Caro et cie

Comment un steak et des frites peuvent éloigner les ours

Au menu pour le souper: steaks et frites. Mon repas préféré, pourvu que le steak soit bon. En ce domaine,  je suis super difficile: T-bones ou filets mignons. Mais il arrive parfois qu’on se trompe et que le steak ne soit pas extraordinaire, qu’il ne fonde pas dans la bouche et qu’il faille mastiquer des heures pour venir à bout d’une bouchée.
À ces moments,  pour me déculpabiliser, je donne mon steak à mes chiens. Mes chiens ne sont pas là. Zut!
J’aperçois au loin, pas tellement, car ils étaient aux aguets et flairaient la bonne affaire, les chiens des propriétaires du camping. Deux d’entre eux se sont approchés et nous avons commencé à leur distribuer généreusement des morceaux de viande. Un peu à l’écart, un boxer,  trainant un peu de la patte, m’observe. Je lui lance un morceau. Il s’approche lentement, je lui relance un morceau et ainsi de suite.
Je prends soin de leur dire qu’en échange, ils doivent nous protéger en cas de présence d’ours dans le camping,  car à l’entrée, il est indiqué que nous nous trouvons dans l’habitat naturel des ours, qu’il est interdit de les  nourrir et blablabla. De plus, j’ai lu que nous sommes dans la région où les ours du parc sont relocalisés pour ne pas effrayer la grande horde touristique de l’été. Je me fais des amis certes, mais de façon intéressée…
En soirée, nous partons faire une marche sur la route longeant le camping. Les chiens nous suivent et mon ami Willie le boxer gambade gaiement à côté de moi. Il ne boite pas pantoute, c’était une tactique pour me charmer. La propriétaire nous accoste au volant de son élément orange brûlé et nous dit de bien serrer notre bouffe, car les ours viennent rôder dans le camping vers 3ham… Rassurant, très rassurant… Je suis heureuse d’avoir de nouveaux amis….

mai 3, 2007 Posted by | Great smoky mountains 2007 | Laisser un commentaire

Première rencontre avec le Dragon

Le Dragon, une partie de la US 129 de 11 milles, est  constitué de 318 courbes.  C’est une route mythique. Des gens viennent de partout pour la piloter soit à moto ou en voiture sport. Les courbes sont parfaites, Pat n’a jamais tripé autant sur sa moto!! Pour ma part, je me suis accrochée à mon homme et l’ai laissé piloter à sa guise.
Ensuite,  nous avons emprunté le Cherehola Skyway, une route montant à 6000 pieds d’altitude et construite au coût de 100 000 000 $! Ils sont fous les américains,  mais l’offre crée la demande n’est-ce pas?? Cette route ne relie aucune ville et se trouve en Caroline du Nord. Les deux états s’entremêlent constamment dans les Great Smoky mountains. Nous étions heureux d’avoir mis nos manteaux, car il faisait froid en haut, un bon 10 -15 degrés de différence. Les arbres étaient dénudés, les herbes jaunes. Les courbes larges, agréables, faites pour piloter. Nous avons fait 120 miles!!
Je n’ai pris aucune photo. J’avais oublié l’appareil…

mai 3, 2007 Posted by | Great smoky mountains 2007 | Laisser un commentaire

Tant qu’à faire, encore des problèmes…22 avril

Notre camping dans la cour d’un super marché
Les great smoky mountains telles qu’elles nous sont apparues du haut de la foothill Parkway
On part en moto à la recherche d’un camping

 

Nous nous réveillons vers 7ham, contents. Une belle journée s’annonce, l’air est chaud et notre site de camping (hahahaha) est magnifique. Les montagnes baignent dans la brume, comme sur les photos. Nous sommes charmés.

La route que nous empruntons et que Pat pensait rapide est en fait une route sinueuse, au sommet des montagnes! Elle se nomme la foot hill parkway. Nous nous extasions, arrêtons pour prendre des photos. On est en vacances!

Pat sait où nous allons,  car c’est lui, contrairement à d’habitude, qui a étudié la région et fabriqué un itinéraire logique et intéressant, tenant compte de ce que nous voulons faire et voir. Nous suivons les indications pour nous rendre à un camping qui se trouve dans le parc des Great smoky montains.

