Caro et cie

Un bel après-midi paisible….

J’en ai plein la tête… La rentrée scolaire des enfants, la mienne à l’université, l’inscription pour le soccer, un tournoi ce weekend, quelques courses encore, la toiture de tôle de la maison qui vient à peine d’être terminée, les examens d’admissions pour Miss Toune qui s’en va au secondaire l’an prochain, Pat qui s’est cassé la clavicule (il a copié sur son fils) et la maison qui ne reste jamais en ordre très très longtemps!

Et le beau temps qui semble maintenant installé et qui me donne envie d’en profiter. L’été n’est pas fini, et j’en suis à faire des projets pour le grand weekend de l’action de grâce. La mer? Le nord?

Je suis stressée un brin par mon retour à l’université. J’ai passé outre la fin de semaine à Tremblant pour créer des liens tout comme la réunion de mercredi dernier (activités du genre initiations)… Je n’ai plus 20 ans et même en ce temps là, mon but n’était pas de tripper et d’ingurgiter de grandes quantités de bières!… Je n’ai même pas assisté à la remise des diplômes, le mien, je l’ai reçu par la poste… S’il est une constante dans ma vie, c’est bien cette soif de savoir, cette avidité de tout connaître. Je suis fébrile à cette idée vous ne pouvez pas savoir comment!

Je profite de cette belle journée, assise sur ma terrasse avant avec vue sur la mer, quoique partiellement cachée à ce temps-ci de l’année par le feuillage des arbres, mon nouveau portable devant moi, un verre de vin à portée de main…

août 31, 2008 Posted by | j'en profite | 6 commentaires

Batifolages de fin d’été…

août 28, 2008 Posted by | je prend des photos, je vais à la plage | 5 commentaires

La rentrée scolaire…

Je procrastine jusqu’à la dernière minute, en ce qui a trait à la rentrée scolaire. Pas question, mais alors là, pas du tout, d’y penser en plein coeur de l’été. Ça gâcherait ma zénitude, mon envie de vivre le moment présent et d’en profiter au maximum. Dans notre société, la consommation est devenue un sport extrême, les différentes étapes de l’année (rentrée scolaire, halloween, noël….) se succèdant à un rythme fou et ce, toujours de plus en plus tôt….

Plus capable de trouver un maillot de bain en juillet… Un habit de neige ou des bottes en février…

Je ne peux me résoudre à embarquer dans cette course folle. Consommons vite, vite… Dépêchons-nous… Et n’oublions pas de dépenser encore pour toutes les fêtes marketing créées expressément pour provoquer encore plus et plus de ventes! Achetons chinois et encourageons l’exploitation de ce peuple, sous l’emprise d’un régime dictatorial et balançons-nous de la toxicité des produits utilisés.. Le leitmotiv du parfait consommateur: le moins cher possible en plus grande quantité possible…

Il est de plus en plus difficile de trouver des articles de qualité. Les cartables de ma jeunesse sont encore en bon état alors que ceux de mes enfants ne durent pas plus de 2 ans! Je n’ai aucun problème à payer plus cher, mais donnez-moi de la qualité, ne me faites pas payer une marque s.v.p!!! Mais comment les entreprises généreraient de plus en plus de profits si leurs produits s’avéraient durables?? Comme le vieux frigo indestructible des années ’50, au chalet de mes grands-parents…

Alors en cette fin d’août paisible, au matin frais comme je les aime et aux soirées de plus en plus courtes, nous sommes en pleine fièvre de la rentrée. Le soleil est dans l’axe parfait, les fruits et les légumes mûres à point, le maïs croquant sous les dents, les premières pommes juteuses et délicieuses: oui, c’est le temps de préparer la rentrée! Nous avons sorti les articles scolaires de l’année dernière, jetés négligemment dans un coin en juin; nous avons fait le tri de ce qui est réutilisable ou pas; et nous sommes allés compléter nos listes….

Nous sommes allés à l’école secondaire chercher les horaires, payer les frais divers et faire les cartes étudiantes. Demain, c’est à l’école de Sara que nous irons chercher les cahiers et régler les frais. Les articles scolaires et les horaires (copiés plusieurs fois) traînent sur la table de la salle à dîner, à côté des portables. Et la semaine prochaine, nous rentrons tous à l’école!

août 27, 2008 Posted by | Nous rentrons à l'école... | Laisser un commentaire

Un parfait imbécile….

