Caro et cie

Pouvoirs et conflits….

Charles, mon tragédien de fils, vient de débuter ses études secondaires dans le programme d’étude Internationale. Ce programme vise à former de futurs dirigeants et travailleurs ouverts sur les enjeux sociétaires et planétaires tout en offrant de l’enrichissement dans les matières principales.

Les étudiants doivent obligatoirement s’impliquer dans un programme d’aide humanitaire ou faire des travaux communautaires. Le choix est varié et Charles a choisi de s’impliquer avec amnistie internationale. Concrètement, ils ont fait des pétitions, signé des t-shirts afin de soutenir un groupe de mineurs au Mexique, exploités par une compagnie Canadienne. Ils revendiquent de meilleures conditions de travail et les jeunes les ont encouragé à continuer, à ne pas lâcher tout en faisant pression sur la compagnie en question.

La semaine dernière à l’école avait lieu un souper à l’école ayant pour thème: pouvoirs et conflits. Était-ce un jeu? Comment qualifier cette expérience, qui est en fait, une grande prise de conscience sur les inégalités dans le monde?

Ces étudiants de milieux aisés, vivants dans un des pays les plus riches au monde, mangeant plus qu’à leurs faims tout les jours, chouchoutés par leurs parents, sont loin de vivre les mêmes conditions que bien d’autres enfants sur la terre. Afin de bien leur faire comprendre la réalité, ils furent mis dans une situation la réflétant…

L’expérience se déroula ainsi… Au début tous avaient des jetons et devaient obligatoirement les échanger lorsque l’ordre en était donnée. Ne sachant aucunement combien chaques couleurs valaient, chacun pouvait essayé de deviner au meilleur de son intuition. Après plusieurs échanges, la valeur des jetons fut donnée. Le montant d’argent en leur possession, déterminait alors dans quelle classe sociale ils étaient. Le tout, dans une proportion très proche de la réalité. Donc une douzaine de riche (dont Charles), quelques moyens et énormément de pauvres … Ce qui est le reflet mondial de la réalité puisqu’ils étaient une centaine d’élèves!

Les riches étaient au salon étudiant des secondaires 4 et 5, installés dans des sofas de cuir confortables et moelleux, de la nourriture à profusion, de la chaleur, une table de billard. La belle vie quoi!!!

Les pauvres étaient dans une minuscule salle, la porte ouverte, avec si peu d’argent qu’ils ne pouvaient se procurer un petit bout de sandwich. De plus, les gendarmes les empêchaient de faire le moindre petit mouvement…

On fit manger les riches devant les pauvres, les menaçant de leur enlever leurs richesses s’ils ne le faisaient pas.. Les riches ne polluent-ils pas (par exemple) sans remords pour faire encore plus de profit?

Charles se mit à travailler pour servir la nourriture. Il offrit un peu d’argent pour se déculpabiliser, donna une poignée plus grosse de légumes, un petit suçon gardé dans sa poche…. Certains refusèrent par orgueil, d’autres apprécièrent…

Certains furent en colère traitant les riches d’arrogants et… Certains riches l’étaient effectivement. On pria de ne pas mettre tout le monde dans le même sac. On rappela que ce n’était qu’un jeu. Les pauvres détestaient les riches ( un peu comme dans la vraie vie…)!!!

Charles ne nous parla que de ça pendant plusieurs jours. Il y eut plusieurs retours à l’école. Ils parlèrent d’égalité, de justice… Il réfléchit et finit par nous dire qu’il aurait peut-être dû donner son argent, aller avec les pauvres et provoquer une grève… Il se demande encore pourquoi personne ne l’a fait! Les gendarmes étouffaient toutes révoltes, il ne l’a pas encore réalisé….

Toute une expérience; marquante, déterminante et intense. Mais c’est la réalité et ces jeunes là, n’oublieront jamais que sur la terre, tous ne naissent pas égaux! Ils changeront peut-être les choses, qui sait?

Publicités

novembre 15, 2007 - Posted by | je partage

6 commentaires »

  1. Ouf, expérience qui fait réfléchir en effet… Très intéressant… Les nièces de ma soeur (du côté de sa belle-famille) étaient dans des programmes comme celui-là, elles ont été faire de l’aide internationale à plusieurs reprises, elles sont très impliquées et depuis plusieurs années… Elles débutent des carrières très intéressantes, l’une est recherchiste pour une émission de radio de R-C.

    Commentaire par Méli | novembre 15, 2007 | Réponse

  2. Caro, j’enseigne au Baccalauréat international (collégial) depuis 11 ans, à des élèves qui nous parviennent du secondaire. Ceux qui viennent d’écoles où ils ont pu faire un secondaire international sont vraiment bien formés, curieux, habitués à étudier. Les heures qu’ils doivent consacrer au C.A.S. (créativité, action,service) font en sorte qu’ils ne reçoivent pas une formation strictement ou étroitement académique.

    J’ai du mal avec cette mentalité un peu suffisante de « on forme les leaders de demain… » qui se reflète dans les documents qu’ils envoient aux professeurs et aux parents, documents qui frisent souvent le ridicule et qu’on peut bien jeter aux poubelles sans en tenir compte. Mais ça, c’est sans conséquences si l’école ne décide pas de jouer ce jeu.

    C’est vraiment un excellent programme! Ma plus grande est en cinquième année. L’an prochain, elle devra passer un examen d’entrée pour être acceptée dans un collège où elle voudrait à tout prix aller. Mais si elle ne réussit pas cet examen, c’est clair pour moi : elle ira à l’école internationale, et crois moi, ce n’est vraiment pas dans mon esprit (même si ce l’est dans le sien), un pis aller.

    Commentaire par Encre | novembre 15, 2007 | Réponse

  3. Quelle expérience intéressante! Je ne doute pas que ça ait fait réfléchir les jeunes!

    Quoi de mieux qu’une expérience concrète pour bien représenter les enjeux d’une situation réelle?

    Commentaire par Grande Dame | novembre 15, 2007 | Réponse

  4. Méli… C’est effectivement un programme très intéressant pour des jeunes motivés!

    Encre… C’est vrai qu’avec les projets mutidisciplinaires, les jeunes ont un plus, c’est évident! Il y a des exigeances que je trouve tout à fait convenables et qu’on devrait retrouver aussi au régulier: Écrire sans fautes même dans d’autres matières que le français par exemple! ON les traite comme des élites… ça c’est vrai! Mais ils ont quand même été choisi.. Je n’en reviens pas de voir la moyenne générale, elle est élevée… Ça doit être pour ça qu’on parle de dirigeants… car c’est évident que ces jeunes auront pour la plupart un niveau de scolarisation élevé….

    Grande Dame… On me le disait souvent à l’université… c’est dans le concret qu’on apprend le plus!!!!

    Commentaire par Caro et cie | novembre 15, 2007 | Réponse

  5. Juste à voir comme il est réceptif, c’est sûr qu’il va vraiment s’y plaire, dans ce programme. Et puis, tu verras, les profs sont généralement engagés à 200% (facile, quand les élèves sont stimulés et tellement stimulants) 😉

    Commentaire par Encre | novembre 16, 2007 | Réponse

  6. Mon grand aussi est au PEI mais je n’ai pas entendu parles de telles activités. Je trouverais ça super intéressant.

    Matty

    Commentaire par Anonymous | novembre 17, 2007 | Réponse


Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :