Caro et cie

Il y a un an déjà…

Il y a un an, j’étais en plein préparatifs pour notre voyage au texas et  au Nouveau-Mexique…   Je dessinais notre itinéraire sur les cartes, le nez dans les guides touristiques afin de choisir judicieusement les endroits à visiter,  notre temps étant somme toute assez limité.   Conscients que nous ne pourrions tout voir, nos buts étaient de visiter le plus bel échantillon de ce que pouvaient nous offrir les déserts, les majestueuses rockys mountains (les rocheuses), les canyons  et enfin de pouvoir skier à plus de 13 000 pieds d’altitude sur les pentes à Taos.

Certains nous trouvaient fous de partir aussi loin pour si peu de temps.   Mais nous, nous sommes avides d’aventures et de paysages et, même si ce n’est pas dans des conditions idéales, nous le faisons avec passion.  C’est ainsi que Pat a pelleté des heures et des heures pour sortir Winnie de la neige, que nous avons roulé et roulé sans interruption jusqu’à ce que nous atteignions Amarillo au Texas, point de départ de notre « vrai » voyage…

Le dépaysement fut total, plus que ce que je l’avais imaginé.  Les boules d’herbes qui roulent dans les westerns, ce n’est pas arrangé avec le gars des vues, les Mexicains aux dents cassées roulant de vieux camions rouillés tout cabossés non plus, les amérindiens de diverses nations (zunis etc.) portant de magnifiques bijoux d’argent et de turquoises ne figurent pas seulement sur les photos…  Les plateaux désertiques s’étendent à perte de vue entre d’énormes chaines de montagnes et  les couchers de soleil parent celles-ci d’or et de rosé.  Les canyons sont si  profond qu’ils provoquent des vertiges et les montagnes si hautes qu’une skieuse quand même assez expérimentée se limitait par moment à faire du chasse-neige.

Présentement j’ai plein d’idées pour l’été mais du temps limité.  J’ai besoin de partir dans mon winnie, à l’aventure, même si ce n’est pas loin.   Qu’avons-nous envie?  De plages, de baignades?  D’évasions? De grands espaces? De villes?  De s’isoler quelques temps dans le fond du bois?  

En attendant, je feuillette mes guides de la Californie, de Cuba, de l’Ouest Américain, même si ce n’est pas ce que nous ferons…  Personnellement, ce dont j’aurais vraiment envie, c’est d’aller à Terre-Neuve, mais notre temps est trop limité car nous voulons y aller avec les enfants (ils ont besoin d’arrêts significatifs)!  De toute façon, les dernières années, nous avons toujours changé d’idée à la dernière minute.  Il y a deux ans nous avions annulé notre traversier pour les îles de la Madeleine une semaine avant et c’est la côte nord que nous avons découverte avec bonheur, l’été dernier nous avons annulé notre camping à Assatague pour aller sillonner la magnifique Gaspésie parsemée de  petits paradis où soufflent les baleines et  où l’eau est presque aussi bleue que les caraïbes…

 

Souvenirs du Nouveau-Mexique

 

Tree rivers Petroglyphes, au pied de la montagne sacrée (La sierra Blanca),   là où le temps s’est arrêté pendant quelques heures…

 

La montagne sacrée au coucher du soleil

Taos, le canyon du Rio Grande et la montagne enneigée derrière

 

Une merveille géologique visible par satellite du haut des airs: White sand, désert de gypse blanc

Publicités

février 28, 2009 Posted by | Uncategorized | 4 commentaires

Comme un poisson dans l’eau…

Comme un poisson dans l’eau, j’ai l’impression d’être dans mon élément.  Je me demande comment il se fait que l’idée d’être enseignante ne m’ait pas effleuré l’esprit lorsque j’avais 20 ans.  Je n’ai jamais été capitaliste ni consommatrice.  Je me vois mal tenter de provoquer des besoins chez les gens pour leur vendre des produits dont ils n’ont pour la plupart du temps pas besoin.  C’est en total contradiction avec celle que je suis.  C’est-à-dire,  préoccupée par les gens, désireuse d’aider et de changer le monde (quel beau cliché…).