La compétion est terminée et nous sortons tous en même temps du terrain adjacent à la piste où nous avons campé toute la fin de semaine. Tout à coup, j’aperçois un filet d’eau qui s’échappe sous la roulotte qui nous précède et qui laisse une immense flaque visqueuse, lorsqu’elle avance enfin vers la sortie.

Un homme et son fils passent près de mettre les pieds dedans, la contournent et font des commentaires assez explicites sur l’odeur se dégageant de la flaque: une odeur nauséabonde de fosse sceptique! Pat et moi sommes étonnés, choqués, éberlués, sans mots. Charles et Sara s’offusquent et vocifèrent contre ce manque de respect envers la terre soit, mais aussi envers les gens.

Pat klaxonne un coup pour essayer de lui faire voir notre mécontentement, mais ne réussit qu’à stresser une pauvre vieille Dame, qui pense avoir commis un impair. Il la rassure puis conduit enfin winnie hors du terrain de baseball. Lorsque nous passons à côté de l’irrespecteux (atteint du syndrome du je-m’en-foutisme aigü), justement arrêté pour parler avec quelqu’un sur le bord de la rue, je me penche à la fenêtre et l’interpelle:

– Hé Monsieur…

(il se retourne et me regarde d’un oeil interrogateur, l’air innocent de celui qui n’a pas une grosse cervelle)

– Savez vous qu’il y a de l’eau qui coule sous votre roulotte?

( Je fais l’ hypocrite, en faisant semblant de ne pas savoir ce que c’est..)

– Oui, c’est de l’eau propre….

– Et bien Monsieur votre eau propre, elle est visqueuse et nauséabonde….

Nous sommes repartis à cet instant alors que ce mauvais citoyen, pollueur sans pudeur, atteint d’hébétude, n’hésitant pas à vider ses eaux usées et son réservoir de toilette en pleine rue et sur le terrain de cette ville qui nous a acceuillis, me regardait la bouche entrouverte, sans savoir quoi dire….

Nous voyageons en nomade, couchons à divers endroits où il n’y pas nécessaire d’électricité et d’égouts mais jamais nous ne nous vidons ainsi.. C’est inacceptacle, égoïste, irrespecteux!

Lui, il n’a rien, mais rien compris!!! Je lui décerne la médaille du parfait imbécile!!!

août 25, 2008 Posted by | je capote... | 6 commentaires

Je veux…

Alors voilà, ainsi se termine (ou presque car nous avons squatté au quai de Trois-Pistoles le dernier soir), le récit de ce voyage qui fut un cadeau précieux, puisque nous n’étions pas sensés avoir deux semaines de vacances. Le ciel s’est dégagé au-dessus de nos têtes et le soleil nous a doré généreusement de ses rayons. Une autre escapade dans un monde parallèle, à cent milles lieues de notre quotidien.

Voyager, me rend vivante et me stimule. Découvrir, m’ouvre des horizons, provoque en moi l’admiration et la béatitude. Nomadiser, développe mon lâcher-prise et me permet de vivre en marge de la société l’espace d’un moment!!!

Je veux:

– Faire le tour d’Hawaï, la grosse île, en camping
– Rouler à flanc de falaise en Californie et en Orégon
– Visiter la Grèce, la Croatie, l’Italie et le Sud de la France
– Visiter les ruines Mayas et Incas du Mexique et longer Bahia…
– Fouler les contrées sauvages de l’Alaska, du Nunavit et du Labrador
– Perdre la notion du temps à Stonehenge
– Admirer Gros Morne et avoir la chance de voir des Icebergs avant que le réchauffement planétaire les anéantisse
– Faire l’ascension du Matchu Pitchu au Pérou
– Voir Paris la nuit
– Sillonner le Brésil, l’Argentine et le Chili
– Nomader encore et encore dans notre fabuleux Québec..

