Caro et cie

Paradis sur terre… Meat Cove!


Meat Cove, île du Cap Breton, Nouvelle-Écosse

Au bout d’un chemin de terre, longeant de si près les falaises, qu’un aigle royal a plané quelques temps à nos côtés, à l’extrémité nord de l’île du Cap breton, se trouve Meat Cove. Seul les plus téméraires, ceux qui veulent aller toujours plus loin s’y rendent. Le détour vaut vraiment la peine, je vous l’assure….

Là où le chemin de terre se termine, si situe un endroit pour camper, à flanc de falaise, entouré de magnifiques montagnes tombant dans la mer. Tout en bas, de petits bateaux de pêche multicolores lancent leurs filets et les pierres roulent sous le ressac des vagues dans un grondement sourd, incessant.

Devant nous, on peut imaginer Terre-Neuve, ses fjords et ses icebergs. On se sent loin, intouchable et c’est dans ces moments que je me sens le mieux. Je respire. Pourquoi? J’ai l’impression que tout ce qui me touche, me stresse, me hante, ne peut m’atteindre. Que le calme, l’immensité, le grondement et le moment présent.
Publicités

février 28, 2008 Posted by | j'aime, je voyage | 3 commentaires

Analyse de l’arbre…

Je regardai l’arbre de Charles, et franchement, d’instinct, son allure me rassurai sur la personnalité de mon fils et sur son état d’esprit en ce moment. Je ne suis pas une spécialiste de l’interprétation des dessins mais j’ai une petite idée de la signification de l’arbre… Lorsque je revins hier, il me montra fièrement son oeuvre. Je la trouvai magnifique et je m’empressai de venir vous le montrer ici.

Son positionnement sur la montagne, l’entrelacement (coloré) des écorces, la largeur du tronc, le feuillage fourni et touchant le ciel, la montagne derrière… Hummm… L’idée d’aller fouiller un peu sur le sujet s’imposa pour corroborer mes impressions. Alors voilà ci-dessous le résultat de mes petites recherches:

L’arbre est particulièrement important dans un dessin parce qu’il représente l’enfant. La base du tronc vous informe de son énergie physique (il est plein de vitalité n’est-ce pas Encre?). Plus le tronc est large, plus l’enfant se sent enraciné et refait son énergie facilement (Wow!). La hauteur de l’arbre vous donnera un indice de la place qu’il croit occuper au sein de la famille, de la société, etc. (Ouais, mon fils n’a pas de problèmes d’estime). Les branches et les feuilles sont associées à la créativité, mais aussi à son développement. Un arbre sans feuillage veut peut-être dire que l’enfant a besoin « d’engrais » intellectuel, alors qu’un feuillage abondant est le propre des enfants à l’imagination débordante (On s’entends-tu sur son imagination débordante?).

Jaune : Le jaune est synonyme de connaissance, de curiosité et de joie de vivre. L’enfant qui utilise beaucoup cette couleur est plus expressif que la majorité des enfants. (L’arbre est sur une montagne Jaune…)

Bleu : C’est la dernière couleur que l’enfant distingue. Le bleu, c’est la paix, l’harmonie et la tranquillité. L’enfant qui utilise beaucoup de bleu est introverti et n’aime pas être bousculé; il aime aller à son rythme. Si le bleu est utilisé d’une drôle de façon, l’enfant vous passe le message qu’il aimerait avoir la paix, que son environnement le dérange!

Vert : Le vert étant composé de jaune et de bleu, il reflète la curiosité, la connaissance et le bien-être. L’enfant qui l’utilise beaucoup est souvent intuitif et plus mature que la moyenne, même s’il est sensible. Quand le vert est mal utilisé dans un dessin, ce peut être signe d’un égo trop fort.

