Caro et cie

Des allures de rêves…

Je dois partir mais je cherche un papier important dont j’ai absolument besoin, là où je m’en vais. Je cherche, cherche, fouille. Partout. Dans des sacs, dans le fond des tiroirs, dans les armoires. Rien à faire, je ne trouve pas. Je commence à sentir la panique et l’urgence m’envahir, je deviens fébrile…

Finalement, je trouve et je pars. Il y a du traffic. Je ne serai jamais à l’heure. J’ai mon papier, mais je n’arriverai pas à temps. La voiture avance tranquillement. Je n’y peux rien!! Je me sens mal, l’adrénaline sort pas les pores de ma peau et par mes respirations saccadées. Je veux y arriver. Je ne sais pas pourquoi. Mais, c’est important!

Ce rêve revient souvent hanté mes nuits. J’interprête en rigolant, que je mène une vie réglée au quart de tour soit, mais que je manque un peu d’organisation aussi! Pourtant, mon retour avait les allures de ce cauchemar. Pour commencer, CAA qui ne pouvait nous trouver une remorqueuse, les pièces commandées inextrémis le vendredi après-midi, la nouvelle qu’un autre morceau important était inadéquat, l’attente pour le commander le lundi et le recevoir le mardi, le pneu au retour qui s’amusait à dégonfler tranquillement, le volant qui était plus dur à droite et que nous avons dû graisser par deux fois.

Juste d’arriver au Canada, de voir l’agent des douanes, qui nous a parlé en français (à Windsor
faut le faire!!), nous laisser passer sans nous fouiller, m’a donné envie de fondre en larmes encore une fois… Une fois au Québec, mes émotions se sont calmées. Je me disais que rendu là, il pouvait bien arriver n’importe quoi; j’appellerais mon père et il viendrait me chercher!!!!

Qu’il fait bon être chez soi et de retrouver mes amours!!!!

Publicités

avril 11, 2008 Posted by | je voyage | 2 commentaires