Et… plus encore…

J’ai eu 40 ans vendredi dernier et je me sens tellement bien dans ma peau, heureuse, vivante! J’ai des ailes! J’ai tellement de pays à découvrir, d’êtres à aimer, de relations à développer, une nouvelle profession à embrasser…

Haahhhh…

août 22, 2008 Posted by | j'avoue | 12 commentaires

L’estuaire du Saint-Laurent ravagé par une marée rouge…

Quelle ne fut ma surprise et mon étonnement de lire que l’estuaire du fleuve Saint-Laurent était sous l’emprise d’une marée rouge dans un billet de Gaétan. Surprise et étonnement qui se sont transformés rapidement en horreur et en colère…

Je me suis rendue sur le site de GreenPeace puis de Eau-secours

Si ça vous révolte, vous aussi, un tant soit peu, envoyez ce message à notre premier ministre Canadien, Stephen Harper, afin que son gouvernement réagisse au plus vite!!

août 21, 2008 Posted by | je suis révoltée... | 3 commentaires

Il faut que je vous raconte…

…. Pour passer la soirée, marcher sur la grève et dormir, c’est vers l’anse Mc Kinnis à Port Daniel, que nous nous dirigeons! Un endroit calme, paisible, où les vents de la journée n’ont pas vraiment d’emprise. Seules les vagues se brisant sur la pointe de l’anse, nous les rappellent. Nous avions fêté notre anniversaire de mariage ici, il y a deux ans, avec les enfants. Nous nous étions régalé d’un festin de roi: du Crabe à volonté et une salade aux pommes et aux noix. Salade que j’avais doublement appréciée puisque c’était Pat qui l’avait préparée!

Nous marchons, discutons, rions.. C’est fou comme les journées sont longues lorsque nous sommes seuls, tous les deux. Pas longues dans le sens d’interminables. Mais longues dans le sens qu’on peut faire un paquet d’activités, de randonnées et voir quand même le temps passer. Habitués que nous sommes à un horaire chargé, on savoure ces instants et on se dit que nous ne serons pas si mal quand les enfants nous quitteront pour vivre leurs vies d’adultes. On saura en profiter!

Pat, au début du voyage, a proposé que nous choisissions chacun un chien à nous occuper. Évidemment, il se dépêcha d’opter pour Max, ne me laissant d’autre alternative que de prendre Bill. Il flairait la bonne affaire et s’imaginait avoir choisi la facilité: Vieux Max est tranquille, il ne court pas après les gens en jappant comme un forcené et il est obéissant… Il me laissait donc la responsabilité de courir après Bill le tannant et de l’empêcher de japper…

J’avoue que j’ai accepté en riant sous cape, puisque je ne voyais pas les choses du même oeil. Bill est adorable, pourvu que je m’en occupe comme s’il était un vrai bébé… Je lui ai dit: D’accord, si ça peut te faire plaisir.

Et bien mon bébé chien est adorable: Il ne jappe pas, me suit comme mon ombre, me regarde amoureusement, écoute quand je le rappelle à l’ordre. Il est d’une obéissance sans taches…

Quand à Max, Pat passe son temps à courir après. Il est sourd et ne comprend rien. Il passe son temps à boire de l’eau salée, ses papilles gustatives ne fonctionnant probablement plus, pour ensuite se vider par les deux bouts…

Je regarde Pat et lui dit: c’est ton chien, à toi de t’en occuper et de ramasser… Pauvre toi!!

p.s. Nous sommes arrêtés à l’anse à Beaufils et avons visité l’exposition d’artistes du Québec. Une visite qui valait le détour…

août 20, 2008 Posted by | gaspésie, je voyage | Laisser un commentaire

La mer se déchaîne…

En descendant du Winnie… Regardez cette vue, n’est-ce pas extraordinaire?
Le vieux chemin qui avance sur le cordon littoral, une plage interminable qui sépare le barachois de la mer…


La mer est déchaînée..

Le coin du banc au loin….

Le rocher percé photographié de l’anse du Nord…

Le rocher Percé..

Un autre angle..

Durant la nuit, le vent s’est levé. Les vagues viennent se cogner sur le muret délimitant la route de la plage, dans un vacarme assourdissant. Mais il fait encore chaud, et ce vent, ces vagues, ces odeurs marines ne font que m’emplir encore davantage pour combler ce besoin de mer qui se faisait si pressant…

La mer charme à coup sûr par beau temps: alors qu’elle est calme, qu’elle invite à la baignade et qu’elle reflète les rayons du soleil pour créer de magnifiques tâches d’argent. Les vrais amoureux de la mer, eux, l’aiment aussi lorsqu’elle se déchaîne, ses vagues atteignant les pieds des marcheurs qui ne s’en méfient pas… Ils aiment le reflet des nuages et apprécient que les vacanciers aient déserté la plage, leur laissant l’impression d’être seuls au monde… Ils salueront, un sourire en coin, les rares promeneurs qui comme eux, arpentent la grève, sachant qu’ils ont cet amour en commun!

