Caro et cie

Histoires de filles…

Passer la fin de semaine avec une gang de filles de 11 ans (L’équipe de soccer de Sara), c’est quelque chose. Nous avons eu droit:

À quelques petits accrochages entre les anciennes et les nouvelles (l’équipe compte 4 nouvelles).

À des crises existentielles ( ne pas vouloir se baigner en bikini en même temps que les gars et en pleurer. Problème que j’aie réglé en suggérant de mettre un t-shirt).

À des crises de divas (du genre une fille qui court et s’étend de tout son long sur son lit en sanglotant parce qu’une autre l’a pointé en dessinant un coeur à un garçon).

À des vérités et conséquences (qui consistaient généralement à envoyer des becs aux gars qui étaient tous assis en rang à l’autre bout de la cafétéria et qui regardaient les filles bouches bées).

À une belle victoire sur l’équipe élite de la région où nous étions (ils ont acceptés de nous rencontrer).

À un concours de bombes entre les entraîneurs à la piscine (un faisait glicler l’eau plus haut alors que l’autre en faisait gicler plus. Devinez pourquoi?).

À une prise d’assaut des filles de la profondeur de la piscine et du tremplin alors que les gars faisaient semblant de trouver ça cool de jouer dans 1 mètre d’eau (les filles les impressionnent vraiment).

Ce sont toutes de petites filles très énergiques, joyeuses et articulées. C’est un vrai bonheur que d’avoir passé un weekend en leur compagnie. Elles ont beaucoup appris lors de cette retraite fermée autant pour leur jeu qu’au niveau humain… Ce sont des filles qui jouent dans la plus haute catégorie élite de leur âge mais elles sont si mignonnes (Paraît qu’il faut toujours se méfier d’une équipe composée de jolies blondes). Elles savent s’amuser mais vous devriez voir leur sérieux à l’entraînement, leur acharnement et leur coeur au jeu…

Sara serait restée une semaine complète… Et ce n’est pas la seule…

mai 27, 2008 Posted by | je raconte... | 8 commentaires

À la recherche de la pinte de lait perdue!!!!!

Une fois les gars partis pour l’école, je me versai un café pour m’asseoir et respirer par le nez quelques instants. Voyez-vous, ils se sont retrouvés en même temps devant le même miroir pour s’arranger la crête sur le dessus de la tête. Il n’en fallait pas plus pour créer un incident diplomatique: à savoir, lequel était là le premier et lequel était le plus fort pour rester devant sans broncher. Phil n’avait tellement pas d’arguments, qu’il trouva une insulte vraiment nulle pour se donner prestance et Charles était tellement enragé qu’il en a saigné du nez.

Faire la police dans une telle situation? Non merci! Je n’avais rien vu. Je les ai donc laissé partir sous la pluie, pour l’école. Charles a tenté de me faire sentir coupable, que ça ne se faisait pas de laisser partir ses ados (belliqueux) sous la pluie. Je lui ai répondu que je ne lèverais pas le petit doigt et ne dépenserais pas une goutte d’essence pour leur faire plaisir après leur accrochage….

Je poussais un soupir de soulagement lorsqu’ils sortirent de la maison et j’ouvris le frigo pour prendre le lait et en verser un peu dans mon café. Je déteste le café noir. J’adore le café au lait. Mais je ne trouvai pas le lait. Je regardai sur le comptoir. Rien. J’ouvris la grande armoire où sont les céréales ( un lunatique aurait pu le ranger là). Rien.

J’appelai l’homme pour lui demander où pouvait bien être le lait. J’aurais pu ouvrir un autre sac mais sans le contenant de plastique, ce n’était pas très pratique. Il me dit de regarder dans le frigo, sous la lumière. Bon j’appréciais qu’il me donne une information aussi précise, mais franchement, je l’aurais vu… Me prend-t-il pour une conne? Ha! Avec les céréales? Bipppppp (mauvaise réponse..)!!!

Ayant grandement besoin de ma dose de caféine, je l’avoue, j’ai une dépendance, j’ouvris un nouveau sac et le mis dans un pot de yogourt( système D). Puis, j’oubliai le tout et passai à autre chose! Au pire je retrouverai bien le lait un moment donné… Qu’importe dans quelles conditions!

Puis, Pat vint dîner et nous discutions pendant que je vidais le lave-vaisselle. Quand vint le temps de serrer les verres, je m’aperçu que le lait était là, dans cette armoire,tout simplement… Dire que c’était la seule que je n’avais pas ouverte pour vérifier….

mai 27, 2008 Posted by | j'avoue, je raconte... | 4 commentaires