Montagne : stabilité acquise ( à gauche) ou à atteindre (à droite). Les objets dessinés sur la montagne ont aussi leur importance. (Il est en évolution)

février 28, 2008 Posted by | Charles dessine | 8 commentaires

L’arbre de Charles

Voilà le dernier dessin de Charles… Stylé, l’arbre, n’est-ce pas?

février 27, 2008 Posted by | arts, Charles dessine, j'aime | 12 commentaires

Mea culpa… Bonne fête maman!

La tête folle que je suis, n’ayant souvent qu’une vague idée de la dâte exacte, fonctionnant plutôt en mode: *lundi au dimande*, a oublié la fête de sa mère…

Ouais.. complètement! J’ai même sursauté d’étonnement lorsqu’elle m’a fait remarqué que sa fête était passée.. Quoi? Je ne l’ai même pas vu venir. J’ai pensé, cependant, à celle de ma grand-mère, décédée, qui était née un 1er Mars! Le 1er mars à ce que je sache, c’est après le 21 février?

Je sais, je sais… Ça fait partie de mon charme. Caro, toujours le toupet dans le vent, entre deux entrainements sportifs des enfants, le bénévolat, la gestion de la famille et tout le tralala… Mais y’a des limites. Non?

J’aurais apprécié que mon père ou ma soeur me téléphone pour me faire part de mon oubli, au lieu de laisser ma mère poireauter dans sa déception… (Pas pour enlever ma responsabilité, loin de là..)

Mais bon, comme je suis de celles qui n’hésitent pas à recevoir, je vais voir si on peut se réunir pour la fêter!!!

Mauvaise fille va!!!

février 26, 2008 Posted by | j'assume | 4 commentaires

Virtuose de la guitare

Vous avez déjà dû voir ce virtuose de la guitare… Pour ma part, c’est exactement le summun de ce que j’aime en musique: Classique et puissance du rock, entremêlés!
Pour votre plaisir…

février 25, 2008 Posted by | j'aime | 5 commentaires

Surprise d’un vendredi matin…

Comme à tout les vendredis matins, je fus en retard pour ma première période de bibliothèque, à l’école de Sara. Ce n’est pas si grave, si on considère que c’est du bénévolat, et que ma paye n’en sera pas moindre, à la fin de la semaine. Je reste avec mes fils qui partent plus tard, sans remords.. De plus, j’ai convenu avec l’enseignante qu’ils pouvaient entrer et commencer à choisir leurs bouquins. J’arrive le matin, le toupet dans le vent, allume mon ordinateur, fais les retours de livres de la semaine dernière puis j’appelle mes petits poussinets dont je connais les noms presque par coeur, à venir me voir pour que j’effectue les prêts. Donc, pour revenir à mes moutons, ce matin, comme tout les autres, j’arrivai en retard…

En poussant la porte, je vis que les enfants étaient là mais dans la pénombre, la lumière étant fermée. J’entrai, dans la bibliothèque et me rendis derrière mon poste de travail. L’enseignante, à ce moment là, pria les élèves de se lever et se mettre en rang, sur le bord du mur. Holalalala, me dis-je intérieurement, ils ont dû faire un bruit horrible, un boucan du tonnerre pour qu’elle leur fasse une telle demande en début de période et qu’ils lui obéissent ainsi au doigt et à l’oeil, si silencieusement…
Outch!!!!

Je continuai à m’affairer et levai les yeux en attendant un froissement de papier. Je la vis alors dérouler un papier. Puis, j’aperçu de jolis petits visages souriant, aux regards coquins, tenant dans leurs mains, de belles banderolles, faites à mon intention. Il était inscrit:

Mme (Untelle) bénévole de l’année – félicitations…

Émue, je les remerciai chaleureusement, en retenant mes larmes, le coeur gonflé d’émotion, de chaleur, de reconnaissance… Je ne fais pas de bénévolat pour avoir des titres ou de la reconnaissance. Je le fais avant tout, pour montrer à mes enfants à quel point l’école c’est important et parce que je sais, que j’ai beaucoup à donner à la société. C’est pourquoi, je me suis toujours impliquée. Au départ pour l’allaitement, puis dans les écoles… Ce titre honorifique me comble de bonheur, c’est juste que je serai très gênée de monter sur la scène au gala de mérite des bénévoles de la commission scolaire…

février 23, 2008 Posted by | j'aime | 8 commentaires

Banalisation des actes médicaux lors des naissances…

Je suis tannée de la banalisation des actes médicaux lors des accouchements. Surtout écoeurée d’entendre des artistes contribuer naïvement à normaliser le tout, comme si ce n’était rien, comme si c’était la norme.

