Caro et cie

Une nuit à Sainte-Adèle…

Alors que la nuit régnait de toute sa froideur et de son inquiétante noirceur à Ste-Adèle,  trois femmes décidèrent d’aller se coucher après avoir discuté et rigolé longuement devant les flammes du  feu de foyer.  Elles montèrent à l’étage où les autres fraiches dormaient déjà depuis  longtemps,  décidées à récupérer un peu, elle aussi,  avant que le soleil ne se lève.

Le party commenca vraiment  lorsqu’elles s’aperçurent que le matelas de l’une d’entre elles était totalement dégonflé.  Où dormirait-elle?    La seule alternative possible était que ses deux copines l’accueillent  sur leur matelas   double. Mais pour ce faire, elles devaient s’étendre dans le sens inverse, les jambes ballotant dans le vide…

Telles des adolescentes,  elles se couchèrent et furent secouées d’un fou rire qu’elles tentaient d’étouffer pour ne pas réveiller leurs comparses endormies.    Puis elles continuèrent à l’alimenter en  évoquant  les soirées de réveillons avec les cousins et les cousines, en donnant des avertissements de ne pas péter et  en se rappelant les enfants des contes tous tassés dans un immense  lit.  Lorsqu’elles eurent rit à sasiété, une dernière secousse les agita  lorsque l’une des dormeuses, installée dans la même chambre qu’elles, se mit à ronfler comme un ogre!!!

Caro,  lasse de ne pas dormir, décida d’aller se coucher au salon  certaine que le silence serait bienfaisant.  Mais sa conscience commençait à peine à la quitter et ses muscles à s’alourdir que la copine ronfleuse, totalement réveillée, descendait en bas prise d’une soudaine inspiration pour son prochain roman.   Réveillée à nouveau, elle décida d’aller retrouver les rigolotes endormies.   L’une se leva peu après pour aller essayer, à son tour,  la chaise au salon…  Puis les dormeuses se levèrent les unes après les autres beaucoup plus tôt que ne l’ont jamais fait ses enfants!  Elle fit tout de même la grasse matinée, discuta  longtemps au lit et se leva pour manger de délicieuses fèves au lard faites avec amour par Valérie.

Elle souriait à l’intérieur pleine de ces fous rires qui font tant de bien…

janvier 27, 2009 Posted by | Uncategorized | 9 commentaires

Des sushis, du vin et des amies…

La session commence raide:  Des lectures, des travaux, un stage, des sujets que j’ai envie d’approndir, un p’tit rhume, une fin de semaine au chalet avec des amies, une maison à l’envers, un rendez-vous pour le permis d’apprenti conducteur de Phil, un rendez-vous chez le doc pour le trou que j’ai dans la cuisse,  alléluia…   J’ai l’impression de suffoquer, résultat de mon stress et de mon retour dans ma maison remplie de poils… Mon chien Max s’en fout que je sois allergique, il mue, il mue et il mue encore.  J’avoue que c’est toujours pire pour moi quand je reviens à la maison après avoir donner un petit break à mon organisme.

Nous avons une petite maison dans le nord que nous avons louée pour le 1er février.  Le beauf n’a pas fini les rénos et  nous l’avons sorti de son petit nid d’amour (il baise une journée sur deux) car j’y vais demain avec ma gang d’internet.  Ma gang d’internet?  Hé oui…  Une belle bande de fraiches, parfaites, gentilles, drôles, articulées et mères de nombreux enfants.   Nous nous cotôyons en vrai, prenons un petit peu trop de vin, nous amusons comme des folles dans le spa, courons dans la neige en boxers  et chantons parfois sur des airs joués par le mari de l’une d’entre nous en nous prenant vraiment au sérieux  depuis presque 10 ans… Est-ce possible?

