Caro et cie

La jungle familiale… Que le plus fort gagne!

Mes enfants sont durs les uns avec les autres. Mes trois derniers en fait. Mais surtout, surtout mes deux garçons qui ont moins de 2 ans de différence. Sara ne s’en laisse pas imposer mais les attaques à son égard abondent moins. Sa position de bébé de la famille, unique enfant de sexe féminin, fait en sorte que les garçons ne se mettent pas, ou peu, en compétion avec elle. Alex, quand à lui, donne son avis très calmement. Ses commentaires ont cependant beaucoup d’impacts sur les autres. Faut dire que c’est un ainé avec un grand A…

Charles et Philippe se surveillent sans cesse. Ils épient les moindres paroles, gestes, conneries, erreurs de l’autre pour pouvoir se les reprocher et se donner des armes, ensuite, pour se ridiculiser. Le tout, avec un maximum d’insultes et une bonne dose d’intolérance. Évidemment, que personne d’autre qu’eux ne reproduisent le même scénario avec leur fratrie. Alors là, non!!! Aussitôt, ils défenderont corps et âmes celui qu’ils se plaisent tant à dénigrer à d’autres moments.

Ils apprennent ainsi à faire face à l’adversité. Ils s’exercent pour être forts si de tels événements se produisent à l’extérieur de la famille. Leur estime de soi est assez forte, pour que des commentaires négatifs à leur endroit, ne les détruisent pas. Ils apprennent aussi à faire face en cas d’erreurs. Car je vous l’avoue les comptes qu’ils règlent entre eux ne sont pas que chimères et inventions sorties de nulle part. Il faut dire qu’ ils se remettent à l’ordre, plus encore que je ne le fais moi-même envers eux, en tant que mère.

Ils peuvent aussi défendre leurs points s’ils croient avoir raison. Discuter pour arriver à des compromis. S’unir aussi contre l’adversité. Faire front commun comme membre d’une famille unie où tous ont droit à la parole, à leurs avis, à leurs unicités et enfin à l’erreur…

Lors d’un match de basket ball de Sara, vendredi dernier, une petite fille de l’autre équipe a eu un reproche d’un coéquipier. Ça l’a tout simplement démolie. On m’a expliqué que c’est une fille unique qui n’a pas de frères ou de soeurs pour l’aider à faire face, justement, aux commentaires des autres. Soit pour les chasser du revers de la main si elle les croit non justifiés ou les accepter et se retrousser les manches si elle le croit utile.

Mes enfants ont énormément de confiance en eux. Une confiance réelle. Ils sont conscients de leurs capacités et nous les encourageons à se dépasser autant à l’école que dans leurs activités parascolaires. Un commentaire injustifié de toute façon, fera passer celui qui l’émet pour un con alors qu’un constructif les motivera à s’améliorer….

Ils se sentent plus libres de s’extérioriser entre eux. Ne pensez pas que la bagarre est sans cesse prise dans la maison, que les murs sont troués et que les cris jaillissent à tout moment. Mais non… Ce n’est pas l’anarchie mais juste des relations saines entre frères et soeurs. Pour ma part, ce n’est pas pour eux que je m’inquiète… C’est plutôt pour les autres, ceux qui ne savent pas s’affirmer, négocier et avancer confiants dans la vie!

mai 24, 2008 Posted by | j'assume, je pense | 3 commentaires