J’eus l’idée de déjeuner dans le salon ce matin, comme mes enfants essaient de le faire si souvent. Après tout, j’ai autant le droit qu’eux de salir la maison. N’est-ce pas? En mangeant mes céréales, j’ouvris la télévision sur le canal d’une émission du matin. Josée Boudreault nous racontait son accouchement facile, sans douleur, encourageant même nos applaudissements sur ses prouesses… Je fus cependant abasourdie, quand elle raconta comment l’insertion de l’aiguille dans sa colonne vertébrale, pour sa péridurale, fut un moment de grande intimité avec son chum. Et, pas question d’accoucher sans!! Les risques d’être paralysée? boff, pas important, c’est calculé maintenant… Je fus soulagée, qu’elle glisse au moins quelques commentaires sur son allaitement, tout naturellement.

Je ne veux pas faire de procès sur les choix de chacune. Mais, il y a des risques connus et les plus grands ne concernent pas nécessairement la paralysie. En effet, un accouchement provoqué ou sous péridurale amène régulièrement d’autres actes médicaux qui peuvent avoir des conséquences sur la mère et sur l’enfant. Lorsqu’on provoque, les douleurs sont plus fortes, la péridurale sera utilisée encore plus et.. La péridurale? La mère ne sentant pas ses contractions poussera moins efficacement, l’utilisation de forceps, de ventouses sera nécessaire plus souvent et la césarienne, un risque de plus..

Des études démontrent que les hormones sécrétées par la mère et le bébé durant l’accouchement jouent un rôle non seulement au premier contact mais aussi après la naissance dans l’interaction mère-bébé. De plus, de récentes études commencent à mettre en lien l’autisme et l’ocytoxine de synthèse… La criminalité et les naissances difficiles (complications, rejets, séparation précoce)… L’Anorexie mentale, le suicide.. Mais curieusement, en dépit de leur publication dans des journaux scientifiques et médicaux, les conclusions de ces études restent peu connues de la communauté médicale et ne sont guère reprise par les médias…

On ne devrait pas perturber le premier contact naturel entre la mère et l’enfant qui est, la prémisse à l’attachement qu’ils auront ensuite l’un pour l’autre. Les naissances devraient s’effectuer dans des milieux sereins, permettant à la mère de jouir de l’effet apaisant sur ses douleurs de l’endorphine, qu’elle sécrétera naturellement. Ainsi, elle pourra vivre ses douleurs sans paniquer, sans être tentée de les occulter avec une péridurale. Elle produira, tout comme son bébé, l’ocytoxine, l’hormone de l’amour, ce qui aura un grand impact sur leur premier contact, permettant un lien d’attachement fort.

En donnant des hormones de synthèses, on empêche les vraies de faire leur travail. Par exemple l’ocytocine, l’hormone de l’amour, ne sera pas produite dans le corps de la femme, si elle a été provoqué avec la version synthétique…. Cela ne veut pas dire que les liens ne se créerons pas, mais ils peuvent être retardés et même sérieusement perturbés. De même, la péridurale et les actes médicaux pouvant en découler et influer le déroulement naturel de la naissance est à proscrire, sauf en cas d’accouchement long et pénible pour donner un répit à la mère. Ce devrait être une option à considérer dans ces cas là et non une généralité… Les risques de détachements de la mère, les risques de séparation précoce et ce qui en découle ne sont pas à négliger… N’oubliez pas…

Les femmes ont le droit de faire leurs choix, mais la banalisation… je ne suis pas capable!!!!! Je vous suggère un excellent livre sur le sujet: L’amour scientifié de Michel Odent.

février 22, 2008 Posted by | j'assume | 4 commentaires

Un grand frère….

