Caro et cie

La mer se déchaîne…

En descendant du Winnie… Regardez cette vue, n’est-ce pas extraordinaire?
Le vieux chemin qui avance sur le cordon littoral, une plage interminable qui sépare le barachois de la mer…


La mer est déchaînée..

Le coin du banc au loin….

Le rocher percé photographié de l’anse du Nord…

Le rocher Percé..

Un autre angle..

Durant la nuit, le vent s’est levé. Les vagues viennent se cogner sur le muret délimitant la route de la plage, dans un vacarme assourdissant. Mais il fait encore chaud, et ce vent, ces vagues, ces odeurs marines ne font que m’emplir encore davantage pour combler ce besoin de mer qui se faisait si pressant…

La mer charme à coup sûr par beau temps: alors qu’elle est calme, qu’elle invite à la baignade et qu’elle reflète les rayons du soleil pour créer de magnifiques tâches d’argent. Les vrais amoureux de la mer, eux, l’aiment aussi lorsqu’elle se déchaîne, ses vagues atteignant les pieds des marcheurs qui ne s’en méfient pas… Ils aiment le reflet des nuages et apprécient que les vacanciers aient déserté la plage, leur laissant l’impression d’être seuls au monde… Ils salueront, un sourire en coin, les rares promeneurs qui comme eux, arpentent la grève, sachant qu’ils ont cet amour en commun!

Je profite toute la matinée de ce bord de mer extraordinaire. Je marche vers les falaises, puis vers le cordon littoral du Barachois. Je trouve des pierres fabuleuses qui n’intéresseront aucun expert mais qui pour moi, sont des trésors précieux, à conserver dans de petits pots de verre.

Puis, nous quittons pour Percé… Un incontournable pour quiconque se rend en Gaspésie. Le Rocher n’est peut-être pas l’élément géologique le plus impressionnant qui soit mais il est unique, il permet de prendre de superbes photos et le village est vivant, grouillant de gens. On décide d’y passer un moment et de se payer un snack au restaurant.

août 19, 2008 Posted by | gaspésie, je voyage | 7 commentaires

On a crevé Bill!!!

Bill est au bout de son rouleau. Il n’en peux plus. Lui qui me suit au pas pour ne rien manquer et qui est si enjoué habituellement dès qu’il voit sa laisse, fait mine de dormir pour que je le laisse tranquille. C’est certain qu’il a trotté bien des kilomètres au cours des derniers jours et ce, dans toutes sortes de conditions: sable, gravier, montagnes…

À coin du banc, au cours de la soirée, imaginez la surprise de Pat de trouver Bill, caché dans un coffre de rangement…

Nous ne pouvons que constater… qu’on a crevé Bill!!!!!!!

août 19, 2008 Posted by | gaspésie, je voyage | Un commentaire

Le Coin du Banc…

Nous relaxons un peu au retour de cette magnifique randonnée avant de reprendre la route. Le but: trouver un endroit pour dormir, directement sur le bord de la baie de Gaspé. Je feuillette mon livre, les plages et les grèves de la Gaspésie, et me mets à la recherche d’un paradis où nous n’aurons pas de problèmes à nous stationner.

Winnie n’est pas très grosse, nous pouvons nous aventurer dans des endroits où d’autres ne vont pas et ne pensent même pas à aller… Mais, il faut faire preuve de prudence. En effet, dans les Great Smoky Mountains nous nous étions retrouvés dans une situation assez délicate, ce que nous cherchons à éviter.

Nous ne savons trop. Les endroits qui nous intéressent le plus, paraissent difficile d’accès tels les Anses de la Pointe Saint-Pierre ou Le Coin du Banc. Nous optons pour la grève du Barachois mais l’endroit ne nous plaît pas particulièrement… Nous décidons donc de nous rendre au banc du barachois de la Malbaie mais nous passons tout droit, n’ayant pas vu la rue qui devait se trouver tout juste après la grande courbe..

Puis, un jolie village apparaît sous nous yeux. Un bled de tout au plus une dizaine de maisons, situé au creux d’une anse, cerné d’un côté par le banc de sable du barachois de la rivière Malbaie et de l’autre par de superbes falaises colorées. Tiens, la rue de la plage.. C’est l’indication pour nous rendre à Coin du banc…

Pat en moins d’une fraction de seconde, tourne sur cette rue et nous mène sur le bord de l’ancienne route de gravier qui longe la plage sur plusieurs kilomètres vers le très très long banc du Barachois… L’endroit est magnifique et la mer digne des Caraïbes, comme sur la photo qui nous avait séduit dans le bouquin. Les eaux prennent une couleur turquoise tranchant avec le bleu de la mer au large. Le soleil n’étant plus au rendez-vous, j’imagine comme ce doit être davantage extraordinaire sous ses rayons!

Un couple du Nevada était garé là aussi, avec un Éléganza, tout comme nous. Il vient de Gaspésie mais parle maintenant avec un fort accent anglais et elle vient de Terre-Neuve. Les hommes échangent sur leurs joujous et je réussis à échanger avec la dame qui me convainc, hors de tout doute, d’aller à Terre-Neuve!
Puis on profite de ce paysage de rêve et passons la soirée à l’extérieur….

août 19, 2008 Posted by | gaspésie, je voyage | 4 commentaires