Je dépense pour la nourriture, les vêtements et les livres (quel bonheur de fréquenter les petites librairies de livres usagés du centre-ville de Montréal).   Je n’ai pas d’écran géant et je ne suis pas les modes en décoration.   Pendant des années, les seules dépenses onéreuses que j’ai faites  étaient concentrées sur les souliers, les jeans et les t-shirts,   c’était une question de confort.   À l’enterrement de mon grand-père, il y a trois ans,  une cousine me faisait remarquer que j’étais plus « mode » depuis quelques temps… Quoi?  Qu’aurais-je eu l’air à pousser mes enfants sur une balançoire de parc, à marcher derrière la poussette sur laquelle  ils étaient entassés (un assis, un dans le panier dessous et un autre grimpé derrière), assise sur un banc froid d’aréna ou dans une estrade lors d’un match de soccer vêtue de vêtements « mode »…  En voyage d’affaires, je mettais toutes les garde-robes à contribution pour m’en créer une adéquate: celle de ma chum Nath, celle de ma mère et la mienne… 😉

Ce trimestre, j’effectue un stage d’observation de 8 jours.   J’ai déjà fait 3 mercredis complets dans une polyvalente du coin et ce matin,  je n’aurais qu’une envie: y être encore.  Je dois plutôt me rendre à l’université cette après-midi pour rencontrer le superviseur de stage.  Ennui assuré!  J’adore m’adresser aux élèves, j’aime l’ambiance et  j’ai même été séduite par  mon passage dans une classe d’adaptation scolaire.  Comme je l’ai dit plus haut: je suis dans mon élément.  J’ai l’impression d’être là où il faut, au moment où il le faut!

Le directeur nous a sollicités pour faire du remplacement  ce qui m’intéresse au plus haut point, mais la commission scolaire refuse jusqu’à ce que j’aie vraiment 30 crédits (les appels le matin passent par eux).  Par contre, pendant ce temps, les écoles doivent se  contenter de gens qui n’ont aucune qualification  ou laisser les élèves avec des surveillantes dans la cafétéria.  De plus, un contrat de 3 mois (une tâche pleine) m’a filé entre les doigts car je ne suis pas assez disponible en avril (examens, cours..).  Il tente présentement de combler le poste totalement.  Mais sait-on jamais, je l’aurai peut-être…

___________________

Hier, à l’université, une jeune fille (une des plus jeunes de la cohorte) est venue me trouver pour me demander si elle faisait de la fièvre  (Elle vient aussi me trouver de temps à autre pour avoir mon avis sur certains numéros de travaux pratiques).     Elle se sentait mal, avait mal à la gorge,  voulait prendre une dose additionnelle de sirop,  avait peur d’en prendre trop… Je lui ai touché le front puis l’ai rassurée  en lui suggérant,  par contre,  de boire beaucoup d’eau et de laisser faire le liquide médicamenteux.  Elle m’a dit: « Vous êtes comme notre mère« ….  Ma chum Caroline qui est du même âge que moi arborait un sourire en coin et une autre très jeune fille avec qui j’ai des contacts plus fréquents m’a dit: « Une chance que tu n’es pas susceptible… » 

Non, je ne le suis pas.  Au contraire.  Ça me dit que j’ai de la crédibilité à ses yeux et j’espère en avoir tout autant avec mes futurs élèves. Peut-être aurais-je réagi différemment si je n’avais pas un enfant de 21 ans ou si elle m’avait comparée à une tante….

février 26, 2009 Posted by | Uncategorized | 8 commentaires

L’âge d’or…

 

mimi-0192

 