Je profite toute la matinée de ce bord de mer extraordinaire. Je marche vers les falaises, puis vers le cordon littoral du Barachois. Je trouve des pierres fabuleuses qui n’intéresseront aucun expert mais qui pour moi, sont des trésors précieux, à conserver dans de petits pots de verre.

Puis, nous quittons pour Percé… Un incontournable pour quiconque se rend en Gaspésie. Le Rocher n’est peut-être pas l’élément géologique le plus impressionnant qui soit mais il est unique, il permet de prendre de superbes photos et le village est vivant, grouillant de gens. On décide d’y passer un moment et de se payer un snack au restaurant.

août 19, 2008 Posted by | gaspésie, je voyage | 7 commentaires

On a crevé Bill!!!

Bill est au bout de son rouleau. Il n’en peux plus. Lui qui me suit au pas pour ne rien manquer et qui est si enjoué habituellement dès qu’il voit sa laisse, fait mine de dormir pour que je le laisse tranquille. C’est certain qu’il a trotté bien des kilomètres au cours des derniers jours et ce, dans toutes sortes de conditions: sable, gravier, montagnes…

À coin du banc, au cours de la soirée, imaginez la surprise de Pat de trouver Bill, caché dans un coffre de rangement…

Nous ne pouvons que constater… qu’on a crevé Bill!!!!!!!

août 19, 2008 Posted by | gaspésie, je voyage | Un commentaire

Le Coin du Banc…

Nous relaxons un peu au retour de cette magnifique randonnée avant de reprendre la route. Le but: trouver un endroit pour dormir, directement sur le bord de la baie de Gaspé. Je feuillette mon livre, les plages et les grèves de la Gaspésie, et me mets à la recherche d’un paradis où nous n’aurons pas de problèmes à nous stationner.

Winnie n’est pas très grosse, nous pouvons nous aventurer dans des endroits où d’autres ne vont pas et ne pensent même pas à aller… Mais, il faut faire preuve de prudence. En effet, dans les Great Smoky Mountains nous nous étions retrouvés dans une situation assez délicate, ce que nous cherchons à éviter.

Nous ne savons trop. Les endroits qui nous intéressent le plus, paraissent difficile d’accès tels les Anses de la Pointe Saint-Pierre ou Le Coin du Banc. Nous optons pour la grève du Barachois mais l’endroit ne nous plaît pas particulièrement… Nous décidons donc de nous rendre au banc du barachois de la Malbaie mais nous passons tout droit, n’ayant pas vu la rue qui devait se trouver tout juste après la grande courbe..

Puis, un jolie village apparaît sous nous yeux. Un bled de tout au plus une dizaine de maisons, situé au creux d’une anse, cerné d’un côté par le banc de sable du barachois de la rivière Malbaie et de l’autre par de superbes falaises colorées. Tiens, la rue de la plage.. C’est l’indication pour nous rendre à Coin du banc…

Pat en moins d’une fraction de seconde, tourne sur cette rue et nous mène sur le bord de l’ancienne route de gravier qui longe la plage sur plusieurs kilomètres vers le très très long banc du Barachois… L’endroit est magnifique et la mer digne des Caraïbes, comme sur la photo qui nous avait séduit dans le bouquin. Les eaux prennent une couleur turquoise tranchant avec le bleu de la mer au large. Le soleil n’étant plus au rendez-vous, j’imagine comme ce doit être davantage extraordinaire sous ses rayons!

Un couple du Nevada était garé là aussi, avec un Éléganza, tout comme nous. Il vient de Gaspésie mais parle maintenant avec un fort accent anglais et elle vient de Terre-Neuve. Les hommes échangent sur leurs joujous et je réussis à échanger avec la dame qui me convainc, hors de tout doute, d’aller à Terre-Neuve!
Puis on profite de ce paysage de rêve et passons la soirée à l’extérieur….

août 19, 2008 Posted by | gaspésie, je voyage | 4 commentaires