Je ne pourrai pas étudié, ni m’avancer dans mes lectures en fin de semaine.   Mais je gage que ça me fera un bien fou de rire, de m’amuser, de manger et de me faire couper la parole au moins cent fois… 

Pendant ce temps, Pat gèrera la fête d’amies de Sara… Holalala!!!! 😉

janvier 24, 2009 Posted by | Uncategorized | 2 commentaires

La fête de mon bébé lynx roux…

Ma fille, mon bébé, ma colleuse professionnelle,  a maintenant 12 ans…  Elle ne fait toujours pas ses nuits puisqu’elle a débuté sa 13e année en la passant dans lit de ses parents, bien collée sur sa maman!   Je ne m’en plaindrai pas car dans le temps de le dire elle aura,  elle même,  des enfants qu’elle fera  surement dormir dans son lit.   Heureux sommes-nous, parents qui bénéficient de l’amour et de la chaleur de leurs enfants… 

Je l’aime!

janvier 20, 2009 Posted by | Uncategorized | 8 commentaires

Il est toujours utile d’avoir des loupes à la plage… Ou dans le tiroir d’ustensiles du Winnie!

gravire-001

Pat posant fièrement avec l’oeuvre réalisée par son fils Charles pour sa maman Caro…

 

floride-2008-1351

Sara en plein travail!

Je crois que je vous l’aie déjà dit: « Mes enfants, ils sont trippants »….  Ils sont bien de leur temps: amateurs d’ordinateurs, de iPod et de vêtements griffés.  Cependant, je peux vous assurer qu’ils sont capables de vivre d’une façon complètement différente de celle à laquelle ils sont habitués…

Ils peuvent se priver de télé, se connecter sporadiquement (et illégalement) à l’ordi sans le réclamer outre mesure et porter les mêmes vêtements quelques jours de suite.    Ils peuvent jouer aux cartes et  au freesebe, lire à satiété et se trouver diverses occupations pour pallier au temps disponible lorsque la télé et l’ordi ne font pas partie de leur vie. Ils ne sont esclaves de rien.

Cet hiver en Floride, ils ont décidé de graver du bois avec des loupes…   Pour commencer, il fallait trouver des morceaux de bois parfaits ou des noix de coco idéales pour ce genre de travail. Ensuite c’est  de soleil, ce dont il ne manquait pas,  qu’ils avaient de besoin pour réaliser patiemment leurs oeuvres  d’art…

À la plage du déjeuner, près du nid de l’aigle pêcheur, ils ont gravé leurs noms sur une immense souche servant de banc aux promeneurs fatigués.  Ils sont rigolos mes  Sara, Philippe et Charles from Québec…

J’avoue qu’ils se sont aussi évertués à allumer des feux sur la plage mais  ils n’ont réussi qu’à faire des trous dans les brindilles…

janvier 17, 2009 Posted by | Florida 08 | 3 commentaires

5e ligne de la page 24…

Mijo m’a invitée à participer à un jeu amusant en rapport avec l’une de mes activités favorites, la lecture.  En effet, je suis de celles qui préfèrent s’installer avec un bon bouquin plutôt que de jardiner…  Les livres ont toujours fait partie de ma vie et l’éventail de mes goûts est très varié. Je peux aussi bien lire goulûment de la paralittérature comme la série « Millénium » de Stieg Larsson ou une oeuvre telle « Prochain Épisode » de Hubert Aquin! 

Puisque le livre que je lis présentement est précédé d’une longue introduction et d’une préface explicative de l’auteur totalisant 64 pages, j’ai choisi de prendre la 24e page du texte proprement dit:

« Laurent rentrait le plus tard possible dans ce galetas.  Avant de rencontrer Camille, comme il n’avait pas d’argent pour aller se trainer sur la banquette des cafés, il s’attardait dans la crémerie où il dinait le soir, il fumait des pipes en prenant un gloria qui lui coûtait trois sous. Puis il regagnait doucement la rue Saint-Victor, flânant le long des quais, s’asseyant sur les bancs, quand l’air était tiède.