Officiellement, ma mère vient de faire son entrée dans « l’âge d’or ».  Mais pour elle, cet euphémisme n’adoucit en rien la réalité.  Bien sur, l’âge est dans le coeur, elle est en forme, pré-retraitée encore très contente de se rendre travailler,  mais ça donne un coup… Tout comme lorsqu’elle a su d’ailleurs,  à l’âge de 42 ans,  qu’elle allait être grand-mère!   Mais c’est jeune encore 65 ans, surtout en tenant compte de sa solide génétique qui créée des beaux vieux, très vieux et  très en forme!!!  Grand-papa a jardiné,   conduit son auto et  ceuilli des fraises pour tout le monde,  jusqu’ au crépuscule de sa vie.  Grand-maman a cuisiné, tricoté, lu et rigolé tout autant.  Et c’est sans parler de mon arrière-grand-mère qui s’est cassée une hanche en dansant,  à l’âge de 90 ans,  et qui n’a malheureusement pas survécu à l’opération!   Si on relativise, en regard de cette fameuse génétique, ma mère est encore jeune!  Quant à moi, je viens à peine de sortir de l’adolescence! 😉

Nous avons l’avons donc fêtée tout simplement samedi soir, sans trop de chichis.  Les enfants ont couru en bas,  ont joué à cache-cache puis ils ont joué au scrabble avec leurs grands-mères.  Ma mère qui a eu une nouvelle caméra s’est prise pour kid-kodak toute la soirée et il fallait la forcer à la laisser,  deux minutes,  entre des mains étrangères  pour qu’elle soit présente sur quelques photos…

N.B.  Ce message,  envoyé rapidement ce matin avant mon départ pour l’université,  était bourré de fautes…    Trop rapide, voilà un de mes défauts.. 😉

février 24, 2009 Posted by | Uncategorized | 10 commentaires

Sortie de la retraite…

Comme je le disais dans le message précédent, les temps changent.   Pendant 16 ans, je suis restée à la maison, à m’occuper du clan, à passer et repasser la balayeuse, laver et rerelaver les vêtements, à broder et à réaliser des courtepointes, à laisser Pat payer mon prêt étudiant et à regarder mes jardins pousser et rererepousser sans trop m’en occuper!

Pour concevoir et dessiner mes jardins, je suis une spécialiste: telle variété attire tel insecte qui s’avère très utile pour la croissance de tel autre plant, etc.   Mais quand vient le temps d’enlever les mauvaises herbes, je suis moins motivée et préfère lire à l’ombre d’un arbre ou à l’abri de la véranda (je demeure dans la capitale des maringouins!).   En ce qui concerne la confection de courtepointes, je me suis bien amusée à récupérer de vieux jeans et de vieilles couvertures de laine pour faire des ouvrages de récupération…  La broderie a laissé s’exprimer en moi un côté artistique certain…

Mais présentement, je n’ai plus de temps pour ces activités de retraitée… Car c’est bien ce que j’étais les dernières années: une jeune retraitée… Les enfants étaient à l’école, j’avais du temps à combler quoique toujours là au besoin mais je  commençais à m’ennuyer ferme les derniers temps…  Des trous pleins les doigts (à force de piquer et de broder), je ne pensais qu’à aller manger des sushis avec Pat et à tracer de multiples itinéraires pour les aventures de Pat et Caro en Amérique!

Je peux maintenant regarder les poils de chiens sans me sentir responsable de les ramasser.   Je peux voir des taches de pâte à dent dans le lavabo du premier étage sans paniquer, je  mange les délicieux repas que nous confectionne ma belle-mère les lundis et mardis avec gourmandise, je laisse s’accumuler quelques brassées de lavage sans me sentir coupable et je force toute ma famille à participer à la propreté de notre maison…

Lors de grands changements comme le nôtre, certains couples et familles ont de la difficulté à s’ajuster… Ici, ce n’est pas le cas!  Il faut dire que je les avais préparé car  je ne suis pas du genre à accepter d’être le dindon de la farce.   J’ai toujours trouvé inacceptable que certaines femmes travaillent à temps plein et aient la charge de la maisonnée.  Maintenant, mon homme brasse la soupe, met la main à la pâte et ramasse les poils de chiens.  Les enfants font leurs tâches et je ne me formalise pas trop de leur répéter ce qu’ils ont à faire pour le moment, quoique je pète ma coche de temps en temps quand ils se laissent trop trainer!!