La route est très sinueuse, pas très entretenue. Nous tournons vers le parc et Pat a un mauvais pressentiment. La route devient simple (qu’une seule voie) et devant nous… une côte très très maganée et très inclinée. Pat capote. Je vais voir. Je descends…  encore un peu plus pour être sure,  mais je dois me rendre à l’évidence, non, nous ne descendrons pas là avec le motorisé. Je remonte et fais comprendre à Pat, en croisant mes bras dans un signe de négation, que c’est non… On se regarde, impuissant!!! La grosse misère comprenez-vous??

Plan d’actions:

1) enlever la remorque si possible avec la moto (un trouble de moins);
2) solidifier la remorque avec des blocs et des billots pour qu’elle ne descende pas la côte;
3) reculer au moins 1,5 km avec le motorisé;
4) se retourner dans une entrée;
5) reculer en sens inverse encore 1,5 km pour aller chercher la remorque;
6) attacher la remorque et repartir à la recherche d’un autre camping;

Et ainsi le sauvetage fut-il effectué!!!!! En plein coeur des montagnes, sous un ciel bleu, avec le chant mélodieux de quelques petits oiseaux et sans aucune chicane.

Nous retournons sur nos pas et arrêtons sur le bord du litte River Tennessee, une belle rivière à l’eau presque turquoise. Nous cuisinons un déjeuner de roi et savourons un café ravigotant.

Pat décrète que nous allons chercher un camping en moto. Nous descendons la moto de la remorque et laissons notre motorisé là. Nous trouvons un camping pour motocycliste: le punkin motorcycle campground. Un endroit sympathique, tranquille et sans enfants. Des vraies vacances!!!

J’y conduis le Motorisé et mon homme me suit en moto.

Une fois installés, nous relaxons un peu, pour ensuite aller attaquer enfin le fameux Dragon (us 129) et le Cherehola skyway.

mai 3, 2007 Posted by | Great smoky mountains 2007 | Laisser un commentaire

Sur la route, 21 avril

Sur la route, nous ne dormons jamais beaucoup. Le premier qui se réveille (en autant qu’il soit passé 6 am) alerte l’équipage et nous repartons illico!! Bah.. on prend quand même le temps de déjeuner. Parfois, je l’avoue, chez Mc Do car il y en a toujours un, à proximité. Mais nous avons décidé de manger au buffet all you can eat du Flying J. Beurk, je préfère le Mc Do!! Les flying J sont des arrêts sur le bord des autoroutes ouverts 24h et permettant au VR de passer la nuit.

Rouler, rouler, il est encore temps de rouler. Personne, personne ne peut m’arrêter…. ta main, ma main, toujours l’idée d’aller plus loin, c’est ma, c’est ma seule raison d’exister… lalalilalère!!!

Le ciel est bleu, les bourgeons commencent à paraître et deviennent peu peu de petites puis de plus grandes feuilles. Les pissenlits jaunes deviennent blancs, leurs semences prêtes à s’envoler, au dernier plein d’essence. L’herbe verdit, puis allonge. On voit naitre le printemps, puis l’été… de toute beauté… Particulièrement les pommiers en fleurs au nord de la Virginie.

Nous arrivons au Tennessee en soirée et horreur… nous nous retrouvons pris au milieu d’un traffic incroyable. Pouce, par pouce, nous avançons à pas de tortue. On regrette presque de ne pas s’être arrêté au Wal Mart aperçu un peu plus haut…

Les gens autour de nous ont l’air heureux, les jeunes jasent et écoutent de la musique, des familles sont installées avec des chaises dans les boites de leurs pick-up. Pat pense que c’est leur activité du samedi soir. Pas patient, il me donne le volant. Pas plus patiente, je tourne à droite sans savoir si je pourrais me revirer ou continuer avec le motorisé. La route est étroite. Pat capote et pense que je vais accrocher une boite à malle tandis que moi, je suis certaine que je devais être à cet endroit pour éviter l’auto qui venait en sens inverse. À ma gauche, un hotel et un grand stationnement.. Je tourne immédiatement pour redonner le volant à l’homme. Je suis capable de conduire mais je suis bien meilleure passagère que lui.

Nous prenons les informations pour retrouver notre route en aval du traffic. Arrivant à Townsend, nous décidons d’arrêter dans le stationnement d’un super marché, de se faire un bon souper, d’ouvrir une bouteille de rouge et de se rendre au camping le lendemain matin.

mai 3, 2007 Posted by | Great smoky mountains 2007 | Laisser un commentaire