La boutique du passage du Pont-Neuf devint pour lui une retraite charmante, chaude, tranquille, pleine de paroles et d’attentions amicales.  Il épargna les trois sous de son gloria et but en gourmand l’excellent thé de Mme Raquin.  Jusqu’à dix heures, il restait là, assoupi, digérant, se croyant chez lui; il ne partait qu’après avoir aidé Camille à fermer la boutique. »

Thérèse Raquin, Émile Zola.

janvier 17, 2009 Posted by | Uncategorized | Un commentaire

Les clémentines de Rahma…

À chaque pause, Rahma sort une collation qu’elle partage avec moi, habituellement des Fekkas cuisinés par sa mère.  Hier, elle m’a offert une clémentine.  Une clémentine ramenée du Maroc par son fils qui avait séjourné là-bas avec ses grands-parents durant le temps des fêtes.  Elle était ornée de magnifiques feuilles vertes et la pelure ne touchait même pas à la chaire sucrée du fruit orangé.  Lorsque le dernier morceau de pelure tira aisément la fibre intérieure, la clémentine s’ouvrit dans ma main, libérant les quartiers qu’il me pressait de goûter…  Et sur mes doigts, un peu de terre de ce pays que je commence à avoir envie d’explorer!

Je ne fus pas déçue.  La chair tendre fondit presque dans ma bouche laissant des bulles rafraichissantes exploser sans même que je n’ai besoin de la mâcher ou de la presser.  Un goût de soleil!  Cliché ce terme?   Pas depuis que j’ai goûté les clémentines de Rahma….

janvier 14, 2009 Posted by | Uncategorized | 5 commentaires

Ordinaire la Floride?

floride-2008-060floride-2008-1482floride-2008-1501floride-2008-1562floride-2008-0032

 

 

Je fréquente des endroits de la Floride qui ne correspondent en rien à l’image toute faite que les gens s’en font.   Là où je vais, des volées de perroquets verts passent gaiement au-dessus de nous,  des aigles pêcheurs s’affairent à nourrir leurs petits en transportant des poissons dans leurs serres jusqu’à leurs nids, des « sting rays », que nous pouvons apercevoir penchés sur la rambarde du quai, nagent presque à la surface de l’eau,   et que de dire de la multitude d’oiseaux marins qui  plongent sans relâche à la recherche de festins.

Il n’y a pas de grands hotels qui bordent les plages et celles-ci  sont peu achalandées.   La plage du déjeuner me plaisait énormément.  Peu fréquentée,  elle menait au nid de l’aigle que nous allions visiter régulièrement…  Pour la baignade,  par contre,  ce n’était pas notre préférée,  mais comme nous avions l’embarras du choix,  nous nous déplacions au gré de nos envies!   Les amis avec qui nous  partons depuis 3 ans nous accompagnaient encore cette année mais cette fois-ci nous n’étions que deux familles.  Deux familles prônant la maxime: Vivre et laisser vivre…. De supers compagnons toujours prêts pour l’aventure, pour la détente et qui n’attendaient  rien de nous!   Nous partions parfois chacun de notre côté le matin,  nous rejoignons parfois très tard dans la journée et  ne nous gênions pas pour nous coucher à des heures indécentes ( genre 20h… ;-)).   C’est tout le bonheur des vacances que de pouvoir relaxer tout son soûl et faire ce dont on a envie…

janvier 11, 2009 Posted by | Uncategorized | 9 commentaires

Le plus beau moment de la journée…

Puis, vient l’heure où les vacanciers désertent la plage.  Le silence,  que ne trouble que le doux clapotis de l’eau,  succède aux discussions animées et aux cris de joie de ceux qui s’ébattaient dans l’eau et s’amusaient alors que le soleil  brillait dans le ciel.   Les châteaux et les sculptures de sable sont abandonnés, les dauphins passent devant  et parfois, se mettent à tourner en rond pour se nourrir,    le soleil, quant à lui,  descend tranquillement au-dessus de la mer et  pare le ciel de magnifiques couleurs…

C’est un moment de grâce, un moment de bonheur.  Les enfants jouent aux échecs ou replongent dans  leurs bouquins, alors que Pat et moi dégustons un verre de vin ou deux, les yeux fixés sur l’horizon en savourant chaque seconde.  Rien ne presse, tout attend, il n’y a que ce moment  bien ancré dans le présent…

janvier 10, 2009 Posted by | Florida 08 | 11 commentaires

À la rescousse du cormoran…

Sur le quai de Bay Pier, les enfants avaient remarqué un pauvre cormoran au cou tordu par un fil de pêche.   Il pouvait à peine voler et il était évident qu’il ne pouvait plus plonger pour se nourrir.   À  notre retour d’Edmont Key, nous nous sommes installés sur une table à pique-nique sur le bord de la plage à l’ombre des arbres et les enfants sont allés se promener sur le quai  afin de repérer le pauvre volatile.