J’ai bien envie d’itinéraire… Pat et moi partions habituellement le printemps!   Je laisse aller car je suis certaine que se présentera à moi exactement l’opportunité  dont j’ai besoin…

février 21, 2009 Posted by | Uncategorized | 2 commentaires

Les temps changent…

Auparavant, j’étais toujours à la maison, ou presque,  au retour de mes enfants et de Pat.  Je les acceuillais dans une maison passablement propre, un souper mijotant tranquillement sur le feu et une attisée* dans l’âtre du foyer.  Maintenant, notre vie a changé.  Je suis, plus souvent qu’autrement, la dernière arrivée.   Je rentre, je demande à tous comment ils vont, je donne des bisous, j’interroge l’un pour savoir comment s’est passé son  examen et m’intéresse à la sortie de l’autre au cinéma,   je m’entretiens avec Pat de sa journée  et tout le tralalala…

Mais voilà que Sara découragée, affirme qu’il y a énormément de bruits quand j’entre dans la maison.   Elle dit que l’ambiance change, que tous parlent en même temps, que le ton monte et que l’énervement remplace le calme!!!!!!!!!!!!!!!!

Oh, lalala…  Tiens, lui ai-je dit,  tu dois comprendre un peu ce que j’ai vécu pendant des années lorsque vous reveniez de l’école…

*Québécisme: quantité de bois au feu

février 19, 2009 Posted by | Uncategorized | Commentaires fermés sur Les temps changent…

Le gagnant est ….

J’ai découvert que j’avais un creux dans la cuisse quelques jours avant de partir en Floride en décembre dernier.  Comme si un rouleau à pâte y avait été appuyé pendant quelques mois, rien de moins…  Ni bosses, rougeurs ou douleurs.  Niet.  Qu’un creux inesthétique.  Vous savez que je ne suis pas une fana de l’apparence, loin de là.  Je ne me maquille jamais ou presque.  J’oublie parfois de me faire les jambes lors des mois les plus froids de l’hiver pour me tenir au chaud.  Je me fais couper les cheveux deux fois par année et j’ai éliminé les teintures chimiques ce qui me laisse une crinière de renarde argentée assez ébouriffé. Mais le creux…  Hum!    Moins drôle…

Aussi je l’avoue, j’ai une tendance à l’hypocondrie lorsqu’il s’agit de malaises physiques.  J’ai tendance à voir le pire.  Pour moi.  Pour les enfants.  Je me suis déplacée souvent à l’urgence pour rien mais au retour  j’étais contente d’être rassurée.  Alors quoiqu’assez rassurée par l’absence de douleurs et par la stabilité de l’imperfection, j’ai quand même pris rendez-vous avec mon médecin.   Celui-ci a pensé à une configuration différente de mon muscle.  Dans mon entourage, certains ont pensé à une séparation de mes muscles de la cuisse, d’autres à une compensation…  Mais…  C’était de la foutaise!   Un seul a eu raison et c’était Pat:  » Capote pas Caro, t’as juste pas de gras à cet endroit là… »

Ouais…  Lors de l’échographie musculosquelettique qui m’a coûté 170$, le radiologue m’a dit que j’avais une absence de gras à cet endroit…

The Winner is PATRICK!!!!!!

