Caro et cie

La bouffe de ma mère…

Ma mère fait de la cuisine traditionnelle. Elle sort rarement ses livres de recettes mais ce qu’elle fait est toujours délicieux. Que ce soit du ragoût, de la tourtière, du spaghetti, des lasagnes, du hachie, des cigares au chou et même du spaghetti ordinaire, on dévore!!! Je dois, cependant, donner le crédit des patates pilées à mon père, c’est lui le spécialiste.

En 2001, j’ai eu une maladie assez grave; une hépatite virale de cause inconnue. J’étais sans énergie, me rendre du sofa à la table de la cuisine, me demandait énormément d’efforts. Les quelques carottes que je réussissais à avaler sans vomir me demandaient un temps fou. Inutile de vous dire que je ne faisais absolument rien.

Pat malgré ses responsabilités au travail veillait sur la maison et les enfants. Ma mère se demandant comment nous aider, malgré le fait qu’elle travaille à temps plein, eut une super bonne idée: cuisiner en grande quantité et donc, fournir des repas équilibrés à la famille pour soulager un peu Pat puisque je ne pouvais pas les faire.

C’est à partir du moment où j’ai mangé la nourriture faite par ma mère que je me suis mise à mieux aller. Je ne la vomissais pas, j’ai repris tranquillement des énergies et tranquillement pas vite l’hépatite est retournée d’où elle venait.

J’avais suivi un cours sur les aliments thérapeutiques quelques années avant et j’avais appris que pour assimiler facilement des aliments lors d’une maladie, la bouffe de notre enfance est la meilleure qui soit.

Maintenant, je le crois… Le docteur n’en revenait pas que je sois passée au travers sans hospitalisation, je ne le savais pas mais tout le monde autour était aux aguets prêt à réagir advenant certains signaux.

Ce qui a fait la preuve que l’entraide et la bouffe de nos mère sont des remèdes formidables!!!

avril 6, 2007 Posted by | j'assume, je pense, je raconte... | 3 commentaires