Caro et cie

Rêve et roman à l’eau de rose

Depuis mon adolescence, je trippe sur Rock et belles oreilles (RBO) et surtout, je l’admets, sur Guy.A Lepage. Je le trouve drôle, cultivé, intelligent, fonceur etc. Il possède toute les qualités que j’admire chez un homme. C’est un Winner!

Oui, je sais. Ça fait un grand contraste avec Éric Lapointe. Pas de rapport entre les deux (Surtout en ce qui a trait à leurs timbres de voix). Mais voyez-vous, j’adore Guy.A quand il chante du Joe Dassin, j’ai pas de frissons dans le dos mais ça me rend joyeuse.

On s’est aimé comme on se quitte, tout simplement sans penser à demain, rà demain qui vient toujours un peu trop vite, aux adieux qui quelquefois se passent un peu trop bien

Et je fredonne souvent les vieilles tounes comiques de RBO telle le feu sauvage:

chérie, chérie quand je t’ai rencontré, j’ai tout de suite eu envie de t’aimer, mais je ne pouvais pas me douter, qu’un jour tu allais me donner… le feu sauvage (le feu sauvage), le feu sauvage de l’amour (le feu sauvage), la maladie du baiser,é,é,é,é, le feu sauvage de l’amour, han, han,han,han!!!!!

C’est le contraste en moi: le bum à la voix rauque (mon côté rebel) et le gars intelligent, singlant et drôle (la bonne fille, universitaire et quelque peu cultivée). C’est ainsi. Y’a bien Jon Bon Jovi que je trouvais très agréable à entendre et à regarder mais rien à voir…

Donc, pourquoi est-ce que je vous ennuie avec mes fantasmes de groupie? Parce que j’ai envie de vous raconter mon rêve de cette nuit. Non, cette fois-ci je n’ai pas dit à Éric Lapointe qui cherchait à m’embrasser passionnément derrière la scène: désolée, je ne peux pas. Je suis mariée et heureuse…

J’étais dans un endroit avec plusieurs gens que je n’avais pas vu depuis longtemps, dont Guy.A Lepage. Nous regardions des parties de films qu’il avait fait et je remarquais qu’il y avait toujours un des personnages qui me ressemblait dans sa façon d’être. Je lui demandais si tel était le cas. Il me répondit dans l’affirmative en me disant qu’il n’avait jamais pu m’oublier. Nous nous sommes approchés et nous sommes embrassés lentement. Nous restions souffle contre souffle. Ne croyant pas à ce que nous vivions…

Nous marchions ainsi soudés l’un à l’autre vers la mer et nous décidâmes de descendre en bas de la falaise. L’endroit qu’il avait choisi me parut trop abrupte et je décidai de remonter et de descendre juste à côté. Je m’agripais à un rocher pour remonter et le rocher se détacha. Je tombais en chute libre dans la mer, puis …. Je me revis… Dans une maison sur le bord de la mer entrain de vaquer à des occupations ménagères (beurk). J’étais saine et sauve et tout à coup, une illumination, je me rappelais de tout: De notre amour, de nos aveux, de cette intensité. Je courrus à l’extérieur, me jetai dans ses bras et lui dit: je me rappelle de tout… et il m’embrassa, heureux…

Pété hein??? Non mais, comme roman à l’eau de rose, il ne peut presque pas se faire mieux?

Publicités

septembre 8, 2007 - Posted by | je raconte...

Aucun commentaire pour l’instant.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :