l’autre équipe a tenu, malgré sa défaite, à se faire photographier avec nous.   Un parent a dit qu’ils étaient vraiment contents lorsqu’une de nos filles a poussé la numéro huit…  Il est question qu’elles viennent nous visiter pour un tournoi.  Ce serait une expérience de plus pour les filles…

Enfin, avant nous sommes allés, quelques joueuses de l’équipe et quelques parents, voir la partie de la finale pour prendre contre l’équipe qui affrontait l’équipe de football… Ensuite.. En route pour Hollywood Studio…

mai 28, 2009 Posted by | Disney World, Floride, je voyage, Sara joue au soccer.. | Laisser un commentaire

Disney World, capitale de la démesure…

Lorsque nous sommes arrivés à notre hôtel sur le site de Disney World, je me suis sentie sur une autre planète.  Sara marmonnait qu’il y avait beaucoup de monde et qu’elle aimerait bien mieux  être sur une plage et moi, je pensais la même affaire.  Nous n’allions dans un parc thématique que le lendemain et pour cette journée, nous avions la piscine et le site de l’hôtel. 

Tout de suite, on s’est rendu compte de l’environnement de surconsommation qui nous entourait: paie les tasses thermos pour les refiles de boissons et de cafés gratuits, paie pour le diner, paie trois fois le prix que vaut une bouteille de vin en Floride, paie pour…  À part se baigner ou se terrer dans la chambre,  tout ce qu’il y avait à faire, c’était dépenser:  Boutiques, arcades, restaurant, etc.   Nous avons donc pris l’autobus et avons soupé à Disney Down Town.  Rien d’autre que des boutiques, et au planète Hollywood, le serveur a donné des repas d’adultes aux filles qui avaient commandé dans le menu pour enfants… 

J’ai appelé Pat et je lui ai dit que Disney, c’est tout ce qu’il déteste.  Des gens partout, des files d’attente pour manger, des files d’attente pour prendre l’autobus, des boutiques…  Le capitalisme à la puissance $$$$!

N0us sommes arrivés le 21 et la première partie des filles étaient le 23.  Nous avions donc l’intention de passer notre journée dans un parc le 22.  Nous avons choisi Animal Kingdom…  Et c’est là que j’ai compris ce qu’était, mis à part la surconsommation, Disney World.  Le truc, c’est que tout est plus vrai que vrai… On arrive à y croire même si on sait très bien que nous sommes dans des environnements artificiels.  C’est intense, c’est gros, c’est grand, c’est plus vrai que vrai…  Sara et moi avons été conquises. 

Vous savez, quand vous criez à fendre l’âme parce que vous êtes certaine qu’un tyrannosaure qui avance vers vous va vous manger, que vous vous croyez vraiment dans la savane africaine avec des braconniers à vos trousses,  qu’ aucun son  ne sort de votre bouche alors qu’un  yéti, dans l’Everest, casse les rails du train et que celui-ci repart par en arrière alors que vous venez de monter en position presque verticale un pan de la montagne, que vous sentez le pet d’un sanglier lorsque le nuage nauséabond arrive sur  vous dans un visionnement 3D, Disney prend une autre signification.

J’ai rappelé Pat ce soir-là et je lui ai affirmé qu’il devait au moins aller dans UN parc thématique dans sa vie qu’importe le reste….

à suivre…

 

florida 015

La devanture de l’hôtel « All Sport »

florida 010

   La subtilité des États-Uniens…

 

florida 043

L’arbre de la vie…

florida 072

Un vrai baobab

florida 071

florida 075

florida 053

mai 27, 2009 Posted by | Disney World, Floride, je voyage, Sara joue au soccer.. | 7 commentaires

Demain le grand départ…

Bizarre comme le voyage en avion ne me stresse pas… Une valise à remplir, des passeports à ne pas oublier et un habit de soccer à mettre en lieu sur, ce n’est pas grand chose comparé aux préparatifs du winnie…  Pendant 5 jours, je ne ferai pas à manger, je serai libre de tout: plus d’examens et de travaux universitaires ni de cours à préparer pour mes élèves.  Ils sont avertis de mon absence et les travaux, qui comptent, sont bien en évidence sur mon bureau .  Celles qui me remplacent savent ce qu’elles ont à faire avec eux.  J’ai appelé 12 parents ce soir… Pour les avertir que leurs chers petits devaient rester à l’école demain pour terminer leur épreuve finale de lecture… 

Je ne suis pas du genre Disney mais regardez-moi bien en profiter!!!!!  Je me ramène des oreilles de Mickey et un t-shirt!!!  Tant qu’à  jouer les quétaines, je vais le faire jusqu’au bout! 😉  Je donnerai mes cours à mon retour avec mes oreilles de Mickey…

Mon bébé chien capote sur mon chum… Max capotait sur moi… Ainsi va la vie! 😉

mai 21, 2009 Posted by | Disney World, Floride, je voyage, Sara joue au soccer.. | 4 commentaires

In Memoriam…

257

mai 20, 2009 Posted by | Max... | Un commentaire

Bobby Watson…

19 mai 018

19 mai 013

19 mai 012

 

Je viens de remettre ma séquence d’enseignement de 70 pages, ateliers et annexes compris, et de faire mon dernier examen de cette session qui n’a cessé de s’éterniser…  Ah…  Je savoure de n’avoir rien à remettre et à étudier pour demain. 

J’ai eu des nausées de stress pendant quelques jours.  Je me réveillais la nuit pour avoir mal au coeur.  J’avoue que la mort de Max a mis la cerise sur le sundae et que j’ai vraiment mal pris ce départ pourtant prévisible.  En plus de me réveiller pour avoir mal au coeur, je me réveillais pour pleurer..  La totale…

Pour me consoler, Pat et Sara ont eu la bonne idée de combattre ma peine par le remplacement.  Ils sont allés chercher un petit caniche royal pour me consoler.  Max est encore chaud qu’il me ramène un petit chiot de 4 mois faisant  pipi partout!!!!

Il s’appelle Bobby Watson… Bobby Watson le fils de Bobby Watson qui a remplacé le fidèle Bobby Watson de la famille Watson dont la mère s’appelle Bobby Watson et le père Bobby Watson.. Un chien interchangeable… Pas pire non?

Il s’avère que Bobby Watson a une bouille du tonnerre, qu’il est calme et affectueux, qu’il marche au pied et qu’il se laisse prendre comme une poupée. Il fait déjà preuve d’intelligence et si ce n’était de ses petits pipis… Hummm…  Il me charme!  De Max, il a la manie de manger des plantes et de déchirer des papiers. Bill est heureux de ne plus être seul. Il faisait tellement pitié avec tous ces jouets autour de lui, l’air de se dire: « Le bonheur n’est rien s’il n’est pas partagé »!

Nous partons, Sara et moi, à Disney dans moins de 48 heures…

mai 20, 2009 Posted by | Bobby Watson... | 6 commentaires

Le purell… (pour retomber dans la légèreté puisqu’il le faut)

Les élèves capotent sur le purell.  J’en ai mis un contenant sur le coin de mon bureau et ils passent tous, tour à tour, s’en mettre un peu dans le creux des mains.  Ils me trouvent gentille, constatent avec joie que j’ai de très bonnes idées qui ne doivent pas coûter très cher et ils sont contents que je prenne soin d’eux. Je n’interprète pas.  Je rapporte tout simplement leurs paroles!

Du purell…

😉

Ils se présentent aux cours sans matériel, se servent des marqueurs de toutes les couleurs que je leur prête gentiment,  me les redonnent tous à la fin des cours  et apprécient grandement que j’amène des feuilles recyclées pour qu’ils puissent prendre des notes.

Je joue quelque peu à la mère avec eux et ils aiment bien ça!

ben coudon! 😉

mai 17, 2009 Posted by | légèreté... | 3 commentaires

Souper de famille… (bis)

Regardez sous la table dans l’article: souper de famille… 😦

mai 16, 2009 Posted by | Max... | 3 commentaires

Max…

 

 

 

 

 

 

 

 

Je sais pourquoi je réagis de cette façon-là…  Je suis restée 16 ans à la maison pour m’occuper des enfants et Max,  pendant tout ce temps,  n’a cessé d’être dans mes « pattes ».   Où que j’aille dans la maison, il me suivait tout heureux et se couchait à mes pieds. Lorsque je faisais la cuisine, c’est presque devenu une course à obstacles les dernières années.  Puisqu’il était toujours là, j’avais cette habitude de l’encercler avec mes pieds ou de les poser sur lui tout simplement.    16 ans d’habitudes et de rituels.  Mes pieds le cherchent sans cesse…