février 13, 2009 Posted by | Uncategorized | 6 commentaires

L’agile Sara…

Depuis notre retour de la Floride, Sara fait de l’unicycle au sous-sol en tournant autour de la table de billard.   Elle tourne et virevolte; sautille sur place  en effectuant un 360 degré;  part par elle-même, sans se soutenir après quoi que ce soit, d’un léger déplacement de poids  vers l’avant.  Ne me demandez pas de faire de même, j’en serais incapable.  Je suis son ainée et sa conscience parfois mais en ce qui concerne bon nombre d’aspects, je l’avoue,  elle m’est supérieure…  Que ce soit l’agilité et l’agressivité qu’elle démontre au soccer ou sa volonté de réussir tout ce qu’elle entreprend.   Moi, je n’ai jamais essayé de faire de l’unicycle,  tout simplement parce que  je m’en considère incapable.

Elle me harcèle constamment pour aller en faire dehors,  ce que je lui refuse évidemment.  Les bancs de neige sont énormes et les rues très étroites.   Mais aujourd’hui Pat et moi avons accepté, à la condition qu’elle nous ait comme accompagnateurs.   Ce qu’elle était contente!!  Nous avons fait un aller-retour à l’église, ce qui représente 3 kilomètres… 3kilomètre à rouler sur une roue, à sauter du trottoir à la rue, à sautiller, à se jeter littéralement dans les immenses bordées de neige.. Du pur plaisir! 

Hier, elle a reçu un ballon de soccer dans le ventre lors du match qui opposait le CDR de notre région à une équipe plus vieille.  Étant très orgueilleuse, j’ai su qu’elle était ébranlée quand elle a vacillé vers l’arrière et qu’elle a mis les mains autour de son nez pour reprendre son souffle.  J’avais mal à l’utérus.  L’entraineur est allée la voir et elle est resté sur le terrain.  De Sara,  il ne fallait pas s’attendre au contraire…  Mais qu’elle ne fut ma surprise de voir que le ballon était carrément tatoué sur son ventre quelques heures plus tard !  La gardienne de l’autre équipe a pogné un mur et ce mur s’appelle Sara…

février 9, 2009 Posted by | Uncategorized | 4 commentaires

À propos de tout et de rien…

Je ferai surement quelques fautes dans ce message.  C’est ce qui arrive quand j’écris un verre de vin à la main puisque ma performance devient inférieure à ma compétence.  Pas que j’en boive une grande quantité,  car  sachez que je vomis à peine  la moitié d’une bouteille ingurgitée.   Pat a bien pitié de moi, il n’en revient pas que je vomisse sans avoir ressenti  l’ivresse.  Mais c’est bien ainsi.   Je peux me permettre de boire un ou deux verres de vin régulièrement puisqu’il n’y a pas de danger que je dépasse la dose prescrite.  Je suis de ceux et celles qui peuvent se vanter de bénéficier des fameux antioxydants qui y sont présents.

Je n’ai pas envie d’étudier.  Pas envie de regarder la télé.  Pas envie d’aller me coucher. 

Comme tous les vendredis soirs, la toune avait une pratique de soccer.  Il fut un temps où nous recevions des amis tous, tous les vendredis soirs.  Cela a duré des années!  Mais depuis 2 ans, c’est au centre de soccer intérieur que je passe une bonne partie de ma soirée à rire avec mes copines d’estrades!  Ce que l’on se bidonne… Ce que l’on s’exclame…  Même les entraineurs nous soupçonne parfois de comploter dans leurs dos.  Je leur ai dit (pour rire bien entendu) que nous avions fait un horaire pour Disney, entre eux,  pour la garde des filles le soir.      Holalala…  L’un se rebiffe et l’autre aquiesce… Serait-ce représentatif de leurs attitudes à la maison? 😉 

Ah oui… Nous avons un nouveau conducteur qui veut conduire à chaque fois qu’un des camions sort de la cour..  Quand même… On a pas tous les jours 16 ans!! Je suis très relaxe  et  d’ailleurs je l’ai été avec Alex à la même étape.  J’ai confiance.  Je ne chiâle pas trop et  ne cherche pas à lui imposer MA façon de conduire…  Comme la plupart des hommes,  dont le mien à nos débuts, qui essaient de  dire quand changer de voie, quand mettre le clignotant, etc.   Pat n’a  pas pogner la bonne fille pour aquiescer à ses ordres machistes.  Après tout, la rebelle de la maison, c’est moi…