Le lendemain, ils n’avaient qu’une idée en tête, le dépêtrer de son fil…  Bizarrement,  à notre arrivée, il était sur la plage.  Les enfants partirent avec un ciseau pour tenter de couper (incognito) le fil.  Mais ils hésitaient, tournaient autour et n’y arrivaient pas.  Nous,  les adultes,  étions  assis  non loin de là et nous observions les tentatives de sauvetage avec attention. 

Les efforts des enfants restèrent vains alors Pat et J-F décidèrent de prendre les choses en main.  Nous nous sommes donc tous retrouvés sur la plage, autour d’un pauvre oiseau que Pat se préparait subtilement à attraper.  Un homme lui dit: » heille, qu’est-ce que tu fais là? »   Il le rassura en lui expliquant rapidement  la situation…  

Alors Pat s’élança, attrapa le cormoran et J-F coupa le fil avec le ciseau.  Libéré, il étira le cou et se dirigea tranquillement vers la mer pour nager,  pas stressé du tout d’être entré en contact avec l’humain.  Tous,  autour de nous, applaudissaient à tout rompre, même l’homme  qui devait être soulagé que notre but n’était pas de manger du cormoran pour le souper!

floride-2008-068

florida-08-099florida-08-102

janvier 10, 2009 Posted by | Florida 08 | 2 commentaires

Aventures sur une île déserte… (version corrigée)

florida-08-0812florida-08-089

florida-08-0951

florida-08-060

Par un beau matin ensoleillé, nous sommes allés déjeuner au bay pier. Un quai situé sur une superbe plage, où se trouvent pêcheurs, oiseaux et un petit bateau d’excursion.  Nous nous y promenions quand une affiche vantant la balade en bateau et l’exploration d’Egmont Key, une petite  île au large, attira notre attention.  Nous pouvions vivre cette belle aventure pour la modique somme de 15$ par personne , nous  baigner, explorer les fonds marins avec nos tubas et peut-être même apercevoir des tortues et des serpents. Une aubaine!

Le départ avait lieu 15 minutes plus tard.  Nous n’avions pas suffisamment de temps pour rapailler nos serviettes, nos tubas, nos maillots et un petit gueuleton.  De plus, nos amis seraient surement intéressés par cette activité et ils nous attendaient à une autre plage située tout juste à côté du Fort De Soto,  à l’entrée de la baie de Tampa et construit lors de la guerre hispano-américaine au début du 20e siècle.

Le lendemain, nous étions donc tous au quai, le coeur joyeux  et prêt à vivre de nouvelles aventures.  Une chaleur tropicale caressait notre peau et seul un léger souffle de vent troublait parfois la surface de l’océan.   La petite île apparût devant nous et c’est un phare et un petit quai de bois que nous vîmes en premier. Puis nous l’avons contourné pour admirer son magnifique littoral de sable blanc où de nombreux bateaux amarrés étaient venus passer la journée.  Un autre fort abandonné, cousin de celui cité précédemment,  paraissait tout droit sorti d’un décor d’Indiana Jones.  D’ailleurs, après avoir faire un peu de snorkeling sous le quai, les enfants et le fils de nos amis ont laissé leurs imaginations vagabonder et ce sont bien amusés à y jouer les aventuriers.

Ensuite, Sara et moi n’avons pu résister  à l’appel des superbes vagues qui venaient mourir sur la magnifique plage de sable blanc.  Nous y sommes restées, à nous laisser bercer, longtemps….  Jusqu’à ce que Pat nous rappelle que nous devions reprendre le bateau sous peu.

Nous n’avons pas vu de serpents.  Comme vous le savez, ils se tiennent loin de moi!  Mais des tortues, nous en avons énormément.  Certaines si énormes, qu’elles devaient bien être centenaires….

janvier 9, 2009 Posted by | Florida 08 | Laisser un commentaire