C’était mon cadeau de fête de mes 25 ans.  Il était tout petit, mignon, taquin et joueur.   Philippe n’avait que 9 mois lorsque Max est arrivé et le petit homme s’est mis très rapidement en position verticale afin d’avoir le dessus sur le chien: il marchait à 10 mois.  Alex avait une relation fraternelle avec Max, ils se chamaillaient.  Il n’était pas rare que mon ainé ouvre la porte de derrière et me dise: « Maman, Max n’arrête pas de m’agacer, il saute sur moi ».  « Arrête de jouer avec, fait autre chose » lui disais-je.  Je regardais dehors quelques minutes plus tard et il s’était remis au jeu avec Max sans aucune rancune.  Charles et Sara furent les grands protégés de Max qui jamais n’a émis la moindre agressivité même lorsqu’ils rampaient sur lui ou le flattaient un peu trop fort en lui tirant les poils. Il se laissait faire patiemment.  De toute façon, les enfants étaient ce qu’il y avait de plus important pour lui et il les suivait partout.  Je me suis rendu compte qu’il était vieux le jour où il est resté près de moi à trottiner lors d’une longue promenade en forêt, à la place de suivre les enfants.  Mais c’était il y a  plusieurs années déjà.

Sur le tableau, en année de chien, par rapport à son poids, il avait 99 ans.  C’est honorable.  Ma peine est une peine d’amour.  Il avait fait son temps et il a eu une belle vie.  Je m’ennuie tout simplement.  Je ne suis pas la seule.  Sara a trouvé très difficile de revenir de l’école et de ne pas le voir hier.  Lorsqu’elle arrivait, il se pressait contre elle et faisait quelques petits jappements pour qu’elle le mette dehors.  C’est pareil pour tout le monde..

La veille de sa mort, je lui ai donné un gros restant de tortellinis au fromage.  Pat, estomaqué, m’a dit que j’exagérais et qu’il les aurait mangés lui.  Je lui ai répondu que Max méritait bien ça, qu’il avait eu moins de restants dans les derniers temps et qu’il le méritait bien. Pat a trouvé que j’avais bien raison.  Quelques minutes plus tard, le bol était vide et Pat l’a sorti juste à temps alors qu’il avait un haut-le-coeur.  Il s’était goinfré!

Ce qui me rend très émotive aussi c’est la réaction de mes enfants.   Ils ont tous accompagné Max,  certains les poings serrés et d’autres en pleurant à chaudes larmes affalés sur la table d’examen du vétérinaire.  Ils ont tenu à le ramener pour l’enterrer à la maison et ils ont creusé un trou ensemble.  C’était un membre  de notre famille (en sa qualité de chien bien sur) et  ils ont honoré le bon chien qu’il a été jour après jour, année après année.  Je suis fière de  mes enfants! C’est un vrai clan…

mai 14, 2009 Posted by | Max... | 9 commentaires

Repose en paix Max…

max 002

 

max 005

Ce soir, j’ai froid.  Max n’est pas couché à mes pieds pour me réchauffer.   Impossible d’enfoncer mes pieds nus dans sa douce fourrure et de lui montrer que je sais qu’il est là… Lui démontrant que je l’aime…

Depuis au moins deux ans, Pat et moi nous occupons de ce vieillard quelque peu exigeant, en nous disant qu’il a tellement pris soin des enfants, que c’est peu de lui ouvrir la porte de 5 à 7 heures du matin ainsi qu’à toutes heures de la journée et enfin,  de ramasser quelques petits dégâts occasionnels…

Il est mort.  Un camion a roulé dessus dans la cour d’un voisin.  Pat est allé le chercher pendant qu’un autre voisin le flattait en le rassurant.  Pat avait peur que je n’arrive pas à temps pour  le voir vivant et il attendait, Max couché sur ses genoux, assis  dans  le gazon,  espérant que je le vois une dernière fois. Je l’ai flatté, les enfants se sont couchés contre lui, j’ai appelé Alex pour qu’il nous rejoigne, puis le vétérinaire et  nous nous sommes tous rendus à la clinique pour le faire euthanasier. 

Nous l’avons ramené à la maison.   Les gars et Pat ont creusé profondément un trou, puis nous l’y avons déposé.  En pleurant, j’ai rappelé comme il aimait partager ses biscuits avec bébé Philippe, comme il déchirait les mitaines et l’habit de neige  d’Alex (que j’avais payé 300$), comme il les protégeait, bébés,  en se couchant devant les escaliers, en les poussant des cours d’eau, etc. 

Nous avons tous les yeux rougis.  Nos larmes ne cessent de couler.  Il me manque.  J’entends son jappe me signifiant qu’il veut entrer dans la maison. 

Repose en paix Max…

mai 13, 2009 Posted by | Max... | 11 commentaires