Surtout,  ne me prêtez pas de livres…  Je les abime à ce qu’il parait…  Je l’ai su quand la blonde d’Alex a paniqué lorsque je lui ai demandé le tome 3 de twillight. Elle s’est retouvée en état de panique extrême à l’idée que j’ouvrirais trop largement son trésor… Elle n’a jamais, parait-il, jamais  vu un livre aussi magané que le mien…  !!!  Et bien je l’ai acheté.. Je ne m’obstine pas longtemps moi!  À part avec mon homme… 😉

J’ai commencé mon stage, le directeur de l’école est venu nous vendre l’idée de faire de la suppléance…  Ça fait mon affaire car le voyage en France que je prépare avec mon amie Val ne sera possible qu’à cette condition. N’oubliez pas que mon chum a payé Disney pour Sara et moi.  Ce qui est incroyable compte tenu du peu d’enthousiasme qu’il éprouve envers cette destination devant laquelle nous ne passons  qu’en admirant les édifices, de la US4, dans le temps des fêtes…

Enfin, mes cours sont encore plus intéressants que ceux de l’automne.  je suis vraiment dans ma branche.  Cependant, je ne trouve que je parle vraiment mal et  que dire de mes enfants.. Ouff… Ma chum Caroline m’a demandé mardi:

– Trouves-tu que tes enfants parlent bien?

(Étant en grande compétition avec mes collègues de classe et palpitant à l’idée d’avoir un résultat inférieur à eux,  je suis passée à deux poils de lui dire: oui.   Mais ayant crée un véritable lien d’amitié avec elle, j’ai décidé de m’abstenir et d’être honnête…)

– Non, ils parlent vraiment mal…

– Les miens aussi je capote…

Et mes enfants de me dire:

– Maman arrête de trop bien parler. 

En effet, j’ai décidé d’arrêter de dire des y’on et des y’a (y’ont été à Montréal..), des alla  (elle a), des çala (ça a), etc…  Non mais… Je n’ai jamais été aussi consciente de mon langage que depuis cet automne.   AVec tous ces cours, et les langages soutenu, standard et familier!  Et toutes ces pronominalisations que je fais en grammaire comme manipulations pour trouver les fonctions des groupes de noms , des groupes prépositionnels et des subordonnées (entre autre!!!)…  Sachez que grâce au pronom utilisé en pronominalisant, on peut savoir si le groupe est un complément direct ou indirect, rien de moins… 

Que dire encore?

Et bien.. Bonne nuitxx

février 7, 2009 Posted by | Uncategorized | 11 commentaires

Caro ayant lu toute l’après-midi…

Caro ayant lu toute l’après-midi

Se trouva fort surprise quand le soleil, à son plus bas,

Entra  dans la maison et teinta tout ce qui s’y trouvait

de doré,  d’orangé et de rosé,

Pas un bruit, pas un mot ne troublaient les lieux.

Elle s’en étonna jusqu’à ce qu’elle se rappelle…

Que Phil récupérait sa nuit blanche de combats chevaleresques

Et que Sara et Charles, qui avait un urgent besoin d’une paire de jean,

Puisqu’il grandit à la vitesse grand V,  

Étaient partis avec Alex régler ce problème…

 

 La morale de cette histoire: Tes enfants sont rendus grands, et toi tu ne rajeunis pas,  quand tu es seule, ou presque puisque ton mari bizoune après le  moteur de sa moto au sous-sol,  à étudier dans la maison, que l’un d’entre eux a passé une nuit blanche et que les autres sont partis, avec ton véhicule, acheter une paire de jean…

février 2, 2009 Posted by | Uncategorized | 8 commentaires