Alex et Sara

Lorsque j’étais enfant et adolescente, je rêvais d’avoir un grand frère protecteur, beau et gentil… Un frère trop vieux pour faire parti de mon cercle d’amis (es) mais qui en provoquerait l’admiration. J’enviais secrètement celles qui avaient la chance d’en avoir un. Nous les regardions en riant sottement sachant très bien qu’ils n’étaient pas à notre portée. Il y avait sûrement des sources Freudiennes là-dessous, mais ne connaissant de la psychologie, que ce que j’ai appris au cegep, je ne m’étendrai pas sur le sujet…
Bizarrement, j’ai 4 enfants et la seule fille de la famille est la cadette. Elle a donc 3 grands frères. Compagne de jeux et très complice avec CHarles celui qui la précède, elle a une relation un peu plus cahotique avec Philou. Mais lui, C’est autre chose. Il carbure à la testostérone par les temps qui court et il est le type même de l’ado, tel qu’on veut bien le caricaturer. Mais… Avec Alex, son frère de 9 ans son ainé, elle vit une relation tendre et affectueuse, à l’image de ce que je m’imaginais…
Lorsqu’elle était bébé, il allait la consoler lorsqu’elle ne voulait pas dormir, étant incapable de l’entendre pleurer (comme nous d’ailleurs, alors elle n’a pas pleuré beaucoup…). Déjà un grand frère protecteur et bienveillant veillait sur son berceau. Il la fait jouer, l’agace, la fait sentir importante. Il n’habite plus vraiment avec nous, sa blonde prend beaucoup de place dans sa vie et il travaille à temps plein. Cependant, c’est toujours un bonheur pour Sara de voir arriver son grand frère!

février 20, 2008 Posted by | j'aime, je vis en famille | 7 commentaires

Artiste à l’oeuvre…

Extrait de mes carnets de voyage..
Charles 2004 (9 ans)




Charles, l’artiste en herbe de la famille évasion, avait développé, l’été de ses 9 ans, un style assez particulier…. Je trouve que le relief et les couleurs sont vraiment bien rendus dans ces magnifiques oeuvres qui sont bien conservées dans un livre de voyage….

février 18, 2008 Posted by | arts, Charles dessine, je voyage | 5 commentaires

Dirty dancing…

Jamais je ne lis un livre ou n’écoute un film deux fois. Je l’ai lu. Je l’ai vu. C’est fini. Je passe à autre chose. Je ne vois vraiment mais vraiment pas l’utilité et l’intérêt (à part pour des études) de perdre du temps sur du déjà vu. Il y a tant à découvrir…

Il y a cependant une exception. Une seule exception, à part les shows d’Éric Lapointe que je peux revoir à répétition sans me lasser, Dirty Dancing. J’ai dû le visionner et le revisionner au moins une vingtaine de fois…

Jeune adulte, encore au seuil de l’adolescence, quelle rêverie permettait cette belle histoire d’amour au départ impossible à cause des préjugés. La danse, la musique, les regards, la sensualité, un bonheur à réécouter…

Je connaissais plusieurs répliques et mon passage préféré, c’était quand Johnny revenait pour braver les préjuger, les différences sociales et disait aux parents de BB..

– On laisse pas BB dans un coin..

Et là, il la prenait par la main et l’amenait faire LEUR danse, devant tous laissant transparaître tout leur amour et leurs désirs. Haaaaahhh…. j’ai dû reculer sur cette partie des dizaines et des dizaines de fois…

février 15, 2008 Posted by | j'assume, j'avoue | 11 commentaires